Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale Notre-Dame

Dossier IA04000230 réalisé en 2008

Fiche

Vocables Notre-Dame
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Saint-André-les-Alpes
Adresse Commune : Angles
Lieu-dit : le Moustier
Cadastre : 1838 A2 114 ; 1982 A2 133

Une mention, en 1259, "ecclesia Sanctae Mariae de Anglis [...] cum terris, vineis, possesionibus et aliis omnibus pertinentiis", se trouve dans une bulle pontificale d'Alexandre IV, rapportée par le cartulaire de Lérins ; l'introduction du cartulaire traduit l'ensemble de ces termes par "prieuré". "Ecclesia de Angulis" est attestée dans le compte de décimes, vers 1300, et le compte de procurations, en 1376 (pouillés du diocèse de Senez). En 1458, à l'occasion d'un procès, les "dîmes du prieuré et de la paroisse d'Angles" sont confirmées comme possessions du prieur d'Angles et Vergons (les deux prieurés ayant été réunis en 1454).

Il est probable que, dès sa création ou quelques décennies plus tard, le prieuré d'Angles, dépendant de l'abbaye de Lérins, reçut la cure des âmes d'Angles. Nous considèrerons donc que l'église Notre-Dame est l'église paroissiale d'un prieuré-cure.

L'église médiévale a été remaniée en 1686, d'après une date inscrite sur un chapiteau de la première colonne, située près du chœur. L'extension a concerné le bas-côté nord qu'il serait également crédible de dater du 17e siècle. A la fin du 18e siècle, la paroisse, dédiée à Notre-Dame et à saint Honorat, est desservie par un seul curé toujours nommé par les religieux du Monastère de Lérins. L'église a bénéficié de travaux de restauration et d'assainissement en 1884 et en 1898. La plupart des décors peints semble dater de ces campagnes de restauration.

Récemment, lors de la dépose d'un triptyque pour restauration, le pan de mur sur lequel il s'inscrivait a livré une couche picturale antérieure aux précédentes, probablement du début du 19e siècle. La couverture et la façade ont été refaites.

Période(s) Principale : 13e siècle , (?)
Principale : 4e quart 17e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1686, porte la date
Auteur(s) Auteur : Gombert, peintre, (?), attribution par travaux historiques
Auteur : Lamberty, peintre, (?), attribution par travaux historiques

L'église est localisée au nord du village, dans le quartier nommé le Moustier. L'édifice orienté est bordé à l'est et au sud par le cimetière. L'église présente un plan allongé épaulé au sud par quatre contreforts. Il comprend une nef principale au sud et un bas-côté moins large au nord. La nef est prolongée, à l'est, par un choeur derrière lequel est aménagée la sacristie. Le choeur primitif devait occuper la totalité de la travée aujourd'hui utilisée en grande partie pour la sacristie, réduisant ainsi le choeur actuel à un léger renfoncement. L'extrémité est des deux vaisseaux est surélevée par rapport au sol de la nef. Les deux vaisseaux ont chacun trois travées voûtées d'arêtes. Les travées sont séparées par des arcs doubleaux, de profil brisé pour le vaisseau nord et plein-cintre pour le vaisseau sud. Les arcs doubleaux retombent le long des murs sur des pilastres et au centre sur des colonnes massives qui reçoivent les arcs formerets en plein cintre. Les colonnes sont surmontées de chapiteaux de type cubique au tailloir formé par un méplat et un gros quart-de-rond. Les élévations extérieures ont été réenduites d'un crépis épais et la couverture est en tuile creuse. La façade en pignon se compose de trois ouvertures : une porte désaxée vers le sud, un oculus et une petite ouverture aveugle. Seul le mur gouttereau sud est accessible. Il est rythmé par quatre travées percées d'une baie en plein cintre. Le chevet plat présente un décrochement du à la présence de la travée occupée par le choeur et la sacristie. Un clocher en maçonnerie s'inscrit dans l'alignement du chevet. Il est interrompu par un cordon mouluré qui souligne quatre baies en plein cintre ouvrant sur la chambre des cloches. Il est coiffé d'un toit en pavillon couvert de tuiles en écaille et sommé d'une croix en fer forgée.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile creuse, tuile en écaille
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements voûte d'arêtes
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
Techniques peinture
vitrail
ferronnerie
maçonnerie
Représentations entrelacs palmette quadrilobe rinceau acanthe fleur de lys ornement architectural croix fleur étoile Vierge à l'Enfant colombe volute IHS AM
Précision représentations

Des ornements géométriques et végétaux stylisés sont peints sur l'intrados des arcs, les pilastres et une partie du mur est du choeur. Ils représentent des frises avec des entrelacs, palmettes, quadrilobes, rinceaux et acanthes dans une gamme de marron, rouge, vert et bleu. Les murs de la chapelle dédiée à Notre-Dame, au nord-est, sont parsemés de fleurs de lys dorées sur fond blanc et d'une frise horizontale constituée de palmettes. La parois est du choeur est habillée d'un faux appareillage peint en gris avec un semis de croix feuillagées dorées. Le fut des colonnes est couvert d'un faux appareillage peint en gris orné de fleurs. Les deux voûtes de la travée est sont enduites d'une peinture bleue et d'étoiles dorées. La clé de la voûte sud-est se distingue par une colombe du Saint-Esprit. Des vestiges d'un autre décor peint sont présents sur une partie du mur est du choeur. Sur les vitraux sont représentés la Vierge à l'Enfant et les symboles IHS et AM. La clôture de choeur en fer forgé et en bois est constituée d'ornements géométriques à volutes. Les carreaux en ciment du choeur sont décorés de croix fleuronnées noires sur fond blanc.

Les peintures monumentales du choeur sont à rapprocher de celles de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours d'Angles (référence IA04001111) et de celles des églises paroissiales Saint-Jean-Baptiste de Barrême (références dans la base Palissy : IM04000756, IM04000757) et Saint-Pierre et Saint-Paul de Castellet-lès-Sausses (référence dans la base Palissy : IM04000438), dont la similitude permet de penser qu'il s'agit du ou des mêmes auteurs. Elles pourraient être attribuées aux peintres Gombert ou Lamberty, intervenus à Barrême et à Castellet-lès-Sausses.

Statut de la propriété propriété de la commune, []

Références documentaires

Documents d'archives
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17.

    1697/05/24. Inventaire des objets religieux : état, réparations et achats à effectuer.
  • Certificat du maire d'Angles attestant que les travaux de restauration et d'assainissement de l'église paroissiale sont terminés, 1er juillet 1884. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 10

  • Certificat du maire de Lambruisse attestant que les travaux de restauration de l'église paroissiale sont tout juste achevés, 17 novembre 1898. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 10

  • Direction générale des domaines. Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale d'Angles dressé en exécution de l'art. 3 de la loi du 9 décembre 1905, 12 février 1906. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 V 65

    Inventaire descriptif et estimatif des biens contenus dans l'église d'Angles et la chapelle Notre-Dame, à 500 mètres du village sur la route de Méouilles. Il est noté que l'église daterait de l'année 1686 (information rayée à l'encre et attribuée d'un faux par un lecteur). Il est déclaré que la chapelle Notre-Dame a été construite en 1870
Bibliographie
  • ACHARD, Claude-François. Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.

    I, p. 213-214
  • CLOUZOT, Etienne. Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun. Diocèse de Senez. Paris : imprimerie nationale, 1923.

    p.290, p.292
  • COLLIER, Raymond. Monuments et art de Haute-Provence. Digne : Société Scientifique et Littéraire des Basses-Alpes, 1966, 225 p.

    p. 220
  • COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean, 1986, 559 p. : ill.

    p. 87, 222
  • GEAN, Jacky, GIORDANENGO, Jean. A l'ombre du clocher. Histoire d'un pays entre Var et Verdon. Breil-sur-Roya : Les Editions du Cabri, 1997. 207 p. : ill.

    p. 173-176
  • GRAS-BOURGUET. Antiquités de l'arrondissement de Castellane (Basses-Alpes). Digne : Repos, 1842, 314 p. : ill. ; 21 cm.

    p. 93
  • FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses-Alpes. Digne : Vial, 1861, 744 p.

    p. 483-484
  • JOURDAN, Louis. La mystérieuse inscription de Demandolx. Dans : Annales de la Société scientifique et littéraire de Cannes et de l'arrondissement de Grasse, n° 1935, 1935

    p. 115-121
  • Cartulaire de l'abbaye de Lérins, éd. Henri Moris et Edmond Blanc. - Paris, H. Champion, 1883, 2 vol

    p.LXX (Introduction), p.4, p.164-165
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Masson-Lautier Maïna - Boscal de Reals Aude - Bonan Aurélie