Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme

Dossier IA00049770 réalisé en 1979

Fiche

Dossiers de synthèse

DESCRIPTION

Situation

Cette maison est située dans le hameau de Serre-Eyraud. Elle n'est pas mitoyenne, mais séparée de la maison la plus proche par une ruelle pavée de trois mètres de large environ.

Malgré la vue superbe que l'on a de cet endroit, la maison tourne le dos à la vallée et regarde vers l'est.

A l'est, la maison est séparée d'un jardin potager par un chemin qui forme une sorte de cour devant la façade principale. A l'arrière se trouve un pré clos d'une barrière de bois, et limité au nord par une haie d'arbres (frênes surtout). Au nord ouest de la maison se trouve un four. Il a été impossible de déterminer si le four est privé ou s'il appartient à une association d'habitants. Une cabane en bois, adossée au pignon nord, abrite les lieux d'aisances.

Noter l'étroitesse de la ruelle entre les deux maisons.Noter l'étroitesse de la ruelle entre les deux maisons.

La poutre faitière porte deux dates 1788 et 1906.

L'intérêt de cette maison réside dans le fait qu'elle porte la trace de transformations anciennes, témoins d'une place plus grande prise par l'élevage dans le mode d'exploitation. Elle est aujourd'hui utilisée comme maison de vacances par la fille du dernier exploitant.

Matériaux

La maison est construite directement sur le rocher, presque sans fondations (on peut voir dans les murs d'énormes blocs rocheux).

Les murs sont en moellons de pierres locales (grès, calcaire, schiste, tuf) liés à la chaux. Seule la partie de la façade correspondant à l'habitation est crépie en blanc. Les murs intérieurs des pièces d'habitation sont crépis et blanchis à la chaux. Les murs de la cuisine ont été intérieurement habillés de bois car ils étaient trop humides, et tapissés de papier.

- Les cloisons intérieures sont en pan de bois

- Le sol des pièces d'habitation est un plancher de mélèze. La cave est pavée d'ardoises de récupération (on voit encore les trous qui permettaient de fixer les ardoises au toit). Le sol de l'étable est en terre battue, pavé par endroit.

- Les murs de la partie rajoutée sont en planches sur un soubassement en pierre.

Structure et distribution

Cette maison comporte une partie ancienne, et des agrandissements plus récents (mais antérieurs à une cinquantaine d'années au moins).

A. La maison originelle est une maison bloc en longueur dont le faîtage est parallèle à la pente qui s'incline du nord au sud.

- le rez-de-chaussée qui est en étage de soubassement comprend au nord la cuisine qui se prolonge à l'ouest par une cave dans laquelle se trouve encore un coffre à fromage en maçonnerie.

La cave. A noter le sol pavé d'ardoises de récupération et le coffre à fromage.La cave. A noter le sol pavé d'ardoises de récupération et le coffre à fromage.

- la partie sud du bâtiment est occupée par l'"écurie". Sur le pignon sud, sous l'ancien "montage" se trouve une petite cave à légumes. Tout ce niveau, y compris la cave à légumes, est couvert d'un plancher de mélèze.

- Au premier étage, au-dessus de la cuisine se trouve une petite chambre séparée de la grange par une cloison en pan-de-bois qui repose sur une solive.

- Le reste du premier étage et les combles (soit environ les deux tiers du volume total de la maison) sont occupés par la grange. Celle-ci comporte plusieurs niveaux.

On suppose que la partie sud du premier étage était autrefois occupée par la "miane", espace intermédiaire qui servait de grange l'hiver, et d'étable au printemps après la naissance des agneaux. Le sol de cette partie est en effet encore couvert d'une épaisse couche de fumier, et on peut voir dans l'entrait la rainure dans laquelle était fixée la cloison de bois qui séparait la "miane" du reste de la grange. Mais cette fonction a du être abandonnée après la construction de la seconde étable. L'actuelle propriétaire a toujours vu cet espace utilisé uniquement comme grange.

La "miane" est couverte d'un fort plancher, solidement fixé sur les entraits, qui servait d'aire à battre. On peut encore voir le coffre à grains où l'on engrangeait les récoltes.

Les deux pignons de la grange sont bardés d'une claire-voie. Des trappes communiquant avec l'étable permettent de lancer le foin dans les mangeoires sans passer par l'extérieur.

B. Cette maison a été agrandie de deux côtés

- d'une part elle a été prolongée au sud par un appentis en planches, parallèle au mur-pignon (c'est d'ailleurs la seule partie couverte de bardeaux, soit parce qu'elle a été construite postérieurement à la réfection du toit, en 1906, soit parce qu'on a laissé, à cette date, les bardeaux qui, récents, étaient en bon état).

Bergerie supplémentaire construite en bois sur soubassement de pierre.Bergerie supplémentaire construite en bois sur soubassement de pierre.

L'espace que délimite cette cloison est occupé au rez-de-chaussée par un débarras, à l'étage par la grange.

- d'autre part, on a construit perpendiculairement à la maison initiale une aile qui abrite une étable surmontée d'une grange.

Élévation

La plupart des ouvertures se trouvent sur la façade principale (mur-gouttereau est). Les autres murs sont pratiquement aveugles. A noter cependant la fenêtre de la cave à fromage protégée contre les rats par une croisée en bois, un grillage, et une claire voie. Elle est encadrée de tuf. La porte qui permettait d'accéder à la "miane" avant la construction de la seconde étable s'ouvrait dans le mur ouest. Elle a été bouchée par un empilage de rondins.

Le "montage" formé d'un simple remblaiement de pierres, était, avant la construction de l'appentis, dans le prolongement de la maison, sur le pignon sud. Après l'agrandissement, un "montage" perpendiculaire à la maison a été construit. On accède à la remise, au rez-de-chaussée de l'appentis, par une porte percée dans le pignon sud. Elle est surmontée d'un abattant.

Couverture

Le toit a été refait en 1906 comme l'indique la date inscrite sur la poutre faîtière.

Détail du bardage : les planches verticales sont fixées dans une rainure pratiquée dans le chevron.Détail du bardage : les planches verticales sont fixées dans une rainure pratiquée dans le chevron.

Les toits des deux parties sont à longs pans et se raccordent par une noue. L'extrémité sud est couverte de bardeaux. Le toit était autrefois couvert d'ardoises de Corbières, dont il reste quelques traces. La plus grande partie est actuellement couverte de tôles.

La charpente de la partie ancienne comprend trois fermes formées de deux arbalétriers croisés sans poinçon sous la partie faîtière et d'un entrait. La sablière est doublée par une poutre et l'entrait est pincé entre ces deux pannes. L'espace entre la sablière et la poutre est maçonnée.

La charpente est soutenue par un pilier en maçonnerie accolé au mur nord de la cave à fromage.

Le toit de la partie récente présente les mêmes caractéristiques. A noter la façon dont les chevrons sont dédoublés pour agrandir le toit : les chevrons rajoutés sont courbés et bloqués par ce système à la panne.

Les gouttières du toit sont encore en bois.

Circulation intérieure

Un escalier intérieur certainement construit par la suite (la chambre elle-même est peut-être postérieure au reste de la maison), permet d 'accéder à la chambre au premier étage. Un meuble à tiroirs est construit sous l'escalier.

L'escalier d'accès à la chambre, au premier étage.L'escalier d'accès à la chambre, au premier étage.

Une porte aujourd'hui murée permettait de passer de la cuisine à l'"écurie" sans sortir ; mais il n'y a pas de circulation intérieure avec la grange.

Parties constituantes non étudiées étable, bergerie, resserre, grange, fenil, jardin potager
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Orcières
Adresse Commune : Orcières
Lieu-dit : Serre-Eyraud
Adresse : 1ère ferme
Cadastre : 1959 I1 338

2 dates sont inscrites sur la poutre faîtière : 1788 et 1906 date de la réfection du toit ; transformations 2e moitié du 19e siècle : création d'une bergerie en planches, agrandissement de la grange en planches, peut-être construction d'une chambre à l'étage ; le toit du bâtiment principal qui était couvert d'ardoise est actuellement en tôle ondulée.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates 1788, porte la date
1906, porte la date
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu
Murs grès
calcaire
schiste
tufeau
bois
enduit partiel
moellon sans chaîne en pierre de taille
appareil mixte
Toit ardoise, bois en couverture, métal en couverture
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
Typologies maison bloc type IA1 : entrée distincte pour les hommes et les animaux, cuisine au rez-de-chaussée, étable plafonnée, pignon en planches
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Bazin Luc - Lucot Isabelle - Mallé Marie-Pascale