Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme

Dossier IA05001376 réalisé en 2016

Fiche

Parties constituantes non étudiées fontaine, lavoir, pigeonnier, four à pain, étable, remise agricole, fenil, resserre
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional des Baronnies Provençales - Laragne-Montéglin
Adresse Commune : Val Buëch-Méouge
Lieu-dit : Barrare
Cadastre : 1984 C 187 ; 2016 034C 187
Précisions anciennement commune de Châteauneuf-de-Chabre

Sur le plan cadastral de 1824, aucun bâtiment ne figure à cet emplacement. L'état des sections cadastrales mentionne alors la parcelle comme « terre et vigne » et nomme ce quartier « Barrare ». La matrice cadastrale fait état d'un changement de propriétaire en 1857, et cette parcelle est toujours mentionnée comme « terre et vigne ».

La lecture des élévations montre que l'actuel bâtiment est constitué d'un succession d’agrandissements et de surélévations, réalisés en plusieurs étapes.

Le bâtiment le plus ancien correspond à la partie centre-est, et il est donc postérieur à 1857, sans doute de peu.

La partie centre-ouest a ensuite été accolée, au cours de la seconde moitié du 19e siècle. Cet ajout a impliqué la surélévation d'un demi-niveau du bâtiment originel, ainsi que la transformation du jour supérieur initial, muré et repercé plus haut. La dépendance disjointe paraît avoir été construite à cette même époque.

La partie occidentale a ensuite été ajoutée, à la fin du 19e siècle ou début du 20e siècle, impliquant la surélévation partielle des deux parties pré-existantes. La partie orientale pourrait également avoir été accolée à cette même période.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle, 2e moitié 19e siècle, limite 19e siècle 20e siècle

Cette ferme est isolée à approximativement 400 mètres au nord-ouest du hameau de La Grange Neuve, à une altitude d'environ 650 mètres. Elle est constituée d'un bâtiment principal et d'une dépendance disjointe.

Le bâtiment principal est adossé perpendiculairement au sens de la pente et comporte deux étages de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé.

Le premier étage de soubassement est occupé par deux étables, au centre du bâtiment, une autre étable à l'ouest et une resserre à l'est. Chaque pièce est accessible par une porte piétonne ouverte dans le pignon sud, et est éclairée par un jour rectangulaire. Seule la resserre est indépendante, les autres pièces communiquent entre elles par une porte intérieure. Les sols de 2 étables sont caladés. Des mangeoires sont adossées au murs des étables, elles sont installées sur une banquette maçonnée.

La partie occidentale du second étage de soubassement est occupée par un fenil. Le reste est réservé au logis, accessible par une porte piétonne ouverte dans le mur est, et éclairé par des fenêtres percées dans le pignon sud et le mur est.

La partie occidentale du rez-de-chaussée est occupée par une remise accessible par une large porte charretière. Le reste est occupé par un fenil-séchoir, accessible par une baie fenière ouverte dans le pignon nord, et une porte fenière suspendue ouverte dans le mur est. Il est aéré par des jours ouverts dans le pignon sud.

Le bâtiment principal est construit en maçonnerie de moellons calcaires et de galets, avec des chaînes d'angles en pierre de taille ou en gros moellons équarris. Les élévations conservent un enduit à pierres vues.

Au premier niveau de l'élévation est, la porte du logis et la fenêtre possèdent un encadrement en pierre de taille calcaire avec un linteau monolithe, droit pour la fenêtre, et en arc segmentaire très plat pour la porte. Sur le pignon sud, la porte de l'étable et la fenêtre de la partie centre-ouest possèdent également un encadrement en pierre de taille calcaire, avec un linteau droit monoxyle. Les encadrements des autres ouvertures sont en brique ou sont façonnés au mortier de gypse, avec un linteau droit monoxyle. La porte du logis possède une menuiserie à panneaux moulurés. Les fenêtres sont équipées de contrevents en planches.

La charpente est à panne, et le toit à longs pans asymétriques est couvert de tuile creuse. L'avant-toit et la saillie de rive sont constitués d'un rang de génoise, et le passage de l'un à l'autre est traité en éventail.

Une petite dépendance est disjointe au nord-est de la ferme. Elle est adossée à la pente et comporte un unique étage de soubassement accessible par deux portes piétonnes ouvertes dans le pignon sud et éclairé par un jour en fente côté est. Sa fonction de four à pain est probable. Sur le pignon sud, la présence d'une lauze saillante suggère la présence d'un pigeonnier. Cette dépendance est construite de la même façon que le bâtiment principal, et elle possède un toit à longs pans en plaques ondulées de fibro-ciment.

Un grand tilleul est planté devant l'élévation orientale de la ferme. Un jardin en terrasse s'étend à l'ouest de la ferme, planté de quelques arbres fruitiers. Sur la terrasse supérieure, un renfoncement aménagé dans la pente à l'aide de murs de soutènement en pierre sèche, accueille le bassin d'une fontaine et un lavoir aménagé au sol.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire galet
Toit tuile creuse, ciment amiante en couverture
Étages 2 étages de soubassement, rez-de-chaussée surélevé
Couvrements
Couvertures toit à longs pans
Typologies F3a : ferme à maison-bloc à bâtiments accolés et/ou disjoints
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrice cadastrale de la commune de Châteauneuf-de-Chabre, 1827-1888. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : E DEPOT 2 D 1.

  • État de section du cadastre de la commune de Châteauneuf-de-Chabre, 1825. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap, 3 P 279.

    Section C.
Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Châteauneuf-de-Chabre. / Dessin à l'encre sur papier par Allec ainé, géomètre du cadastre, 1824. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : 3 P 378.

    Section C.
(c) Parc naturel régional des Baronnies Provençales ; (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï