Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme dite la Bastide Guichard

Dossier IA04001227 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Bastide Guichard
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Barrême
Adresse Commune : Blieux
Lieu-dit : près du Moulin
Cadastre : 1811 A3 2467 ; 1982 A3 1304

La ferme doit remonter au 18e siècle.

Période(s) Principale : 18e siècle

La ferme a conservé une remarquable stabilité dans son emprise au sol générale depuis la levée du cadastre napoléonien en 1811. Elle se situe en léger contrehaut de la route qui correspond à l'ancien chemin menant au quartier de Chaudoul. Elle est constituée de deux bâtiments principaux accolés auxquels s'est greffée une autre extension qui servait jusqu'à il y a peu de poulailler. La construction met en oeuvre les matériaux locaux traditionnels : moellons calcaire liés au mortier de gypse, avec chaînage d'angle, toit à longs pans pour le bâtiment I recevant le logis, à pan unique pour le bâtiment II , recouverts en tuile creuse. Le grès et le tuf interviennent en complément. Le bâtiment I correspond à une maison recevant en parties basse et haute les fonctions agricoles (étable et fenil) et le logis en rez-de-chaussée surélevé. Le bâtiment II, entièrement agricole, tient lieu en soubassement de remise surmontée d'un fenil. La partie logis présente un intérieur traditionnel avec potager et placard mural ; le sol est composé de lauzes sur mortier au-dessus d'un plancher rustique. Détail intéressant révélateur des remplois coutumiers dans les zones rurales : des clefs fichées dans le mur et servant de suspentes.

Murs calcaire moellon
grès moellon
tuf moellon
Toit tuile creuse
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
toit à un pan
Typologies F3 : ferme à maison-bloc à bâtiments accolés

La ferme est abandonnée depuis peu et commence à tomber en ruine, mais elle permet encore de lire le fonctionnement d'une exploitation agricole traditionnelle. Derrière les bâtiments, l'aire de battage est clairement discernable, et la présence d'un amandier ainsi que d'un noyer témoigne de l'ancien système agricole aujourd'hui révolu basé jusque dans le second quart du 20e siècle sur la polyvalence : la récolte des fruits, parfois transformés (huile de noix, fruits séchés) assurait ainsi un complément de revenus, parfois substantiel.

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mosseron Maxence