Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale Saint-Antoine

Dossier IA05000923 réalisé en 2000
Vocables Saint-Antoine
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Guillestre
Adresse Commune : Eygliers
Cadastre : 1830 C2 618 ; 1991 C2 411

Eglise construite entre 1457 et 1494 sous l'épiscopat de Jean Bayle qui a donné l'autorisation de la création de la paroisse Saint-Antoine-de-Bouchet et dont les armoiries sont sculptées sur l'un des chapiteaux de la nef. La date 1630 inscrite sur l'arc du chœur indique probablement une réfection de ce dernier. Le tympan du portail sud a été repeint en 1913. En 1968, le déplacement de la chaire à prêcher a permis la découverte de peintures murales de la fin du 15e ou du début du 16e siècle. L'église a été restaurée en 1984.

Période(s) Principale : 2e moitié 15e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : 2e quart 17e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates 1630, porte la date
1913
Auteur(s) Personnalité : Bayle Jean, personnage célèbre

Edifice construit en blocage de moellons de calcaire de petit appareil et galets de rivière noyés dans un mortier de chaux le tout recouvert d'un enduit. Les chaînes-d'angles, encadrements des baies et colonnes sont en marbre rose de Guillestre. La nef unique se compose de trois travées délimitées par des arcs doubleaux retombant sur des demi-colonnes par l'intermédiaire de chapiteaux sculptés. Elle est couverte d'une voûte en berceau brisé, tandis que le chœur, plus étroit, est couvert d'ogives dont les nervures à trois tores reposent aux angles sur quatre culots simplement moulurés. L'arc diaphragme à double rouleau retombe sur deux chapiteaux sculptés. Des peintures murales ornent le mur oriental de la nef, à droite de la retombée de l'arc triomphale. La nef, aveugle au nord, est éclairée au sud et à l'ouest par des fenêtres en plein-cintre et large ébrasement intérieur. Le chevet, plus bas que la nef, est plat et se termine par un mur pignon. Au sud un appentis reposant sur deux piles cylindriques abrite la porte principale dont le tympan peint porte l'inscription : Domus mea domus orationis vocabitur 1913. Une petite porte s'ouvre dans le mur ouest dont le linteau droit repose sur deux coussinets sculptés. Le clocher de plan carré, accolé à la façade ouest, est terminé par une flèche polygonale en tuf cantonnée de pyramidions aux angles. La partie supérieure de la tour est percée sur les quatre faces de deux niveaux de baies cintrées. Celles du deuxième niveau sont géminées et reposent sur deux colonnettes centrales. Le toit à longs pans et l'appentis sont couverts de dalles de schiste.

Murs marbre moellon
petit appareil enduit
galet
pierre de taille


Toit schiste en couverture, tufeau en couverture
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte en berceau brisé
voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale pignon couvert
appentis

Typologies chevet plat, clocher-tour, clocher à pyramidions, porche latéral, église à nef unique
États conservations restauré
Techniques peinture
peinture
sculpture
Représentations armoiries clef rose chevron fer de lance fleur de lys croix bélier homme tête étoile soleil ornement animal ornement végétal MA Sacré Coeur
Précision représentations

Une peinture sur enduit blanc orne le mur sud du choeur. Elle représente un soleil portant en son centre les initiales MA et un coeur percé des trois clous de la Passion du Christ. Un cadran solaire est peint sur l'élévation sud du clocher. Le tympan de la porte principale est décoré d'une étoile peinte. Les chapiteaux de la nef sont sculptés de motifs stylisés. Le premier à droite de la nef porte des armoiries bûchées sur la face principale et un motif en forme de pointe de lance aux angles. Celui qui lui fait face est décoré de fleurs de lys aux angles et d'un blason portant deux clés en sautoir sur la face principale et des motifs de feuillages sur les autres faces. Le deuxième chapiteau à droite de la nef est sculpté aux angles de deux figures d'hommes debout, les mains sur les hanches. En face, le chapiteau est orné d'enroulements végétaux aux angles et des armoiries de l'archevêque d'Embrun, Jean Bayle, sur la face principale : au chevron accompagné de trois roses. Le chapiteau à droite du choeur porte quatre têtes humaines aux angles et sur l'une des faces. Celui de gauche porte deux têtes humaines sur les faces et deux têtes animales aux angles. La clé de la voûte du choeur est sculptée d'une étoile. Le linteau de la porte ouest de la nef est sculpté d'une croix et les coussinets sur lesquels il repose de deux têtes de bélier.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1984/11/09
Précisions sur la protection

Eglise (cad. 1934 C2 411) : inscription par arrêté du 9 novembre 1984.

Annexes

  • Devis estimatif des réparations urgentes à faire (extrait), 22 juin 1851. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : 2 O 807.

    Description sommaire : La partie nord-est de l'église vers laquelle sont placés les maître-autel et la sacristie est très humide [...] se trouve en foncée dans la terre, ce qui dégrade les crépis intérieurs et par suite les ornements. Pour remédier à ces inconvénients on propose d'enlever les terres jusqu'à 0,60 en contrebas du plancher sol et de construire entre le terrain et l'extérieur des murs un aqueduc en maçonnerie de moellons avec mortier de chaux et sable [...].

Références documentaires

Documents d'archives
  • Testament de Hugues Garneri l'Aîné de Guillestre, legs aux luminaires de l'église d'Eygliers. 3 juin 1434. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : 1 E 2235.

  • État des communes qui sollicitent des secours : demande de subvention pour le plancher de l'église d'Eygliers. 1810. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : V 367.

  • Administration et comptabilité communale : Réparations urgentes à l'église paroissiale d'Eygliers. 1851-1853. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : 2 O 807.

  • Église d'Eygliers, dossier de protection. 1971-1991. Direction régionale des affaires culturelles de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Conservation régionale des Monuments historiques, Aix-en-Provence.

Documents figurés
  • Église d'Eygliers : élévations, coupes et plan / Dessin par TILLIER, Alain, architecte en chef des monuments historiques, s.d.

Bibliographie
  • ALBERT, Antoine. Histoire géographique, naturelle, ecclésiastique et civile du diocèse d'Embrun. Embrun : Pierre-François Moyse, 1783 [1786], 2 tomes, VI-501 p. Edition 1959.

    p. 177-179
  • DARTEVELLE, Guylaine. Églises médiévales des Hautes-Alpes. Taulignan : Plein Cintre éditions, 1990. 119 p.

    p. 77
  • GUILLAUME, Paul (abbé). Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Série E. 1916.

    p. 407
  • PARAVY, Pierrette. De la chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Rome : École française de Rome, 1993. 2 vol.

    p. 221, 224, 636
  • ROMAN, Joseph. Répertoire archéologique du département des Hautes-Alpes. Paris : Imprimerie nationale, 1888.

  • SENTIS, Gabrielle. L'art du Briançonnais I : la peinture au XVe siècle. Grenoble, 1970. 157 p.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Pelletier Olivia