Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Nicolas

Dossier IA84000229 réalisé en 1987

DESCRIPTION DÉTAILLÉE :

Situation et composition d'ensemble :

L'église est située dans l’angle sud-est de la place Mirabeau, longée au nord par la rue Voltaire. Au sud, elle est séparée de l'ancienne enceinte fortifiée par une cour.

D'aspect assez compact, elle constitue avec la Tour de l'Horloge, l'un des principaux éléments monumentaux de la Place, bien que peu élevée et visible de loin.

Elle est accessible, à l'ouest par un parvis surélevé de quatre marches entouré d'une grille et par une porte latérale ouvrant de la rue Voltaire sur la première travée de la nef.

Matériau et mise en œuvre :

L'ensemble des parements extérieurs semble assez homogène, constitué d'un appareil moyen, à joints réguliers de 1 ou 2 cm. Il en est de même des parements intérieurs, mais l'observation est fragmentaire du fait des badigeons et du mobilier. Les voûtes sont construites en petit appareil rectangulaire, celles de la nef sont enduites. Tous les supports (piliers, colonnettes, piédroits) et les arcs sont appareillés et sculptés.

Parti général, plan, coupe et élévations intérieures :

Église orientée, comprenant une nef de quatre travée et un collatéral, voûtés d'ogives. La nef possède un chœur polygonal couvert d'une voûte d'ogives rayonnante à neuf quartiers et clé pendante. Elle est bordée à gauche de trois chapelles voûtées d'ogives ; le collatéral de même, plus une première chapelle couverte d'une coupole sur trompes, percée d'un oculus et couronnée d'un lanternon.

Le périmètre de l'édifice est assez régulier et ramassé, comptant peu de décrochements ; première chapelle nord, contreforts d'angle de la façade antérieure ; première chapelle sud plus étroite que les trois autres ; contreforts d'angle de la troisième chapelle sud, noyés partiellement dans la maçonnerie des deuxième et quatrième chapelles ; le chœur est bordé au sud par une chapelle voûtées d'arêtes en ressaut sur la sacristie actuelle, à l'est des chapelles sud.

Le plan n'est qu'apparemment régulier car l'église a été maintes fois reprise et modifiée.

La nef dont les voûtes d'ogives sont bombées se compose de quatre travées régulières la première étant la plus profonde séparée par des doubleaux moulurés dont le rouleau intérieur retombe sur des colonnettes adossées aux piliers ; les ogives retombant sur deux autres colonnettes encadrant la première, sauf pour les deux retombées orientales de la quatrième travée (culots) ; les clés des deux premières travées portent la date de 1685.

Le collatéral de moindre hauteur que la nef présente une disposition semblable, il communique largement avec la nef par quatre grandes arcades séparées par des piliers flanqués de colonnettes. les voûtes de même nature que précédemment, sont ornées de liernes et de tiercerons.

Les chapelles nord, de plan rectangulaire, peu profondes, ont une longueur moindre que celles des trois travées correspondantes de la nef, elles sont toutes décalées vers l'est.

Les chapelles sud ont un parti identique à l'exception de la première plus petite, couverte en coupole, les trois autres sont de plan carré, couvertes dans l'axe des travées du collatéral ; leurs ogives retombent sur des colonnettes sauf pour la deuxième (culots).

Les élévations intérieures :

La nef, côté nord : les quatre travées sont régulières, limitées par un formeret en arc brisé ; seules les trois dernières travées présentent une grande arcade en arc brisé dont la modénature se prolonge, ininterrompue jusqu'au sol ; à l'intérieur, décalée et plus petite, l'entrée de chacune des chapelles ; les trois et quatre sont ornées d'archivoltes moulurées, retombant sur des colonnettes recevant les doubleaux de la nef.

Les piliers séparant les travées ont leurs chapiteaux polygonaux à hauteur des grandes arcades. Leurs bases sont aujourd'hui dépourvues de décor (refaites ?).

La nef, côté sud : ce côté est percé de façon homogène de quatre arcades identiques retombant sur des piliers flanqués de quatre colonnettes ; la première et la quatrième arcades ont une modénature qui retombe directement sur les chapiteaux ; celle des deuxièmes et troisième meurt dans l'épaisseur des colonnettes.

Chaque pilier est ceinturé d'un ensemble plus ou moins complexe de chapiteaux de crosses végétales, inspirés du corinthien. Les colonnettes recevant des doubleaux et les ressauts recevant ogives et formerets se prolongent au-dessus de ces chapiteaux jusqu'à un deuxième niveau de chapiteaux semblables à ceux du gauche de la nef.

Le pilier occidental de la première travée (premier pilier) a un profil prismatique bien que sa couronne de chapiteaux soit d'inspiration corinthienne.

Le deuxième pilier a un profil classique avec piédestal, base et chapiteaux ; seules les colonnettes en sont couronnées ; astragale et tailloirs se prolongeant par des ressauts du pilier ; les colonnettes recevant les ogives ont un chapiteau de moindre hauteur.

La nature du décor du troisième pilier est identique ; mais la hauteur des chapiteaux est plus courte et uniforme pour l'ensemble des supports.

Le quatrième pilier est identique aux précédents mais sa ceinture de chapiteaux est différente, plus fournie : les colonnettes recevant les ogives en sont dépourvues, à l'inverse des ressauts du pilier qui les encadrent couronnés d'un angle de chapiteaux, plus grand que ceux des colonnettes mais dont les cornes des tailloirs, très saillantes sont alignées.

Le cinquième pilier, ondulé, est couronné de chapiteaux dont seul celui de l'archivolte inférieure de la grande arcade est complet.

Le chœur est précédé de l'arc triomphal retombant sur deux piliers ondulés dont les bases s'ornent d'animaux sculptés très abîmés et dont les chapiteaux sont identiques à ceux du cinquième pilier de la nef.

L'élévation du chœur est rythmée par des colonnettes et comprend deux niveaux. Le premier, simplement percé de portes de service, est couronné par une corniche à modillons ; chaque pan est encadré par des colles engagées sans chapiteau, sur base, prismatique. Le deuxième niveau est rythmé par des colonnettes engagées, cannelées et couronnées de chapiteaux d'inspiration ionique. Les deux colonnettes au revers de l'arc triomphal reposent sur des culots. Ces colonnettes assez courtes portent les nervures rayonnantes avec liernes et tiercerons, formant une couronne autour de la clé pendante. Le chœur est éclairé par cinq fenêtres en arc brisé avec remplages flamboyants (celle du centre est obstruée).

Le collatéral, côté nord est constitué essentiellement par les grandes arcades de la nef dont les archivoltes se confondent avec les formerets. Côté sud, les quatre travées limitées par un formeret (le quatrième est brisé) sont percées de l'entrée axiale d'une chapelle en plein cintre, surmontée par une fenêtre en arc brisé dont la partie supérieure basse a dû être entamée lors du percement des chapelles. Le décor de ces arcs se réduit à une modénature sauf pour la première travée, ornée d'un décor architecturé couronné de deux pots (la fenêtre est murée).

Les retombées des ogives et des doubleaux s'effectuent sur des colonnettes engagées dont les chapiteaux sont de même inspiration et de composition semblable à ceux précédemment cités.

La voûte de chacune des travées s'orne de motifs différents : clés pendantes (première travée), fleurs de lys (première travée), culots évoquant des chapiteaux (quatrième travée). Les deuxième et troisième travées ont un simple tracé géométrique.

Les chapelles nord : leurs élévations sont dépourvues de décor architecturé à l'exception de leurs fenêtres respectives en plein cintre et des éléments du couvrement. La deuxième chapelle est couverte d'une voûte d'ogives ornées de quatre nervures supplémentaires et d'une clé figurant une tête humaine. La troisième chapelle est orné d'une clé figurant l'agneau ; les ogives retombent sur des culots sculptés polygonaux, figurant grossièrement des feuillages.

Les chapelles sud : leurs élévations correspondent aux mêmes remarques. La première chapelle possède une coupole à huit pans, percée d'un oculus ; huit fenêtres en plein cintre éclairent le lanternon, séparées par des pilastres aux chapiteaux inachevés ; la coupole est nervurée. La deuxième chapelle possède des ogives retombant sur des culots partiellement godronnés. La troisième chapelle comporte des ogives retombant sur des colonnettes d'angles aux chapiteaux d'inspiration toscane, ornés d'un rang d'oves. La quatrième chapelle possèdent des culots sculptés : celui de l'angle nord-ouest figure un chérubin ; la clé de voûte figure un cartouche dans un cuir, encadré de deux palmes.

Élévations extérieures :

La façade antérieure occidentale se compose de deux parties :

- le mur de la nef dont le décor a été établi au 19e siècle au devant d'une porte vraisemblablement plus ancienne, en plein cintre, est surmonté d'une triple fenêtre murée ; son fronton est surélevé ;

- le mur du collatéral est percé d'une fenêtre à remplage.

Le chevet polygonal est percé de fenêtres éclairant le chœur. Il est partiellement masqué par des constructions parasites. Chaque pan est encadré de deux contreforts de section triangulaire ; chacun au-dessus d'un cordon étant couronné d'un pinacle, arasé lors de la mise en place de la toiture actuelle.

Sur l'élévation latérale nord, le mur de la nef dont la partie haute émerge des chapelles est rythmé par trois contreforts entre lesquels sont percées des fenêtres. Les chapelles, éclairées par de simples fenêtres en plein cintre, ont été construites les unes après les autres (collages). La porte d'entrée latérale, percée dans l'appentis qui borde la première travée de la nef est couronnée d'un fronton.

L'élévation latérale sud est entièrement crépie. Le lanternon de la première chapelle a un décor architecturé de type classique ; les chapiteaux de ses pilastres sont inachevés.

Combles et couvertures :

Les charpentes sont récentes, les tuiles, creuses. Le lanternon a une coupole à extrados en couverture.

Distribution intérieure :

Les orgues occupent toute l'élévation occidentale qu'elles masquent ; elles sont placées sur la tribune qui repose sur quatre colonnes.

Vocables Saint-Nicolas
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Pertuis - Pertuis
Adresse Commune : Pertuis
Adresse : place Mirabeau
Cadastre : 2014 BV 1 472 ; 1937 K1 274 ; 1837 K 496

D'abord chapelle cimetériale hors de l'agglomération mentionnée à partir de 1198, englobée dans le ville et promue au rang d'annexe de la paroisse vers la fin du 13e siècle, cette église fut maintes fois remaniée.

Reconstruite et agrandie entre 1356 et 1382, devenue siège unique de la paroisse en 1398, elle est dotée de six chapelles latérales, trois au sud dans la première moitié du 15e siècle et trois au nord, dans la seconde moitié du 15e siècle. L'adjonction d'une quatrième chapelle latérale sud a lieu vers 1539.

De 1535 à 1541, les maîtres maçons Jean Martin et Jacques Jean reconstruisent le chœur et construisent le collatéral à la place des chapelles sud.

Un projet de construction d'un second collatéral au nord avorte. La sacristie est achevée en 1603 par Pascal et Claude Rolland, cousins et maçons de Cucuron (84). La construction de la quatrième chapelle latérale sud a lieu entre 1597 et 1617, celle de la troisième chapelle en 1617, celle de la deuxième chapelle entre 1627 et 1632 et celle de la première chapelle vers 1660. Enfin, la voûte de la nef est reconstruite en 1685.

La façade occidentale avec la tribune d'orgues l'est, quant à elle, en 1877.

Période(s) Principale : 12e siècle, 2e moitié 14e siècle, 15e siècle, 2e quart 16e siècle, 17e siècle, 4e quart 19e siècle
Dates 1535, daté par source
1603, daté par source
1617, daté par source
1685, porte la date
1877, daté par source
Auteur(s) Auteur : Martin Jean,
Jean Martin

Maître maçon ayant travaillé à Pertuis (84) entre 1535 et 1541.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître maçon, attribution par source
Auteur : Jean Jacques,
Jacques Jean

Maître maçon ayant travaillé à Pertuis (84) entre 1535 et 1558.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître maçon, attribution par source
Auteur : Rolland Pascal,
Pascal Rolland

Maçon du lieu de Cucuron (84), cousin de Claude Rolland avec qui il travaille à Pertuis (84) en 1603.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source
Auteur : Rolland Claude,
Claude Rolland

Maçon du lieu de Cucuron (84), cousin de Pascal Rolland avec qui il travaille à Pertuis (84) en 1603.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source

Édifice orienté, situé au cœur de la ville de Pertuis, l'église paroissiale comprend une nef de quatre travées et un collatéral, voûtés d'ogives.

La nef possède un chœur polygonal accosté au sud d'une sacristie voûtée d'arêtes ; le chœur est éclairé par quatre fenêtres hautes à réseau garnies de vitraux.

Au nord se trouvent trois petites chapelles latérales voûtées d'ogives ; quatre autres se trouvent au sud, la première couverte d'un lanternon, les trois autres, voûtées d'ogives. Les voûtes du chœur et du collatéral possèdent liernes, tiercerons et clés pendantes, culots et chapiteaux sculptés.

Une tribune d'orgues portée par quatre colonnes se situe au dessus de la porte occidentale.

La façade occidentale est ordonnancée.

Murs molasse
calcaire pierre de taille
calcaire moyen appareil
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
coupole à trompes
voûte d'arêtes
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Techniques sculpture
Représentations acanthe, volute, corne d'abondance, tête d'ange, tête humaine, agneau mystique
Précision représentations

Le décor est porté par les chapiteaux des piliers de la nef et les clés de certaines voûtes.

Annexes

  • Prix fait du 23 novembre 1599 conclu entre l'abbé de Montamajour et Esprit Astoin et Henri Martin

    Esprit Astoin et Henri Martin, maçon et charpentier de Pertuis, sont sollicités pour réparer la toiture du chœur de l'église Saint-Nicolas de Pertuis (Archives départementales du Vaucluse, 3E55/293, f°1160 v°-1162 v°, f°1216-1218) :

    "Pris faict pour le sieur abbé de Montmajour contre Esperit Astoin et Henrrigon Martin

    L'an sus dit... M. Allexandre Arnaud, bailhe abatial de ceste ville de Pertuis... pour et au nom de monseigneur l'abbé de Montmajour... a bailhé et bailhe a pris faict à Esperit Astoin, mestre masson, et Henry Martin, mestre charpantier, dudit Pertuis, presentz et estipullantz, aux fins de couvrir bien et deubement le perpectery de l'eglize Sainct Nicollas du dit Pertuis et recoullar bien et deubement tout le couvert de ladite esglize et y metre de thuiles à suffizance affin que n'y puisse rien pluvoyr dedans et audit perpectery fournir et metre trois bonnes fustes sive redons de sap, lesquelles auront ung pan d'ueilh au petit bout, pour couvrir le couvert dudit perpectery et y metre de quers en icelluy perpectery se que y sera de besoing. Laquelle besongne lesdits mestres preffachiers hont proumis et proumectent fere et parfaire bien et deubement à leurs propres coustz et despans et seront teneus fournir lesdites fustes et tout autre attraict que sera requis et necessaire tant chaulx, sable, clavezon que thuilles. Et sy est de besoing de metre de quers audit perpectery, lesdits mestres en feront fere à leurs despans des fustes vieilhes que y sont et donneront bonne et suffizante pente audit perpectery. Et sy aux autres endroictz de ladite esglize y deffault de bois ledit sieur bailhe au dit nom sera tenu le fournir. A laquelle oeuvre seront tenus travailher et y metre la main dans huict jours prochains et y metront lesdites fustes lhorsque en pourront recouvrer et en treuver long de la riviere de Durance ou ailheurs.

    Et pour toute laquelle oeuvre et pris faict ledit sieur bailhe a proumis et proumect ausdits mestres Astoin et Henry Martin de leur fere paier et expedier au dit sieur de Montmajour ou à ses rantiers dudit Pertuis la soume de quarante escuz d'or sol à soixante soulz piesse et ce à la première requeste et demande..."

    [A la suite : ] Le 7 décembre 1599, quittance donnée par les prifachiers à capitaine Heiriey Roy, capitaine Phellip de Venasque et damoyselle Ysabeau, veuve de Simon de Sainct Martin, fermiers de la taxe de ceste ville, de la somme de 40 écus..

    Le 17 décembre suivant, Henri Martin et Esprit Astoin annulent le prix-fait et remboursent les 40 écus, "n'ayant lesdits mestres preffachiers moyen de pouvoyr recouvrer les fustes de sap qu'estoyent chargés de fournir et metre audit presbitere pour s'en pouvoyr sy tost treuver".

  • Prix fait du 29 août 1600 conclu entre le sieur jean-Baptiste de Rippa et George Bernard pour la confection de la grande porte de l'église.

    Archives départementales du Vaucluse, 3E55/300, f° 1233v°-1235.

    " Pris faict pour le sieur Jehan Baptiste de Rippa contre George Bernard, mestre menuzier

    L'an sus dit... Le sieur Jehan Baptiste de Rippa, de la ville de Marseilhe, fermier general du doumeine de Mondmajeur et par se moyen du prioré de ceste ville de Pertuis, d'une part et George Bernard, mestre menuzier de la ville d'Apt, d'autre... suivant la constrainte faicte audit fermier à la requeste du procureur fiscal aux reparations de l'esglize parrochiale Sainct Nicollas dudit Pertuis d'autre... suivant la constrainte faicte audit fermier à la requeste du procureur fiscal aux réparations de l'esglize parrochialle Sainct Nicollas dudit pertuis suivant la constrainte et ordonnance du sieur d'Aix, hont faict prys faict, paiche et convention comme s'ensuit :

    Savoyr que le dit Bernard sera tenu comme il promet faire et parfaire bien et deubement à ses propres cousts et despans une grand porte à celle de ladicte esglize sainct Nicollas, laquelle fera de bon et beau nouier issuit et bien condissioné, bien et suffizement doublée de boys de sap issuit, laquelle porte fera de la mesme fasson et enrichissements qu'est le dessain et portraict sy presantement faict et dressé sur ung papaier, duquel messiers les conseulx jehan Dourgon, escuier sieur de Puimicheau, et sire Claude Bernard deux d'iceulx sy presans, en hont retiré une moityé, où est depainct la Foy au dessus et au plus ault de ladicte porte, et l'autre retirée par ledict mestre menuzier, où est depainct la Charité, avec les fassons et molleures depainctes, le tout bien et deubement proportionné. Et sur le millieu y fera la petite porte s'ouvrant tout d'un cousté de six pans de largeur et dix pans d'aulteur, avec ung grand cadre et paneau au milieu de tailhe et au dessus les cournisses et courrones et autres fassons suivant ledict dessain. Laquelle sera tenu avoyr bien et deubement faicte et parachevée et pozée dans ung moys et demy d'huy contable à peine de tous despans et intherés, moyennant le prys et some de cent vingt six livres payables par ceste fasson : c'est quarante huict livres tout presantement... Et le surplus la moityé lhorsque de l'euvre sera faicte et l'autre moityé et parfaict payement incontinant que sera parachevée..."

    [A la suite : ] le 25 juin 1607, nouveau prix fait conclu entre le même fermier général et Antoine Jaumard et jean Chautras, maistres menuisiers de Bonnieux et de Pertuis, de "faire, parfaire et parachever bien et deubement la porte de l'églize sainct Nicollas dudict Pertuis de bon et beau nouier et bien condissionné avec les fassons, enrechissemens, quallités et ornements pourtés et comme est expeciffyé au susdict acte, duquel en sont bien et deubement informés et se entre icy et le jour et feste de Sainct Michel prochain... Et se pour le prys et soume de quarante troys escus faisant cent vingt neuf livres..."

  • Fondations de messes dans l'église Saint-Nicolas de Pertuis par Barthélémy Thomassin, moine de Montmajour. 24 avril 1603

    Archives départementales du Vaucluse, 3E55/279, f°35 v°-38 v°.

    "Fondation de messes pour messire Balthelemi Thomassin religieux en l'esglize perrochiale de Saint-Nicolas de Pertuis

    ... Messire Barthelemy Thomassin, relligieux de l'ordre de Saint Benoict de l'esglise Saint Pierre de Montmajour les Arles, bachelier es droits, prieur du prioré Nostre Dame de Salle d'Eiguin terroir de ceste de Pertuis, ung des quatre relligieux servants l'esglise perrochialle Sainct Nicolas de ladite ville, fils de M. maistre jehan André Thomassin, vivant seigneur d'Aynaq et consseilher du Roy en sa court de parlement de ce pais de Provensse... A fondé à l'honneur de Dieu et pour l'aumantement deu servisse divin en l'esglise perrochile saint Nicollas de ceste ville de Pertuis, présents, aceptants, estipullant pour le proffit et utilité de ladite esglise assavoir messires reimond palmier, Barthelemi Vernet et Anthoine Castagnier, religieux Saint benoit de ladite esglise de Saint Pierre de Montmajour les Arlles demurants à la dite esglise et messires jehan Girard , prebstre et viquaire perpétuel de ladite eglie de saint Nicollas messires Gregoire Chapuis, Jehan Romete, Helzias Boffi, Jaques Arnaud, Louis Angles, jaques André Blaquier et jaques Castan, tous prebstres seculiers agrégés à ladite esglise et au servisse d'icelle à savoir est :

    une petite messe du Saint Experit, anuellement et perpétuellement dire et sellebrer tous les jours du judy incontinant après que la messe de primo sera dite acomanssant à se dire et sellebrer tout incontinant que la secrestie sive chapelle sy après escripte sera, Dieu aydant, construite et bastie et se dira et sellebrera dans icelle sacrestie. Et après le dexces et trepas dudit messire thomassin au lieu et plasse de la susdite messe de Saint Exprit veult le dit messire Thommassin que soit sellebré une petite messe de mortuis tous les jours du judy perpetuellement come dit est.

    Plus a fondé et fonde à ladite esglise une grande messe a noto, à diacre, soubsdiacre, de Nostre Dame, à dire et cellebrer anuellement et perpetuelement une fois chescung mois et au premier jour du mois avec une soulte après icelle messe dans icelle secrestie sive chapelle, laquelle grand messe acomanssera de se dire et selebrer tout incontinant que la dite secrestie sera parachevée, et tost après que la messe de primo sera dite. Et après le dexcès dudit messire Thomassin, il veult et antand que au lieu de ladite grand messe de Nostre Dame soit dit et selebré une grand messe de mortuis à note, diacrre, soubsdiacre, une fois chescung mois de l'an perpetuellement et ung mesme jour que le dit messire Thomassin dessedera, avec vespres et ung notur et laudes de mortuis à basse voix sur la sepuiture dudit messire Thomassin de toute l'affection fraternele qu'il se peult desirer tous lesdits messires les religieux et prebstres et autres qui diront la messe à ladite esglise, au sortir de la selebration de leur messe, de dire sy leur plaict un requiescant in passe pour luy et sur sa tunbe, qu'est la tunbe generale de tous les religieux et prebstres de ladite esglise. Et pour la dotation de la fondation desdites messes et vespres, ledit messire Barthelemi Thomassin a promis et promet... de fere faire construire et bastir une secrestie sive chapelle à ladite esglise de Saint Nicolas et au bout d'icelle joignant le presbitere du cousté du simantiere, de la largeur de trois cannes au carré franq, crotée à crosilhon et bien couverte à thuyle noyé, avec son authiel et retable, avec sa fenestre vitrée trelissée, ung aiguier, armoire, porte, serrure et clef, et pavée comme sera advisé par luy, en some que sera fornit par le dit messire THomassin jusques à la some de trois cens livres, et ce dans six mois prochains comtables dès ce jour d'huy..."

  • Prix fait du 25 avril 1603 conclu entre Barthelemy Thomassin et les maçons Pascal et Claude Rolland pour la construction de la sacristie de l'église Saint-Nicolas de Pertuis

    Archives départementales du Vaucluse, 3E55/279, f° 39-41.

    "Pris faict pour messire Barthelemi Thomassin contre Pascal et Claude Rollands cousins du lieu de Cucuron,

    ... Messire Barthelemi Thomassin... a bailhé et bailhe par le present instrument à pris faict sive à fere à Pascal et Claude Rolands, cousins germains deu lieu de Cucuron,... à savoir est de fere une secrestie sive chapelle à l'esglise de saint-Nicolas de ceste ville de Pertuis et au bout d'icelle deu cousté du simantiere joingnant ledit perpeteri de ladite esglise, de trois canes au carré de franq dans hevre, crotade à crosilhon, de massonarie, avec une fenestre de deux pans de largeur et quatre pans d'auteur, ung authiel, deux armoires, ung eiguier, le tout au lieux plus comodes ; paver ladite secrestie de bards s'y s'en treuve ou bien la caladar et icelle abrever de mortier ; fere dans la dite secrestie une petite tunbe et au milieu dudit bastimant ; couvrir la dite secrestie, le tout aux despans desdits Rolands, fors et excepté que ledit messire Thomassin sera teneu de luy bailher piarres et tuilles nessesseres pour ladite besongne. La piarre lesdits maistres Rolands la prandront de celle de la ruine deu chasteau près de ladite esglise que apertient audit messire Thomassin come il dit et les tuilles ledit messire Thomassin les fera porter sur la plasse à ses despans. Les murailhes seront de trois pans et demy d'epesseur.

    Item que lesdits maistres Rolands leveront la terre et ruine que se treuvera dans ladite plasse à ses despans et la geter le long du simantiere.

    Item que la crotte sera de l'auteur de huit pans d'auteur dessus le pavé.

    Item que sera le pavé au niveau deu pavé de la porte de ladite secrestie qu'est fete à cest androict.

    Item que ouvriront ladite porte de ladite secrestie qu'est à présent bastie.

    item que feront une porte pour la dite secrestie toute planouze auprès de l'authel de saint Crespin pour y antrer de la petite nau et du cousté dudit buis là où sera advisé par lesdites parties.

    Et lequel pris faict a faict ausdits mestres massons pour le pris et some de cent septante quatre livres, en destruction desquelles lesdits Rolands ont confessé et confessent avoir receu dudit messire Thomassin soixante livres... Et le reste s'est soixante livres lorsque la moitié de la dite besongne...

    Item que les dits mestres massons seront teneus d'avoir faict et parachevé ladite besongne dans cinq mois prochains advenir à compter dès ce jour...

    [Témoins :] messire Jehan des Horgues, prebstre, messire Pierre Dorgon relligieux de Saint-Pierre de Montmajour"

Références documentaires

Documents d'archives
  • Prix-fait entre l'abbé de Montamajour, Esprit Astoin et Henri Martin. Dans les minutes de l'étude Barriol de Pertuis. 1599. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : [3 E 55/300 ?].

    f°1160v°-1162v°, f°1216v°-1218, 1599
  • Prix-fait entre Jean-Baptiste de Rippa et George Bernard, puis entre Jean-Baptiste de Rippa, Antoine Jaumard et Jean Chautras. Dans les minutes notariales de l'étude Barriol de Pertuis. 1600, 1607. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : [3 E 55/300 ?].

    f°1233v°-1235, 1600, 1607
  • Fondation de messes pour messire Balthelemi Thomassin, religieux en l'église paroissiale de Saint-Nicolas de Pertuis. Dans les minutes notariales de l'étude Barriol de Pertuis. 1603. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : [3 E 55/279 ?].

    f°35v°-38v°, 1603
  • Prix-fait entre Barthelemi Thomassin et les maçons Pascal et Claude Rolland. Dans les minutes notariales de l'étude Barriol de Pertuis. 1603. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : [3 E 55/279 ?].

    f°39-41, 1603 Archives départementales de Vaucluse, Avignon : 3 E 55/279 ?
Documents figurés
  • Vue de Pertuis. Côté du Midi. / Dessin aquarellé, fin du 18e siècle. Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence : Est. B59.

  • Plan cadastral de la commune de Pertuis. / Dessin à l'encre sur papier par Fonzes, 1837. Archives départementales de Vaucluse, Avignon

    Section K, parcelle 496
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Sauze Elisabeth - Bonan Aurélie