Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme dite Le Château du Plan

Dossier IA05001388 inclus dans écart du Plan réalisé en 2016

Fiche

  • Vue d'ensemble prise du sud.
    Vue d'ensemble prise du sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • étable
    • remise agricole
    • séchoir
    • fenil
    • hangar agricole
    • four à pain
    • cellier
Appellations Le Château du Plan
Parties constituantes non étudiées étable, remise agricole, séchoir, fenil, hangar agricole, four à pain, cellier
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional des Baronnies Provençales - Laragne-Montéglin
Adresse Commune : Val Buëch-Méouge
Lieu-dit : le Château
Cadastre : 1824 D2 213, 214 ; 1984 D2 373, 374 ; 2016 034D 373, 540
Précisions anciennement commune de Châteauneuf-de-Chabre

La construction de cette ferme a eu lieu au milieu du 18e siècle, elle est datée 1749 sur la baie fenière, et 1755 sur le portail de la cour. Ces deux dates portées sont chacune accompagnées des initiales « IT ».

Sur le plan cadastral de 1824, le plan de masse montre qu'à cette époque le bâtiment principal n'est pas encore agrandi vers l'ouest, et que seule la partie du hangar abritant le four à pain existe. La dépendance disjointe à l'ouest n'est pas encore bâtie. L'état des sections cadastrales mentionne alors cette parcelle comme « maison, sol et cour », appartenant à « Tourniaire François et hoirs », lequel possède également les terrains situés à proximité, dont deux parcelles de « labour » (parcelles 212 et 215 ), un « pré et verger » (parcelle 211) et un « bois et taillis » (parcelle 216). Ce document nomme ce quartier « Le Plan ».

Le bâtiment principal a été agrandi vers l'ouest à deux reprises, d'abord vers le milieu du 19e siècle, puis après le milieu du 20e siècle. Il a ensuite été remanié au début du 21e siècle et partiellement repercé. Le four à pain a probablement été reconstruit dans la seconde moitié du 19e siècle : il porte la marque du fabricant Alfred Terrassier dont la raison sociale est attestée entre 1840 et 1964.

Le hangar sud a été agrandi vers l'ouest, sans doute vers le milieu du 19e siècle. La lecture des élévations montre qu'il a ensuite été largement remanié (ouvertures murées) et surélevé, vers le milieu du 20e siècle.

Le hangar ouest a été ajouté à la toute fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle.

Période(s) Principale : milieu 18e siècle, milieu 19e siècle, limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle
Dates 1749, porte la date
1755, porte la date
Auteur(s) Auteur : Terrassier Alfred,
Alfred Terrassier

Fabricant de produits en terre cuite réfractaire installé à Tain dans la Drôme. Entreprise fondée en 1840. Spécialisé dans la fabrication de fours et accessoires pour four. Acquéreurs avant 1901 des usines Robin, Veuve Rozier, Pascal.

En 1904, la raison sociale devient Fournier Terrassier, à la suite du mariage de Paule Marthe Terrassier, descendante de la famille Terrassier avec Joseph Alfred Fournier.

En 1964 l'entreprise devient Fayol SAS. Elle est actuellement spécialisée dans la fabrication de produits en terre cuite réfractaire à usage alimentaire et a été labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant en 2006.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant, signature

Cette ferme est située à l'entrée orientale du hameau du Plan, à une altitude d'environ 530 mètres. Elle est composée d'un bâtiment principal, d'un hangar disjoint au sud, séparé par une cour, et d'un second hangar disjoint à l'ouest.

Le bâtiment principal est adossé perpendiculairement au sens de la pente, et il comporte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble.

La partie centrale de l'étage de soubassement, qui correspond au bâtiment initial, est occupée par deux étables indépendantes, chacune accessible par une porte piétonne large et éclairée par des jours.

L'étable occidentale est couverte par un voûte en berceau segmentaire à larges pénétrations. Une longue mangeoire sur banquette maçonnée est adossée au mur nord.

L'étable orientale est couverte par une voûte d'arêtes à trois croisées ; une mangeoire sur banquette maçonnée est adossée au mur ouest. La partie nord de cette pièce a été anciennement séparée par un mur maçonné ; une citerne occupe la moitié est, avec des parois portant un enduit d'étanchéité ; l'autre partie distribue un cellier aménagé au nord de l'étable occidentale. Un petit vestibule précède ce cellier, et accueille un escalier droit maçonné, qui communique avec le logis du rez-de-chaussée ; un petit réduit voûté est aménagé sous cet escalier. Le cellier est couvert par une voûte en berceau segmentaire.

La partie ouest de l'étage de soubassement est occupé par une remise, accessible par une grande porte charretière. La partie est de l'étage de soubassement, située sous la terrasse de la porte du logis, abrite une petite pièce.

Le logis occupe la partie orientale du rez-de-chaussée et de l'étage carré. On y accède au rez-de-chaussée par une porte ouverte dans le mur est, précédée d'une terrasse, et par un escalier intérieur montant de l'étage de soubassement.

La partie occidentale du bâtiment accueillait une remise au rez-dechaussée, accessible par une porte charretière ouverte dans le mur nord et un fenil à l'étage carré, accessible par une baie fenière ouverte dans le mur nord.

Tout l'étage de comble était réservé au séchoir. Il est aéré par des jours.

Le bâtiment principal est construit en maçonnerie de moellons calcaires et de galets, avec des chaînes d'angles en pierre de taille calcaire. Les élévations reçoivent un enduit à pierres-vues récent.

Sur la partie ancienne du bâtiment principal, les ouvertures d'origine possèdent un encadrement en pierre de taille calcaire. Le linteau est en arc plein-cintre pour la grande porte charretière de l'élévation nord, il est droit et monolithe pour la porte du logis, il est en arc segmentaire avec une clef lisse pour les autres portes et pour les fenêtres, et il est en arc segmentaire monolithe pour les jours. Les fenêtres ont un appui mouluré saillant. Les autres ouvertures ont été repercées en béton.

Sur la partie accolée à l'ouest, les encadrements des ouvertures sont façonnés au mortier, avec un linteau droit monoxyle.

Le toit est à longs pans et à croupe, et il est à un pan sur la partie ouest. La couverture est en tuile creuse récente. L'avant-toit est constitué de trois rangs de génoise, alternés avec trois rangs de carreaux de terre cuite ; il est peint en blanc.

Le hangar sud comporte un unique rez-de-chaussée, largement ouvert côté nord, et possédant une grande porte charretière côté sud. Le sol est caladé en galet. Un four à pain occupe l'angle nord-est. La bouche est constituée de deux blocs de béton réfractaire moulé, portant la signature du fabriquant : « TERRASSIER – TAIN (DROME) ». L'avaloir possède une structure métallique, avec un remplissage en briques creuses portant la signature du fabriquant : « ANGELO TREZZINI A LARAGNE – HTES ALPES ». La coupole du four est briques pleines. Un petit atelier indépendant occupe l'angle sud-est, il est éclairé par une fenêtre.

Le hangar est largement ouvert sur son côté nord, avec la présence de deux piliers en pierre de taille calcaire. Les murs sont construits en maçonnerie de moellons calcaires et de galets, avec des chaînes d'angles en gros moellons équarris. Les élévations conservent un enduit rustique. La charpente est à pannes sur fermes, avec poinçon et arbalétriers. Le toit à longs pans est couvert en tuile plate mécanique. La souche de la cheminée du four à pain est en brique pleine. Un bac de lavoir en ciment armé est adossé au pignon ouest.

La hangar ouest comporte un unique rez-de-chaussée. Il est occupé par une remise-fenil, accessible par une large porte charretière ouverte dans le mignon sud. Il est construit sur de larges piliers en maçonnerie de moellons calcaires, avec des angles en moellons équarris. Les espaces entre les piliers ont été murés. Le toit est à longs pans, avec une croupe côté ouest, il est à forte pente. La couverture est en tuile plate mécanique. L'avant-toit est constitué du débord des chevrons de couverture.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire galet
Toit tuile creuse, tuile plate mécanique
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvrements voûte en berceau segmentaire
voûte d'arêtes
Couvertures toit à longs pans croupe
toit à un pan
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Typologies F3a : ferme à maison-bloc à bâtiments accolés et/ou disjoints
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • État de section du cadastre de la commune de Châteauneuf-de-Chabre, 1825. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap, 3 P 279.

    Section D.
Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Châteauneuf-de-Chabre. / Dessin à l'encre sur papier par Allec ainé, géomètre du cadastre, 1824. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : 3 P 378.

    Section D2.
  • [Attelage de bœufs devant la ferme du Château du Plan] / Photographie noir et blanc anonyme, années 1930. Collection particulière.

(c) Parc naturel régional des Baronnies Provençales ; (c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï