Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme

Dossier IA04001670 réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Implantation

La ferme est située à environ un kilomètre au sud-est du village, dominant la rive droite du ravin de Bessège.

Elle est adossée parallèlement au sens de la pente, son plan rectangulaire correspond à l'ajout successif de plusieurs bâtiments accolés.

Structure

Elle se décompose en deux bâtiment principaux : une partie est orientée nord-sud et une partie ouest orientée est-ouest.

Elle comporte trois étages : un étage de soubassement, un rez-de-chaussée et un étage carré.

L'étage de soubassement est occupé, dans la partie est, par deux étables possédant des entrées indépendantes et ne communiquant pas entre elles : l'étable sud est couverte par une voûte en berceau segmentaire percée d'une trappe d'abat-foin ; l'étable nord est couverte par un plancher, elle est construite sur une voûte dégageant un vide sanitaire.

Ce même étage de soubassement est occupé, dans la partie ouest, par deux autres grandes étables possédant des entrées indépendantes et communiquant entre elles, avec des mangeoires maçonnées adossées contre les murs ouest et nord. Leur couvrement est réalisé par des voûtes coffrées en berceau segmentaire, percées de trappes d'abat-foin.

Le rez-de-chaussée surélevé est occupé, dans la partie est, par une cuisine et par une chambre.

La cuisine possède un sol en carreaux de terre cuite, les murs et les plafonds sont enduits. L'ancienne pile d'évier se trouve sous la fenêtre sud, la pile d'évier du 19e siècle se trouve sous la fenêtre est. Une cheminée est adossée à l'angle sud-est, le manteau est en plâtre. Un placard en menuiserie est adossé à l'angle nord-est.

Le mur ouest est occupé par la montée d'escalier sous laquelle sont aménagés un placard et un réduit.

La chambre possède un sol et des aménagements de murs et de plafond identiques à ceux de la cuisine. Un placard-niche est aménagé dans le mur ouest. La menuiserie de la fenêtre située au nord est pourvue de loquets de fermeture à loquets cuivrés.

Ce même rez-de-chaussée surélevé est occupé, dans la partie ouest, par un grand fenil accessible par une large porte charretière et par deux grandes baies fenières.

Le sol d'origine de ce fenil était directement constitué par les extrados des deux voûtes d'étables.

L'étage carré est occupé, dans la partie est, par trois chambres et une ancienne cuisine.

Les sols sont en carreaux de terre cuite ou en tomettes, les murs et les plafonds sont enduits. Dans la chambre sud, un placard en maçonnerie est adossé à l'angle sud-est.

Ce même étage carré est occupé, dans la partie ouest, par le même fenil qu'au rez-de-chaussée surélevé, sans traces visibles de plancher intermédiaire.

La partie logis du rez-de-chaussée surélevé est accessible par un escalier de distribution extérieur en maçonnerie, qui donne sur une terrasse couverte par un porche.

Cette terrasse est placée au-dessus d'une logette servant de poulailler.

La partie logis de l'étage carré est desservi par un escalier intérieur droit. Les marches sont en carreaux de terre cuite, les contres-marches et les nez-de-marches sont en bois.

Matériaux du gros oeuvre

L'ensemble de la ferme est construit en maçonnerie de moellons calcaires et de grès, sans chaînes d'angles pierre de taille. L'enduit rustique est au mortier de chaux. Les encadrements des ouvertures sont façonnés au mortier, avec linteau en bois. Dans la partie logis, les fenêtres sont occultées par des contrevents à persiennes. Les appuis des fenêtres sont en carreaux de terre cuite vernissés.

La partie à l'est est couverte par un toit à un pan, la partie ouest par un toit à longs pans (charpente à pannes). La couverture est en tuile creuse. L'avant-toit et la saillie de rive sont constitués d'un rang de génoises ayant reçu un badigeon blanc.

Un four à pain est construit au sud. A une centaine de mètres au sud, un puits couvert est installé dans le lit du ruisseau. Il est construit en maçonnerie de moellons de grès et son sommet est coiffé d'une sphère monolithe en grès. Un bassin d'arrosage en maçonnerie se trouve à une dizaine de mètres en aval. Ces deux aménagements permettaient l'alimentation des canaux d'arrosage.

Parties constituantes non étudiées étable, fenil, four à pain, puits
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Entrevaux
Adresse Commune : Saint-Pierre
Lieu-dit : le Bois
Cadastre : 1817 B 13 ; 1990 B2 121

L'origine de cette ferme pourrait remonter au 17e siècle ou au début du 18e siècle.

La lecture des différents collages de maçonnerie montre que le bâtiment d'origine est un simple bâtiment agricole (fenil sur étable) qui a été agrandi en quatre campagnes, les principales extensions datant d'avant 1817.

Effectivement, sur le plan cadastral de 1817, la ferme possède le même plan de masse qu'actuellement. Elle est mentionnée comme "maison et cour" appartenant à Hautier Jean-Joseph. Ce même propriétaire possède une aire à battre, un jardin et un pré mitoyens ainsi que les terrains alentours. La propriété agricole immédiate comprend alors : deux prés, un pré planté, un pâturage, trois terres labourables plantées, deux terres labourables arrosables, un bois taillis, deux bruyères, un aride et bruyères et un terrain vague.

La surélévation de la partie nord-est semble dater du 19e siècle. Le four à pain n'étant pas cadastré en 1817, il pourrait être postérieur à cette date. Une porte a été ouverte dans l'élévation nord en 1937, elle porte la date gravée dans l'enduit de l'encadrement.

Période(s) Principale : 17e siècle , (?)
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

Ferme composée de deux bâtiments accolés comportant chacun un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré.

Les étages de soubassement abritent 4 étables voûtées en berceau segmentaire.

Le niveau du rez-de-chaussée surélevé, accessible par un escalier de distribution extérieur, est occupé dans le bâtiment est par une cuisine et une chambre et, dans le bâtiment ouest, par un grand fenil montant de fond jusqu'au toit.

L'étage carré du bâtiment est est occupé par 3 chambres et une ancienne cuisine. Il est desservi par un escalier droit, dans-oeuvre.

L'ensemble est construit en moellons de calcaire et de grès, sans chaîne en pierre de taille, avec un enduit rustique au mortier de chaux. Le toit à un pan de la partie est et le toit à longs pans de la partie ouest sont couverts de tuiles creuses.

Murs calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
grès moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvrements voûte en berceau segmentaire
Couvertures toit à un pan pignon couvert
toit à longs pans pignon couvert
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier droit
Typologies F3 : ferme à bâtiments accolés et/ou disjoints
Statut de la propriété propriété privée, []

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Saint-Pierre (1817). / Dessin, plume et lavis, par Gleize géomètre du cadastre, 1817. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi194/003

    section B, parcelle 13
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï