Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

ferme dite de la Bastide Neuve

Dossier IA04001213 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées remise agricole, étable à chevaux, bergerie, bûcher, bûcher, fenil
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Barrême
Adresse Commune : Senez
Lieu-dit : la Bastide Neuve
Cadastre : 1811 D2 1162-1163 ; 1986 D4 1137

Le cadastre napoléonien de 1811 signale deux parcelles (1162 et 1163), mais leur emprise au sol ne semble pas correspondre à l'implantation des bâtiments observables sur le terrain aujourd'hui. Les tableaux d'expertise pour la commune de Senez établis en 1812 informent que la parcelle 1163 était soumise à l'impôt et font état d'un logis appartenant à un certain Antoine Fort, mais on a du mal à situer l'habitation par rapport à ce que la situation actuelle laisse voir. La disposition a pu changer du tout au tout et une grosse partie des bâtiments visibles à ce jour pourrait être postérieure à 1811. Le cadastre mis à jour pour 1986 signale un entrepôt agricole dépendant de la ferme au nord-ouest, à environ deux cents mètres : il est aujourd'hui totalement ruiné.

Période(s) Principale : 18e siècle

La ferme de la Bastide Neuve présente un assemblage de bâtiments qui offrent la particularité de disposer d'une maison-bloc entièrement dévolue à la fonction de logis, à laquelle est adjoint perpendiculairement au pignon nord un ensemble de bâtiments entièrement agricoles disposés en enfilade. Cette partie orientée au sud est recouverte d'un toit à longs pans. L’enfilade des dépendances agricoles situées au nord est à pan unique. Un appentis récent servant de remise et de bûcher est accolé contre l'élévation est de la maison-bloc. La ferme dispose ainsi de six bâtiments agricoles et d'un bâtiment d'habitation, sur deux niveaux : soubassement et rez-de-chaussée surélevé. Les fonctions agricoles sont traditionnelles : remise, écurie, bergerie, bûcher, fenil, éventuellement séchoir. D'une manière générale les différentes parties communiquent entre elles de façon horizontale. En revanche l'accès entre la maison et la bergerie en soubassement a été muré, à moins que le bloc logis n'ait été construit après-coup et cette communication condamnée d'emblée : le logis est quoiqu'il en soit aujourd'hui totalement indépendant. Il a conservé son sol en carreaux de terre cuite vernissée, sa cheminée, son bac mural à cendres alcalines, son poêle en fonte, ses placards muraux avec huisseries anciennes, sa resserre ou "chambron" pour le stockage de la nourriture. Une pièce exiguë prolonge cette pièce principale et sert de chambre. On accède au niveau supérieur par un escalier en équerre maçonné récent mais reprenant l'escalier ancien parallèle à la façade d'entrée située à l'ouest. On y trouve deux chambres et un grand cagibi. Il est possible que deux fenêtres du fenil, contre le mur sud, aient été anciennement transformées en ruches-placards avant l'adjonction de la maison. Dans cette hypothèse, elles auraient perdu leur vocation depuis longtemps. La ferme est toujours occupée par son actuelle propriétaire, qui s'y déplace régulièrement, habitant Senez même. Elle témoigne d'un remarquable état de conservation et montre pour la partie logis un intérieur tel qu'il pouvait encore l'être au début du 20e siècle.

Murs calcaire moellon
Toit tuile creuse, ciment amiante en couverture
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé
Couvertures toit à deux pans
toit à un pan
appentis
Escaliers escalier en équerre, en maçonnerie
Typologies F3 : ferme à bâtiments accolés et/ou disjoints
Statut de la propriété propriété privée, []
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mosseron Maxence