Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme

Dossier IA05000395 réalisé en 1983

Fiche

  • Façade sud.
    Façade sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • étable
    • grange
    • resserre

Dossiers de synthèse

DESCRIPTION

Situation

Cette maison est située au centre du village du Ponteil. Elle est mitoyenne par le pignon nord d'une construction en ruines. Elle est construite sur le rocher qui affleure dans la chambre nord-est. La façade en mur-pignon regarde vers le sud. Devant s'étendent un jardin potager, séparé de la maison par une barrière de bois, et un champ de pommes-de-terre. A l'ouest un pré est bordé par quelques pommiers et un gros tilleul.

Cette maison a longtemps été habitée par deux familles ce qui explique sa symétrie. Mais elle n'a peut-être pas été conçue pour cet usage à l'origine.

Matériaux

Murs : moellons de pierres locales (schiste surtout) hourdés à la chaux, avec des reprises au ciment. Les pierres sont apparentes sauf sur la partie de la façade correspondant au logis. La maçonnerie est médiocre : les blocs sont mal équarris, calés avec des pierres plus petites et liés avec beaucoup de chaux. Le mur-pignon est porte à l'intérieur la trace de trous de boulins. Le pignon sud n'est pas maçonné mais fermé par des planches. Les cloisons de la chambre ménagère sont formées d'une structure en pan-de-bois dont les intervalles sont maçonnés. Le mur intérieur de la chambre nord-est est également en pan-de-bois mais le plâtre en cache la structure.

Le sol de l'écurie est en terre battue. Celui du premier étage est un plancher de mélèze cloué sur les solives, dont les interstices ont été colmatés avec du gypse.

Le plafond des écuries est formé de madriers entre lesquels a été coulé un mélange de pierres et de chaux et sur lesquels est cloué un lattis de bois. Le plafond de la chambre ménagère est identique mais plâtré. Au-dessus des madriers a été cloué un plancher de mélèze.

Structure et distribution

Au rez-de-chaussée se trouvent deux écuries plafonnées, ayant chacune leur porte et ne communiquant pas entre elles. L'écurie ouest se prolonge par une cave voûtée en berceau.

L'étage est divisé entre deux unités d'habitation : la partie ouest n'est formée que d'une grande cuisine, la partie est d'une cuisine et d'une petite chambre qui a pu être une chambre ménagère. Les deux cuisines comportaient une cheminée, remplacée au début du siècle par un poêle à trois trous.

La grange ne comporte pas de séparation intérieure. Elle occupe le deuxième étage et le comble. Devant la porte d'entrée percée dans le mur ouest, l'aire à battre est un gros plancher de mélèze soigneusement bouveté. La chambre ménagère est construite dans l'angle sud-ouest du deuxième étage. La grange est divisée en deux par un plancher mobile posé sur les entraits, auquel on accédait par une échelle de meunier.

Élévation

On accède au premier étage par un escalier en bois qui se prolonge par un balcon également en bois. Ce balcon communique par une échelle de meunier avec une deuxième galerie située à la base du pignon. On peut donc circuler en façade entre les trois principaux espaces de la maison, la grange, l'écurie et le logis. Ces balcons sont le seul accès à la chambre ménagère. Les menuiseries des portes de la grange qui donnent sur le balcon ne comportent pas de gonds ni de ferrures. Elles pivotent dans le chambranle grâce à un tourillon. L'entrée de la grange dans le mur ouest est reliée au sol par une passerelle de bois.

La fenêtre de la chambre ménagère est protégée contre les rats par un grillage en bois.

Les baies des pièces d'habitation sont encadrées d'un trait de peinture blanche.

Couverture

Le toit couvert d'ardoises grises comporte une demi-croupe sur le pignon sud. Il déborde largement au-dessus du mur gouttereau ouest et du pignon sud : le bardage de la grange est en ressaut sur la façade. L'avancée du toit est masquée par des planches qui contribuent à la ventilation de la grange.

La charpente comprend trois fermes : l'une à 10 cm du mur-pignon nord, la deuxième au centre, la troisième à l'extérieur du mur-pignon sud. Elles sont formées de deux arbalétriers unis par un poinçon, d'un entrait et d'un faux-entrait. Les poinçons ne sont pas chevillés à l'entrait comme c'est le cas habituellement mais cloués avec de gros clous en fer forgé. Les autres pièces sont simplement moisées, sans chevilles traversantes.

Les entraits sont pincés entre une panne posée sur les murs-gouttereaux et une autre posée au-dessus de sorte que la toiture est décollée des murs.

La cheminée en briques a été refaite.

Parties constituantes non étudiées étable, grange, resserre
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Argentière-la-Bessée (L')
Adresse Commune : Champcella
Lieu-dit : le Ponteil
Adresse : 2e ferme
Cadastre : 1956 E3 1091

La maison a été longtemps occupée par deux familles, mais n'a peut-être pas été conçue pour cet usage à l'origine.

Période(s) Principale : 19e siècle , (?)
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Maison construite sur un rocher. Le pignon sud est fermé par des planches. Le premier niveau est occupé par deux écuries plafonnées, dont l'une se prolonge par une cave voûtée en berceau. L'étage comporte deux unités d'habitation, l'une occupée par une grande cuisine, l'autre par une cuisine et une chambre. La demi croupe abrite trois niveaux de balcons. L'entrée de la grange dans le mur ouest est reliée au sol par un plan incliné de bois.

Murs pierre
bois
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit ardoise
Étages étage de soubassement, 1 étage carré
Couvrements voûte en berceau
Couvertures toit à longs pans
demi-croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur
escalier droit
en charpente
Typologies maison bloc type IB2 : cuisine à l'étage et balcons multiples reliés par des échelles meunières
Techniques peinture
Précision représentations

baies encadrées d'un trait de peinture blanche

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale - Faure-Vincent David