Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

fontaine-abreuvoir et lavoir dite Haute Fontaine

Dossier IA04002700 inclus dans village de La Palud-sur-Verdon réalisé en 2014

Fiche

Appellations Haute Fontaine
Dénominations fontaine, lavoir, abreuvoir
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Moustiers-Sainte-Marie
Adresse Commune : La Palud-sur-Verdon
Adresse : R.D. 952
Cadastre : 1835 C1 non cadastré, domaine public ; 2014 C1 non cadastré, domaine public

L'origine de cette fontaine est très ancienne, c'est le point d'eau originel du village de La Palud. Son aménagement remonte au moins à la fin du 16e siècle.

En 1624, il est fait mention du "Vallon de la Font", qu'il faut alors faire callader. En 1641, un prix-fait pour la chapelle voisine nomme cette dernière "Notre-Dame de la Font". En 1779, les réparations nécessaires à cette fontaine donnent lieu à un procès entre le seigneur et les habitants.

Le plan cadastral de 1835 figure uniquement la fontaine et le grand abreuvoir, elle y est appelée "Haute Fontaine". L'état des sections de ce cadastre nomme simplement ce quartier "La Fontaine". L'eau de la fontaine, qui coulait dans un ruisseau à ciel ouvert, était ensuite utilisée par la poterie Turrel (1835 C1 113) avant de servir à l'arrosage du quartier des jardins qui est nommé "Jardins de la Fontaine" dans ce même cadastre.

Le lavoir couvert a été ajouté au cours de la seconde moitié du 19e siècle. Le petit bassin qui constitue la partie aval de l'abreuvoir a peut-être été ajouté à cette occasion.

Les piliers, et la couverture du lavoir ont été restaurés au début du 21e siècle.

Période(s) Principale : 2e moitié 16e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle

Cette fontaine-abreuvoir et ce lavoir sont situés à l'entrée ouest du village de La Palud, au niveau du croisement entre la R.D. 952 et la R.D. 123 qui mène à Châteauneuf.

L'espace est décaissé et aménagé par un mur de soutènement en maçonnerie de moellons calcaires, construit en L sur les côtés nord et ouest ; le réservoir est enterré derrière le mur ouest. Un contrefort taluté vient conforter l'angle sud-ouest. On note un petit muret de soutènement, également maçonné, positionné à l'angle nord-est et qui vient en retour du mur nord.

La fontaine comporte quatre canons en laiton à tête de dauphin, scellés dans le mur ouest, et encadrés par un bandeau façonné au ciment. Un cartouche, également en ciment, se trouve au-dessus de ces canons, il porte la date 1945 gravée accompagnée d'une Croix de Lorraine placée sur un V.

Au pied de ce mur, le bassin de l'abreuvoir est construit en pierre de taille calcaire, grossièrement bouchardée ; les blocs sont posés sur chant et agrafés par dessus. Il est compartimenté en trois parties. La partie amont, séparées par un bloc sur chant comprenant une gorge d'écoulement, est alimentée par un seul canon. La partie intermédiaire est dans la continuité de la partie amont ; elle est alimentée par deux canons. La partie aval correspond à une extension légèrement moins profonde, bâtie selon le même principe, mais qui possède une gorge de trop-plein creusée dans le bloc en façade ; elle est alimentée par un seul canon. Des reposoirs en ferronnerie sont placés sous chaque canon. La surverse de ce bassin s'écoule par un petit canal maçonné sur pierre de taille, placé le long du mur, et qui alimente le lavoir.

Le bassin du lavoir possède aussi sa propre bouche à eau, également scellée dans le mur ouest. Il est construit en grosses pierres de taille calcaires, posées sur chant et agrafées en façade. Le bassin principal est séparé deux parties. La partie amont, plus petite, servait pour le rinçage ; elle est séparée de la partie aval par un bloc sur chant comportant une gorge d'écoulement taillée. La surverse de ce bassin principal se fait par une autre gorge, placée à l'angle sud-est, qui alimente un petit bassin rapporté en pierre de taille avec des réparations en béton.

L'ensemble du lavoir est couvert par un toit à longs pans. La charpente, à fermes avec poinçons et entraits, repose sur le mur nord et sur deux deux piliers maçonnés, côté sud. La couverture est en tuile creuse.

L'eau s'écoule ensuite dans un ruisseau, aujourd'hui couvert sous la R.D. 952, et sert à l'arrosage des jardins situés en contrebas.

Murs calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse
Couvertures toit à longs pans
Mesures l : 690.0 cm
la : 95.0 cm
h : 60.0 cm
l : 515.0 cm
la : 205.0 cm
h : 65.0 cm
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • État de section du cadastre de la commune de La Palud, 1836. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains, 3 P 259.

    Section C, dite du Village.
Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de La Palud. / Dessin à l'encre sur papier par Gelinsky, géomètre du cadastre, 1835. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 144 1 à 105 Fi 144 14.

    Section C, feuille 1, non numéroté, échelle d'origine 1/1250e.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï