Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale

Dossier IA04000921 réalisé en 2007

Fiche

Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
Adresse Commune : Castellane
Lieu-dit : Taloire
Cadastre : 1835 B 615 ; 1983 212B2 514
Précisions anciennement commune de Taloire ; commune rattachée à

Cette église est l'ancienne église paroissiale de Taloire. Elle date probablement de l'installation du village à son emplacement actuel après un déperchement du site castral de Saint-Etienne, estimé par les historiens au 15e siècle. Le fenêtre ouest de l'élévation sud est un repercement du 18e ou du 19e siècle. Lors du tremblement de terre de 1951 elle a été endommagée par de profondes fissures, la commune n'avait alors pas les moyens financiers d'effectuer les réparations. Cette église est aujourd'hui très ruinée.

Période(s) Principale : 15e siècle , (?)

Cette église est située sur une légère éminence à l'ouest du village, elle est orientée. La nef est de plan rectangulaire ; l'abside est séparée de la nef par un épaulement. A l'intérieur : les murs portent des vestiges d'enduit au mortier de gypse, les restes d'une fausse corniche moulurée, réalisée en gypserie, se trouvent à mi-hauteur sur le mur sud. Le mur sud est percé d'une porte centrale à embrasure droite en arc segmentaire. A l'ouest, est percée une fenêtre rectangulaire à embrasure droite ; à l'est, est percé un jour à embrasure droite. Les restes d'un autel en maçonnerie et gypserie subsistent le long du mur sud. Une niche en arc plein-cintre est aménagée dans la partie est du mur nord. L'abside est ruinée, elle était voûtée en cul-de-four. L'ensemble est construit en moyen et petit appareil de moellons assisés, en calcaire ou en tuf, maçonnés au mortier de chaux, avec fourrure de pierres de blocage et mortier entre les parements intérieurs et extérieurs. Les chaînes d'angles sont en pierre de taille. L'élévation de l'abside est couronnée par des corbeaux faisant avant-toit. La porte de l'élévation sud possède un encadrement en pierre de taille, en arc plein-cintre, avec claveaux extradossés. La fenêtre ouest de l'élévation sud possède un encadrement façonné au mortier de gypse. La fenêtre est possède un encadrement en moellons équarris, le linteau a disparu. La charpente (sans doute à pannes) a disparu et le toit est ruiné. Ce dernier était à longs pans et était couvert en tuile creuse. L'avant-toit, dont restent quelques éléments, est réalisé par deux rangs de génoises maçonnées, la saillie de rive des pignons était traitée par un léger débord des tuiles de rives. Des chenaux métalliques récupéraient l'eau de ruissellement de la toiture et l'acheminait vers un puits-citerne situé à quelques mètres au nord-est de l'église. Le cimetière se trouve au sud-est.

Murs calcaire
tuf
moellon
pierre de taille
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvertures toit à longs pans
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété de la commune, []

Annexes

  • Transcription de la visite pastorale du 3 août 1698

    Eglise de Taloire

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 G 17

    « (…) procédant à la visite des vases sacrés et autres ornements, nous avons trouvé qu’ils consistent

    à un tableau représentant la Ste Vierge, St Etienne diacre et St Jean Baptiste avec un petit cadre de bois peint,

    un tabernacle de bois peint fort usé étoffé au-dedans ou il y a des armoiries d’un évêque dans lequel il y a un calice et patenne d’argent non dorez en dedans,

    un soleil d’argent sans pied,

    un ciboire d’argent avec son pied dememe non doré,

    un petit crucifix leton,

    deux chandeliers leton,

    un encensoir leton,

    un teigitur tout rompu,

    une pierre sacrée en bon état,

    une croix leton pour la procession,

    une lampe leton,

    un seul devant d’autel toile peinte,

    un pavillon toile blanche pour couvrir l’autel,

    cinq nappes dont une très […], et les autres passables,

    un marchepied tout rompu,

    un missel fort usé,

    un seul cordon,

    deux amicts assez bons,

    trois corporaux,

    vint purificatoires,

    deux pales,

    une seule bourse qui ne vaut presque rien,

    une clochette pour l’élévation,

    quatre chasubles dont une de ligature rompue en quelques endroits, la seconde de camelot violet presque toute déteinte, la 3e noire un peu déchirée, et la 4e de camelot blanc passable avec leurs etolles et manipules, un dais de liigature fort bon,

    trois voiles de calice,

    il n’y a point de chappe.

    Nous avons visité les fonts baptismaux qui sont en assez bon état excepté que la serrure est rompue, une cuvette de cuivre rouge pour tenir les eaux baptismales assez bonnes, des crémières d’étain toutes rompues.

    Le prieur nous a ensuite fait voir un ossement de St Etienne enchâssé dans un reliquaire de bois façon debras, cacheté des armes de notre prédécesseur qui atteste dans la visite faite en lannée 1672 que cette relique est authentique par feu Mr Martin l’un de nos douaniers ; nous avons encore remarqué que le toit de la nef est tout rompu et en désordre, pleuvant dans l’église, que les murailles d’icelle sont toutes décrépies, et le pavé tout brisé, que le clocher est posé dans le sanctuaire de telle manière que la corde de la cloche incommode les prestre en célébrant la messe ; et procédant à la visite de l’autel St Etienne nous y avons trouvé un tableau représentant la Ste Vierge et St Etienne pape et martyre, une vieille croix leton fort usée, une pierre sacrée sans reliques, quatre napes d’autel, deux chandeliers de terre et un devant d’autel toile peinte (…. suit le compte rendu de la visite de l’église du Vilars)

    Recommandations

    « (…) nous avons ordonné et ordonnons à l’égard de la paroisse de Taloire que la figure St Etienne diacre qui est au tableau sera changée en celle de St Etienne pape et martyr qui est le patron,

    le tabernacle sera raccommodé et fixé dans un endroit stable,

    que les armoiries qui sont au tableau et audit tabernacle seront ostées,

    qu’il sera acheté un teigitur Evangile et lavabo honeste, avec deux nappes d’autel, q

    ue le pied du chandelier leton sera racomodé,,

    qu’il sera pareillement acheté deux devants d’autel, une bourse de corporaux à deux [envers], une chappe à diverses couleurs de ligature, deux voiles étoffe de soye ;

    que le marchepied aussi bien que les trois aubes et les trois chasubles noire rouge et celle de ligature seront racomodez aux endroits qui sont rompus ,

    que le pavé du sanctuaire soit réparé ou il est besoin, que l’on fera faire une vitre à la fenestre du presbytère qui sera aggrandie, et que ledit presbytère sera reblanchi,

    que la lampe brûlera toute l’année devant le St Sacrement qui sera conservé dans le tabernacle, le tout cy dessus aux frais et dépens du dit Sieur Prieur de ladite paroisse (…)

    Et pour ce qui concerne la communauté dudit Taloire nous ordonnons qu’à ses frais et dépens il sera mis une serrure à la porte des fonts baptismaux, que l’on achètera des crémières d’étain fin qui soient propres avec une petite coquille pour verser l’eau baptismale, qu’il sera percé une fenestre au fonds de l’église ou l’on mettra un treillis fort fin pour donner du jour dans l’église, qu’il sera acheté un drap mortuaire, que le couvert de la nef sera tout retouché et réparé aux endroits ou il en a besoin, que la nef sera crespie et blanchie et entièrement pavée, que la cloche qui est mise dans le sanctuaire sera à cause de l’indécence transporté au fonds de l’église ou l’on fera un petit clocher pour la placer, que le confessionnal qui est aussi dans le sanctuaire sera porté au bas de l’église et que l’on y fera une petite grille des deux costez avec deux petites portes de bois blanc, que le cimetière sera réparé aux endroits ou il est nécessaire. Et quand à l’autel St Etienne nous interdisons la pierre sacrée faute de reliques, et ordonnons qu’il sera acheté une autre avec deux chandeliers leton (…)

  • Etat de l'église entre 1858 et 1897 d'après les archives

    Etat de l’église entre 1858 et 1879

    Procès-verbaux de visites pastorales

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 87

    21 avril 1858 : les murs sont bons quoiqu’un peu ébranlés par le tremblement de terre de 1856. La toiture est assez bonne, le pavé en bon état. Le cimetière n’est pas complètement clos. La croix n’est pas centrale mais elle est placée vers le haut du cimetière.

    28 septembre 1866 : les murs sont lézardés (provient de l’affaissement du terrain). La toiture est en bon état. Pavé, portes et fenêtres sont dans un état passable. Le cimetière est en bon état. La croix du milieu est présente (elle ne l’était pas le 19 avril de la même année).

    28 avril 1879 : murs et toiture sont en bon état ; le pavé est passable. Portes et fenêtres sont en bon état. La sacristie est en mauvais état ; les clôtures du cimetière en bon état.

    Etat de l’église entre 1884 et 1890

    Procès-verbaux de visites pastorales

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 93

    19 décembre 1884 : l’ensemble est en bon état, exceptée la sacristie qui est dans un état pitoyable. La toiture de l’église a été réparée. La croix du cimetière est existante.

    27 mars 1890 : L’église est en bon état ; la sacristie dans un état satisfaisant ; le cimetière en bon état ; la croix du milieu est manquante.

    Etat de l’église en 1893

    Procès-verbaux de visites pastorales

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 94 n° 1

    9 mai 1893 : l’église est en assez bon état ; des réparations au toit s’imposent car il pleut sur les autels. Le pavé est en bon état ; les portes en très mauvais état ; la sacristie en assez mauvais état. Clôture du cimetière en bon état. Croix du milieu existante et en bois.

    Achat d’un ostensoir.

    Etat de l’église en 1894

    Procès-verbaux de visites pastorales

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 94 n° 2

    30 octobre 1894 : murs, toiture et pavés sont en assez bon état. Pas de sacristie, juste une pièce qui donne derrière l’autel. Le cimetière est suffisant et en bon état. Pas de croix du milieu.

    Etat de l’église en 1897

    Procès-verbaux de visites pastorales

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 95 n° 1

    30 mars 1897 : église en bon état ; état sacristie satisfaisant. Clôture du cimetière en très bon état. Pas de croix du milieu.

    Achat d’une statue de St Joseph, d’une chape blanche et d’une

Références documentaires

Documents d'archives
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17.

    Visite pastorale du 3 août 1698.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1884 - 1891. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 93

    1890/04/17 : description de l'état de l'église. Eglise en bon état.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1892 -1895. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 94.

    1894/12/17 : description de l'état de l'église : les murs ont besoin de réparations ; le reste est en bon état.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1896 à 1921. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 95

    Visites des 14 septembre 1896 et 14 novembre 1908 : l'église est en bon état.
  • Inventaires des biens des fabriques des paroisses de l'arrondissement de Castellane dressés en exécution de l'article 3 de la loi du 9 décembre 1905. 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65

    1905/06/10 et 1906/02/19
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï