Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale Notre-Dame

Dossier IA04001143 réalisé en 2008

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
Adresse Commune : Castellane
Lieu-dit : Robion
Cadastre : 1834 B1 476 ; 2008 OA 326

D'après Achard, en 1703, à l'issue de sa visite pastorale effectuée à Robion, Monseigneur Jean Soanen, trouvant que l'église Saint-Thyrse était trop éloignée du gros Robion, ordonna d'agrandir l'église de Notre-Dame de Pitié dans le village. Cet agrandissement fut bénit en 1748 par M. l'abbé de Beaurecueil, grand vicaire. Nous ne savons si c'est cette église qui figure sur le cadastre napoléonien de 1834. Le questionnaire sur l'état des églises de 1840 précise que l'église Notre-Dame est dans un état passable. En 1858, le procès-verbal de la visite pastorale indique que les murs de l'édifice ont perdu leur aplomb et que la voûte est lézardée dans toute la longueur. Le 15 avril 1858, le conseil municipal décide de la reconstruction de l'église. Le devis est réalisé par M. Guirand maçon à Castellane et la commune prend à sa charge le transport des matériaux (sable, pierre, chaux, bois). Le claveau central de l'encadrement de la porte, gravé du chronogramme 1859, témoigne de ces travaux, et le procès-verbal de la visite pastorale du 16 avril 1866 fait état du bon état de l'église.

Période(s) Principale : 17e siècle , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1ère moitié 18e siècle , (détruit)
Dates 1859, porte la date
Auteur(s) Auteur : Guirand,
Guirand

Maçon à Castellane, milieu 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source

L'église est située au hameau de Robion, sur un terrain plat, au croisement de la route D302 et de la voie communale reliant Robion et le Petit Robion. L'édifice présente un plan rectangulaire orienté nord-sud avec une abside aujourd'hui circulaire alors qu'en 1834 (cadastre napoléonien), le chevet de l'édifice était plat. Il se compose d'une nef à trois travées avec voûte d'arêtes, rythmées par des doubleaux avec pilastres à impostes saillantes, d'une abside en cul-de-four beaucoup plus basse que la nef et d'une sacristie du côté est. Les murs de l'église sont tous couverts d'un enduit de ciment, excepté au niveau du chevet et de la sacristie où les moellons et les chaînages d'angle en pierre de taille grossièrement équarrie sont visibles. L'édifice est couvert d'un toit à longs pans en tôle ondulée sur la nef, en tuiles creuses sur l'abside. Une rangée de génoise court le long du toit sur la façade sud, tandis que partout ailleurs la rangée est doublée. La façade en pignon, orientée sud, s'organise autour d'un axe central comprenant la porte à deux vantaux, un oculus et un double arceau en fer forgé abritant deux cloches. Deux marches donnent accès à la porte d'entrée dont l'encadrement est en pierre de taille calcaire bouchardée. L'intérieur de l'église est éclairé par l'oculus, ainsi que par deux baies en plein cintre percées dans l'élévation ouest de la nef. Les murs présentent un badigeon gris clair et blanc sur enduits de gypse et de plâtre, dans la nef, gris clair, bordeaux et blanc, pour le choeur. Le sol est couvert d'un pavement en carreaux de terre cuite vernissée. Deux marches maçonnées font la transition entre nef et choeur. Une porte située dans la troisième travée côté est, donne accès à la sacristie dont le sol est formé d'un plancher. Les murs de la sacristie sont traités de la même manière que les murs de la nef, et son couvrement est constitué d'une charpente en bois apparente.

Murs moellon
Toit tôle ondulée, tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'arêtes
charpente en bois apparente
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
États conservations mauvais état
Techniques sculpture
Représentations ornement végétal ornement géométrique symbole marial
Précision représentations

Le tympan de la porte est orné d'une rosace, et au niveau de la jonction entre porte et tympan se trouve un décor de denticules. L'arceau abritant les cloches est surmonté d'un quadrilobe contenant la lettre M pour Marie.

Mesures l : 1600.0
Statut de la propriété propriété de la commune, []

Annexes

  • Etat de l'église entre 1840 et 1893 d'après les archives

    Questionnaire sur l’état des églises, 1840

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 76

    Il n’y a qu’une église à Robion ; elle est dans un état passable mais un peu humide.

    Etat de l’église entre 1858 et 1879

    Procès-verbaux de visites pastorales

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 87

    22 avril 1858 : les murs ont perdu leur aplomb, la voûte est lézardée dans toute la longueur ; le pavé est humide. La clôture du cimetière est en ordre ; il n’y a pas de croix au centre du cimetière.

    16 avril 1866 : l’église est en bon état. La croix du cimetière existe, elle est en fer.

    27 septembre 1870 : l’église est en bon état ; le cimetière et sa croix également.

    La chapelle St Thyrse est en bon état.

    Il n’y a pas d’autel à St Trophime.

    24 avril 1879 : état de l’église bon dans l’ensemble ; la sacristie est passable. La porte du cimetière est à renouveler.

    Depuis la dernière visite, des réparations ont été effectuées à la toiture de l’église et des chapelles rurales.

    Etat de l’église entre 1884 et 1890

    Procès-verbaux de visites pastorales

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 93

    13 novembre 1884 : achat d’une chape blanche.

    18 avril 1890 : L’église est en bon état ; le cimetière en assez bon état. La croix est à renouveler.

    Des réparations aux deux marches de la balustrade et au placard de la sacristie ont été réalisées.

    Etat de l’église en 1893

    Procès-verbaux de visites pastorales

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence : 2 V 94 n°1

    4 mai 1893 : L’église est en bon état, le cimetière en assez bon état ; la croix est à renouveler.

    Les deux chapelles rurales ont été réparées.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, doyennés de Castellane, Colmars, Digne et Entrevaux, 1840 - 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 87

    Visites des 22 avril 1858, 16 avril 1866, 27 septembre 1870 et 24 avril 1879.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1884 - 1891. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 93

  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1892 -1895. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 94.

    Visite du 4 mai 1893.
  • Questionnaire sur l'état des paroisses du diocèse de Digne, cantons d'Allos à Colmars, vers 1840. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 76

  • Délibérations du Conseil municipal de la commune de Robion. 15 février 1858. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 385.

    Le 15 février 1858, le conseil décide de la reconstruction de l'église paroissiale de Robion. Elle prend à sa charge le transport des matériaux (sable, pierres, chaux, bois). Le devis a été réalisé par M. Guirand maçon à Castellane.
Bibliographie
  • ACHARD, Claude-François. Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.

    tome II, p. 286-287.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Papin-Drastik Ivonne