Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
cathédrale Notre-Dame et Saint-Véran actuellement église paroissiale Saint-Véran

ensemble de 20 colonnettes et 20 chapiteaux

Dossier IM84001310 réalisé en 1989

Fiche

Voir

Le décor sculpté

La nef : l'intérieur

1. Les colonnettes

Travée

Pilier nord

Pilier sud

1 ouest

1 : torsadée

1 : cannelures plates garnies de tronçons de rudentures, en alternance

1 est

2 : cannelures rudentées à mi hauteur, surmontées par un feston et des petites feuilles d'eau

2 : polygonale, rudentée, avec terminaison analogue à la colonnette nord

2 ouest

2 : rudentée, torsadée, décorée d'un aigle avec un lapin dans ses serres

2 : une partie, rudentures surmontée d'une arcature. L'autre partie, panneau avec un entrelac bipartite rempli de palmettes, qui pend de la bouche d'un masque sur le chapiteau

2 est

3 : cannelures à congé en arcatures et feuilles d'eau

3 : cannelures torsadées à congé en contre-profil

3 ouest

3 : rudentures surmontées par un feston et des petites feuilles d'eau ; par dessus, serpent avalant un fruit

3 : rudentures, feston et feuilles d'eau

3 est

4 : rudentures droites, brises en chevron à mi-hauteur ; au sommet, congé en arcature avec petite moulure simulant un chapiteau

4 : rudentures torsadées, vers la droite en bas, vers la gauche en haut

4 ouest

4 : cannelures surmontées d'un feston et de feuilles d'eau

4 : polygonale : rudentures en bas et écailles en haut

4 est

5 : polygonale

5 : rudentée, torsadée

5 ouest

5 : cannelures rudentées, à congé en contre-profil

5 : cannelures à congé en contre-profil

5 est

6 : cannelures à congé en contre-profil

6 : cannelures torsadées, avec rudentures dans la partie médiane

La description des colonnettes montre une certaine simplicité dans les travées 4 et 5 orientales - exception faite de la colonnette 4, 4 sud à décor d'écailles -et une tendance plus décorative dans les tra­vées 1 à 3 orientales.

On remarque aussi la présence d'un décor en feston avec petites feuilles d'eau sur les colonnettes 1, 2 nord et sud, 3, 3 nord et sud et 4, 4 nord. Ces deux observations permettent de classer les colon­ nettes en deux groupes :

groupe 1 : travées 1 à 4 avec piliers 1 à 4

groupe 2 : travées 4 et 6 avec piliers 4 à 6.

Il faut éventuellement monter sur une échelle pour vérifier l'authen­ticité des décors sur les colonnettes 2, 2 nord et sud ainsi que sur la 3, 3 nord. Il n'est pas exclu de penser que ce décor soit contemporain des chapiteaux, mais la prudence commande de le vérifier.

2. Les chapiteaux

b : partie basse, cubique

h : partie haute, en tronc de pyramide renversé

reg. : registre

Travée

Pilier nord

Pilier sud

1

1 : b. Deux registres de feuilles en quinconce

h. reg. inf. : 5 feuilles d'acanthes

reg. central : 3 feuilles d'angles

reg. sup. : crosse à feuilles

Composition dense sinon confuse d'un sculpteur secondaire

1 : b. palmettes

h. reg. inf. : 3 feuilles d'acanthes

reg. sup. : crosses à feuilles

superposition : fruits striés

1

2 : b. feuilles de vigne et grappe de raisin ; masque

h. reg. inf. : 3 feuilles d'acanthes d'angle

reg. central : crosses à feuilles ou non

reg. sup. : corbeille ornée d'oves

superposition : fruit strié sur la crosse d'angle

2 : b. angles abattus pour se conformer à la colonnette.

Feuilles d'acanthes

h. reg. inf. : 2 feuilles

reg. central : 3 feuilles d'angle dont une terminée en crosse

reg. sup. : crosses à feuilles

superposition triple : 2 volutes, et un fruit strié d'angle

2

2 : b. palmettes ?

