Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme

Dossier IA05000390 réalisé en 1984

Fiche

Dossiers de synthèse

DESCRIPTION

Situation

Cette maison est située à l'extrémité est du village. Elle n'est pas mitoyenne d'une autre construction. La maison étudiée semble avoir été très transformée. De nombreuses baies ont été bouchées.

Matériaux

Murs : appareil irrégulier de moellons de pierre locale (granit et marbre de pays surtout) hourdés avec un mortier de terre morainique contenant beaucoup de gravier. Seul le mur-pignon sud porte des traces de mortier de chaux. Les blocs de pierre, de taille relativement importante, sont calés avec de petits cailloux. Les chaînes d'angle sont grossièrement appareillées. Les pierres sont laissées apparentes à l'extérieur, très légèrement enduites à l'intérieur.

Les cloisons intérieures sont en pan-de-bois. Les voûtes sont en moellons de pierre locale liés à la chaux (?) et sont par endroit enduites au ciment. Le plafond du logis est formé de madriers entre lesquels a été coulé un mélange de paille, de cailloux et peut-être de chaux. Un lattis de bois, qui n'est pas plâtré, est cloué sur les madriers.

Le sol de l'écurie est en terre battue. Celui du logis et de la plus grande partie de la grange est un parquet de mélèze.

Structure

Le rez-de-chaussée couvert d'un voûtement d'arêtes qui retombe sur un pilier central en maçonnerie abrite l'écurie. Sous les râteliers fixés dans les murs est et sud se trouve un trottoir de 1, 50 m de large environ.

On pénètre à l'étage par une entrée voûtée en berceau qui aurait fait fonction de cellier. D'après l'information d'un voisin, il se serait trouvé dans cette pièce une tine fixée dans l'ancien plancher (le plancher actuel en pente de la porte intérieure à la porte extérieure aurait une vingtaine d'années). Il aurait également existé un pressoir à levier qui se serait prolongé dans la cuisine (les souvenirs du voisin sur l'emplacement du pressoir sont très vagues). D'après ce que nous avons vu dans d'autres maisons de la commune, il est plus probable qu'il occupait la cave est.

La porte qui, du vestibule, permet d'accéder à la cuisine, comporte un linteau sur coussinets tout à fait étonnant pour une porte intérieure.

Une autre maison du village (p. 709 ) comporte une fenêtre à linteau sur coussinets.

Le logis est formé d'une cuisine et de deux chambres.

La grange occupe le deuxième étage et le comble. La partie située devant l'entrée, au-dessus des pièces voûtées du premier étage, ne comporte pas de parquet contrairement au reste de la pièce. Un plancher mobile, posé sur les entraits des fermes de charpente, divise la grange en deux dans le plan horizontal. Une échelle permet d'accéder au niveau supérieur.

Il n'existe aucun dispositif de circulation intérieure entre les trois niveaux de la maison.

Élévation

Contrairement à la plus grande partie des maisons du canton, les accès aux différents niveaux ne se concentrent pas ici sur une façade particulière. On accède à l'écurie par le mur-pignon nord, au logis parle mur-pignon sud, à la grange par le mur-gouttereau ouest. Les deux premiers accès sont de plain-pied ; l'accès à la grange se fait par un montau, formé d'un remblai de pierre et d'une passerelle de bois.

Toutes les baies du mur-pignon nord ont un linteau de planches surmonté d'un arc de décharge et comportent une embrasure intérieure et extérieure. Au contraire les fenêtres du mur-gouttereau est sont au nu extérieur du mur. Elles sont entourées de traces d'enduit à la chaux et semblent avoir été refaites à une date déjà ancienne (début du siècle ?). L'ébrasement intérieur de toutes les fenêtres est assez important.

A l'exception des baies du mur-pignon nord toutes les ouvertures semblent avoir été remaniées. La porte de ce qui est actuellement le vestibule s'inscrit dans un arc en partie bouché qui a du couvrir une porte charretière. Une porte actuellement bouchée couverte d'un linteau en bois donnait dans la grange. Une autre, identique, dans l'écurie.

La façade sud comporte deux balcons : un petit balcon, desservi par une baie fenière, et un autre qui court à la base du pignon.

Couverture

Le toit comporte une demi-croupe au-dessus du mur-pignon sud. Il déborde largement (d'environ 1 m) au-dessus de ce mur de façon à protéger les balcons et la porte du logis. Il est couvert d'ardoises-écailles, sauf à la base des longs-pans couverte d'ardoises droites.

Les quatre fermes de charpente sont formées de deux arbalétriers unis par un poinçon court, d'un entrait et d'un faux-entrait. Elles s'appuient sur une sablière qui n'est pas posée au sommet des murs gouttereaux,comme c'est habituellement le cas, mais sur des cales de bois.

Distribution intérieure

Cette maison est restée très longtemps inhabitée. Lorsqu'elle a été achetée par les propriétaires actuels elle était encore meublée.

Dans la cuisine se trouvaient une table, des bancs, quatre chaises, un grand buffet-vaisselier et un petit placard mural.

Dans la première chambre se trouvaient deux lits. Dans la seconde un lit, une armoire et une étagère.

CONCLUSION

Il est fort possible que la pièce voûtée qui sert actuellement de vestibule ait été un cellier et que l'accès au logis se soit fait par une autre entrée. Ce système de distribution par vestibule est en effet inconnu à Champcella. On pourrait le rapprocher d'une maison de Freissinières (les Ribes, p. 2617), mais l'ensemble de l'étage est dans ce cas voûté.

Parties constituantes non étudiées étable, grange, resserre
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Argentière-la-Bessée (L')
Adresse Commune : Champcella
Cadastre : 1 958 754

La maison étudiée semble avoir été transformée. De nombreuses baies ont été bouchées.

Période(s) Principale : 19e siècle , (?)
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Le premier niveau est occupé par l'étable voûtée d'arêtes retombant sur pilier central. On pénètre à l'étage par une entrée voûtée en berceau. De plain-pied, on accède à l'étable et à l'étage. L'accès à la grange se fait au moyen d'une passerelle. La demi-croupe du pignon sud abrite deux niveaux de balcons.

Murs pierre
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit ardoise
Étages étage de soubassement, 1 étage carré
Couvrements voûte d'arêtes
voûte en berceau
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
demi-croupe
Typologies maison bloc type IB2 : cuisine à l'étage et balcons multiples reliés par des échelles meunières
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale - Faure-Vincent David