Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme

Dossier IA05000384 réalisé en 1980

Fiche

Dossiers de synthèse

Description

Situation

Cette maison, mitoyenne par une partie du pignon de façade, est située au centre du hameau des Romans. Elle donne sur une sorte de petite place, et est séparée de la maison la plus proche par une ruelle d'un mètre de large environ.

C'est la seule maison où, jusqu'ici nous ayons trouvé les traces certaines d'une cohabitation des hommes et des animaux l'hiver.

Matériaux

Les murs sont en moellons de pierre locale liés à la chaux. Le sol de l'entrée et de la cuisine est un parquet de mélèze. Le sol de l'écurie est en terre battue.

La façade est en partie crépie et peinte en blanc.

Structure, distribution, circulation intérieure

La structure et le plan sont identiques à ceux des autres maisons des Romans mais la circulation intérieure n'a pas ici été modifiée.

Au rez-de-chaussée, on pénètre dans une entrée qui dessert la cuisine et l'écurie. L'ensemble est couvert d'un plafond à poutres apparentes. Le plafond de l'écurie, inhabituellement haut, a été refait par le propriétaire actuel. Une des grosses poutres est soutenue par un poteau en bois appelé "couronné" comme dans le Champsaur. D'après le témoignage du propriétaire actuel, on vivait autrefois l'hiver à l'écurie. On dormait sur un plancher de bois, à 1,50 m du sol environ, sous lequel on parquait les agneaux. On peut encore voir dans l'écurie ce qui semble être la trace d'une cheminée bouchée (a), le propriétaire actuel, âgé de 70 ans environ, ne se souvient pas l'avoir vue fonctionner. Par contre il rapporte qu'on utilisait un poêle à bois (b) dont le tuyau était fixé dans le conduit de la cheminée de la cuisine d'été (c). On peut encore voir des traces de noir de fumée à cet endroit.

La cuisine ne formait autrefois qu'une seule pièce. C'est le grand-père du propriétaire actuel qui l'a séparée en deux de façon à aménager une chambre.

La cheminée n'est plus utilisée comme telle. On y a mis une cuisinière à bois. Sous le plancher de la cuisine se trouve une cave d'hiver, voûtée, à laquelle on accède par une trappe dans le parquet. On y entreposait la crème pour le beurre, et les légumes qu'on allait consommer pendant l'hiver. Les légumes qui allaient être consommés au printemps, les pommes de terre en particulier étaient déposés dans des trous creusés dans le sol, à l'extérieur des maisons et recouverts de planches. Suffisamment profonds, : ils gardaient les légumes à température constante, à l'abri du gel. Au printemps, après la fonte de la neige, les légumes n'avaient pas germé (informations orales. Nous n 'avons pas visité la cave).

Nous n'avons pas visité l'étage auquel on accède par un escalier de bois.

Toiture

Le toit à deux pans est couvert de tôle ?

Parties constituantes non étudiées étable, grange
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Argentière-la-Bessée (L')
Adresse Commune : Freissinières
Lieu-dit : les Romans
Adresse : 1ère ferme
Cadastre : 1958 A4 1474
Période(s) Principale : 19e siècle , (?)
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Le pignon est bardé de planches de bois. Le premier niveau est occupé par une entrée qui dessert une étable et une cuisine basse. La grange occupe l'étage et les combles.

Murs pierre
bois
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tôle ondulée
Étages étage de soubassement, en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
Escaliers escalier de distribution extérieur
escalier droit
en charpente
Typologies cuisine basse
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale - Faure-Vincent David