h. reg. inf. : 3 grandes feuilles d'acanthes d'angle

reg. sup. : tiges à feuilles sortant d'une gaine, avec crosses

double superposition : crosse et fruit strié d'angle

2 : b. palmettes ; masque avec 2 tiges de palmettes sortant de la bouche

h. reg. inf. : 2 grandes feuilles d'acanthes avec crosse

reg. sup. : crosses, avec ou sans feuilles

superposition triple : 2 crosses et un fruit strié d'angle

2

3 : b. acanthe

h. reg. inf. : grandes feuilles d'acanthes culminant avec crosses ornées d'une rosette

reg. sup. : crosses à feuilles

superposition triple : 2 volutes et un fruit (?) strié

3 : b. palmettes

h. reg. inf. : 3 grandes feuilles d'acanthes d'angle, recourbées

reg. sup. : crosses à feuilles

superposition : crosse et un fruit strié d'angle

3

3 : b. feuille d'acanthe

h. reg. inf. : 2 feuilles d'acanthe

reg. central : 3 feuilles d'angle avec crosses

reg. sup. : crosses

superposition triple : 2 crosses et un fruit strié

3 : b. feuilles d'acanthe

h. reg. inf. : 3 feuilles d'acanthe d'angle, recourbées

reg. sup. : crosses

superposition avec fruit strié (?) ( mauvais éclairage )

3

4 : b. palmettes trilobées

h. reg. inf. : 3 feuilles d'acanthe

reg. central : 3 feuilles d'angle

reg. sup. : tiges avec petites crosses

superposition triple : 2 crosses et un fruit informe

composition confuse, sculpteur secondaire

4 : b. feuilles polylobées

h. reg. inf. : 3 grandes feuilles d'acanthe d'angle

reg. sup. : crosses

superposition probable, ( mauvais éclairage )

4

4 : b. reg. inf. : oves ( réf. à 5,6 sud )

reg. sup. : feuilles d'eau en diagonale

h. reg. inf. : 3 grandes feuilles d'acanthe avec volute

reg. sup. : tiges à feuilles épaisses, avec volute ; ove sur le dé

superposition : 2 volutes et un fleuron

4 : b. palmette (?) et masque

h. reg. inf. : une grande feuille d'angle en éventail

reg. central : 3 feuilles d'angle dont 2 avec crosses

reg. sup. : crosses

superposition de 2 crosses et un fleuron (?) cassé,

composition confuse

4

5 : b. palmettes

h. reg. inf. : 2 feuilles d'acanthe

reg. central : feuilles d'angle avec une seule crosse

un fleuron d'angle

5 : b. palmettes

h. reg. inf. : 3 palmettes d'angle

reg. sup. : tiges avec petites crosses

artiste secondaire

5

5 : b. feuilles trilobées nouées par une bague

h. reg. inf. : 3 grandes feuilles d'acanthe d'angle

reg. sup. : tiges à feuilles avec une volute d'angle

5 : b. feuillage à lobes plates

h. reg. inf. : 2 feuilles d'acanthe

reg. sup. : 3 crosses et corbeille décorée d'oves verticale

fleuron d'angle sur l'abaque

5

6 : b. palmettes

h. reg. inf. : 3 grandes feuilles d'acanthe d'angle

reg. sup. : tiges avec volutes d'angle

fleuron sur l'abaque

6 : b. reg. inf. : oves et fers de lance

reg. sup. : palmettes (?)

h. reg. inf. : 3 grandes feuilles d'acanthe d'angle finement sculptées, dont une avec volute

reg. sup. : crosses et corbeille ornée d'oves et fers de lance

fleuron d'angle sur l'abaque

en double superposition

chef d'oeuvre

La description des chapiteaux de la nef permet de reconnaître que le chapiteau 5,6 sud est un chef-d'oeuvre, réalisé par un maître-sculp­teur.

La description permet de cerner le travail d'un sculpteur de qualité qui a travaillé dans les deux travées orientales 4 et 5 de la nef. Ses chapiteaux sont inspirés de l’œuvre 5 ,6 dont la composition de la partie haute sur deux registres et les références au décor archi­tectural antique classique sur la partie cubique en bas ont été toutes deux retenues par le sculpteur oriental.

Un autre sculpteur de qualité a travaillé dans les travées 1 à 3 occidentales. Son art est marqué par une recherche formelle et maniériste par le dépassement des formes classiques : un exemple de cela est la superposition triple de deux crosses et d'un fruit (ou fleuron) strié placé sur l'abaque. On peut appeler cet artiste le sculpteur occidental.

Il y a un groupe de quatre chapiteaux qui semblent dus au travail d'un ou de deux assistants. La composition des chapiteaux est dense et confuse ; le traitement des feuilles n'est pas maîtrisé.

Ces quatre groupes de sculptures se trouvent donc répartis dans la nef en deux zones, est et ouest.

NOTE DE SYNTHÈSE 1

En 1909, L.-H. Labande est le premier 2 à faire remarquer la similitude entre le décor de la nef et celui de Notre-Dame-des-Doms, de l'église de Saint-Restitut et de la nef Saint-Maximin de la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence, dans lesquelles sont visibles des « chapiteaux cubiques à deux étages» sur des colonnettes décorées et placées sur le dosseret des piliers, de part et d'autre des doubleaux.

En 1963, J. Thirion reprend la comparaison 3 en y ajoutant les cathédrales de Carpentras et de Saint-Paul-Trois-Châteaux et constate lui-aussi que les chapiteaux sont similaires à ceux de la cathédrale d'Aix-en-Provence.

Tous deux proposent de dater la construction de l'édifice du dernier quart du 12e siècle et son achèvement au début du siècle suivant.

A. Borg, dans son étude de 1972 4 souligne également la ressemblance entre les chapiteaux de la nef et ceux d 'Aix-en-Provence et suggère que les sculpteurs ayant travaillé à Saint-Sauveur ont ensuite travaillé à Cavaillon.

Rollie Guild, après une analyse très minutieuse de l'édifice, conclut que les chapiteaux de la nef sont, pour l 'essentiel, réalisés par deux sculpteurs, qu'il nomme sculpteur «occidental », pour les travées 1 à 3 et sculpteur «oriental », pour les travées 4 et 5. Quatre chapiteaux, dans les travées 1, 4 et 5, sont de piètre qualité : faut-il les attribuer aux travaux de restauration effectués au 19e siècle, dont a parlé J. Thirion ?

Dans la travée 5, le chapiteau sud-est est un chef d'œuvre unique. Il est possible qu'un maître sculpteur l'ait fourni pour servir de modèle. Le sculpteur « oriental » s'en est directement inspiré.

L'emplacement du modèle dans l'angle sud-est, les références proches faites par le sculpteur oriental et celles, plus libres, du sculpteur occidental suggèrent que le chantier de la nef s'est déroulé d'est en ouest et s'achevant par le remploi de la façade occidentale du IIe siècle.

Le décor des colonnettes, dans les travées 1 à 3 est plus compliqué que celui des colonnettes dans les travées 4 et 5. Dans trois cas, les cannelures ou les rudentures sont terminées par un petit feston ; ces trois exemples sont situés dans les travées 1, 3 et 4 et peuvent indiquer que les deux étapes de la réalisation des cinq travées furent assez rapprochées. Ce motif décoratif est également visible sur les colonnes engagées du côté est de l'abside.

1(établie d'après l 'étude inédite de Rollie Guild, en 1989) 2 L.-H. Labande, Cavaillon, dans le Congrès archéologique de France, 1909, Avignon, 1, p. 243-251.3 J. Thirion, Notre-Dame de Cavaillon, dans le Congrès archéologique de France, 1 963, Avignon, p. 394-4064A . Borg, Architectural sculpture in Romanesque Provence, Oxford, 1972, p. 71 -73.
Aire d'étude et canton Cavaillon
Adresse Commune : Cavaillon
Adresse : place Voltaire
Emplacement dans l'édifice encadrent les doubleaux des cinq travées de la nef
au niveau des écoinçons des chapelles latérales

Les colonnettes et chapiteaux datent de la reconstruction de la cathédrale dans la 2e moitié du 12e siècle. Les "chapiteaux cubiques à deux étages", pour reprendre l'expression de L.-H. Labande, sont très proches de ceux de la nef romane de la cathédrale d'Aix-en-Provence. Les colonnettes et chapiteaux, dans leur ensemble, s'apparentent également à ceux des cathédrales d'Avignon, de Carpentras, de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de l'église de Saint-Restitut (Drôme). Ils ont été couverts de polychromie en 1860 et 1861 (notice IM84001216). Trois colonnettes et huit chapiteaux ont été restaurés en 1860, par le sculpteur Laffitte d'Avignon.

Période(s) Principale : 2e moitié 12e siècle
Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre immeuble, 1840
Précisions sur la protection

Immeuble par nature, classé en même temps que l'édifice en 1840.

Références documentaires

Bibliographie
  • BORG, Alan. Architectural sculpture in Romanesque Provence. Oxford : 1972.

    p.71-73
  • LABANDE, Léon-Honoré. Cavaillon. Dans : Congrès archéologique de France, Avignon, 1909, tome 1, p.243-251.

  • THIRION, Jacques. Notre-Dame de Cavaillon. Dans : Congrès archéologique de France, Avignon, 1963, p.394-406.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Guild Rollie - Reynier Françoise