Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fiche

Voir

Aires d'études Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
Dénominations ferme
Adresse Commune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : L'Estaque

Les quelques exploitations agricoles situées dans les collines semblent avoir été importantes, et existaient déjà en 1819, datant peut-être du 18e siècle. Elles ont été reconstruites ou démolies. Les fermes repérées ont essentiellement été construites dans la seconde moitié du 19e siècle et au tout début du 20e siècle, même si l'emplacement de certaines d'entre elles était déjà construit sur le plan cadastral de 1819 : certaines fermes ont fait l'objet de reconstruction attestée. La plupart de ces fermes, de petites dimensions, sont situées dans le quartier de l'Estaque, entre la mer et les collines. Peut-être s'agit-il de nouvelles mises en valeur de terres après l'arrivée des eaux du canal de Marseille au milieu du 19e siècle. Le recensement de 1872 faisait état d'une trentaine d'agriculteurs, celui de 1911, d'une cinquantaine d'agriculteurs (13 cultivateurs, 23 jardiniers, 14 laitiers). Le faire-valoir direct paraît alors avoir été dominant dans le secteur de l'Estaque, alors que dans le massif de la Nerthe il s'agissait plutôt de mise en valeur indirecte. Actuellement, toute activité agricole semble avoir cessé et les fermes, si elles ne sont pas en ruines, sont devenues des maisons.

Période(s) Principale : 18e siècle , (détruit)
Principale : 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : ,

Nous avons regroupé sous la dénomination ferme les exploitations agricoles de quelque taille qu'elles soient, en excluant toutefois la plupart des maisons de campagne (regroupées en maison sous le type bastide marseillaise) qui avaient, outre leur fonction de villégiature bourgeoise, une vocation agricole. De même, avons-nous exclu la plupart des maisons de hameau antérieures à 1850, même si l'on peut considérer que quasi toutes constructions de ce secteur antérieures aux années 1850 a eu au moins pour partie vocation agricole. (Dans ces cas, les fonctions résidentielles et agricoles étaient superposées).

Ces exploitations agricoles peuvent se cliver en deux grandes catégories : les domaines avec maison de maître nettement différenciée des bâtiments d'exploitation et des logements, et les fermes à plusieurs logements peu ou pas hiérarchisés.

La différenciation logement / bâtiment d'exploitation est la norme, ceux-ci pouvant être accolés au logis sous un même toit, ou situées dans des bâtiments séparés, mitoyens ou isolés. Les bâtiments sont souvent alignés. Mais ils peuvent aussi être accolés à l'arrière ou dispersés. En tout état de cause, toutes ces constructions sont en moellons calcaire sans chaîne en pierre de taille. Les logements sont toujours enduits, alors que les bâtiments d'exploitation peuvent très bien ne pas l'être. Ces fermes sont basses et allongées, comptant tout au plus deux niveaux. Elles sont le plus souvent couvertes de toit à longs pans, avec pignon couvert et tuiles creuses ou plates.

Typologies domaine, ferme en ligne, ferme à bâtiments dispersés, ferme à plusieurs logements peu ou pas hiérarchisés
Toits tuile creuse, tuile plate mécanique
Murs calcaire
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Décompte des œuvres bâti INSEE 1501
repérées 24
étudiées 6

Références documentaires

Documents d'archives
  • Rapport d'expert du partage de la succession Puget-Olive à l'Estaque (Marseille), 1854. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 410 U 75

    description d'une ferme
Bibliographie
  • REYNAUD, Georges. Demeures et propriétés marseillaises de Pierre Puget. Cahiers du comité du vieux Marseille n°63-64, 1994.

    historique de la ferme dite .. et de
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Gontier Claudie