Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale Notre-Dame-de-Beaulieu

Dossier IA04000274 réalisé en 2008

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Notre-Dame-de-Beaulieu
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Saint-André-les-Alpes
Adresse Commune : La Mure-Argens
Lieu-dit : Argens
Adresse : place de l' Eglise
Cadastre : 1838 A4 119 ; 1983 010 A4 780

L'église Notre-Dame-de-Beaulieu a toujours été considérée comme l'une des plus belles du diocèse. Elle daterait de 1664 comme l'indique le chronogramme inscrit sur une pierre d'angle. Elle aurait été construite afin de remplacer l'ancienne église paroissiale située en dehors du village et qui menaçait ruine. La sacristie a été ajoutée en 1822. La couverture en bardeau a été refaite avec le soutien de la Fondation du Patrimoine et les élévations extérieures ont été restaurées. Les chapelles des bras du transept sont dédiées à saint Joseph et à Notre-Dame-du-Rosaire.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle
Dates 1664, porte la date
Auteur(s) Auteur : ,

L'église, située au centre d'Argens, épouse la dénivellation provoquée par la plate-forme rocheuse en éperon sur laquelle est établi l'écart d'Argens. L'édifice présente un plan en croix latine occidentée à chevet plat. La nef se compose de deux travées voutées en berceau plein-cintre séparées par un arc doubleau. Les bras du transept sont voûtés d'arêtes et le choeur (légèrement surélevé par rapport au sol de la nef) est voûté d'ogives. Une sacristie, située à l'angle nord-ouest, est accessible depuis le choeur par un escalier maçonné de cinq marches. L'église comprend deux accès, une porte principale à l'est et une seconde porte au sud. Un escalier extérieur, situé à l'est, compense le dénivelé du terrain et se compose d'une volée double à montée convergente. L'église et l'escalier sont construits en moellons de tuf. L'édifice est couvert d'un toit à longs pans en bardeau (les pans du toit se prolongent pour couvrir les bras du transept). Les élévations extérieures présentent des enduits rustiques et à pierres vues. La façade en pignon s'organise autour d'un axe central comprenant une porte en arc en plein cintre, un oculus et un clocher-mur à deux baies coiffé d'un toit à deux pans couronné d'une croix en fer forgé. Deux cordons moulurés délimitent le niveau des baies en plein cintre qui abritent les cloches. La partie supérieure formant fronton comporte une horloge. Sur l'élévation sud, la porte est surmontée d'un arc en plein cintre reposant sur des chapiteaux légèrement moulurés. Le chronogramme 1664 est gravé dans une pierre à l'angle sud-ouest. L'intérieur de l'église est éclairé par l'oculus à l'est, des ouvertures en arc brisé placées dans le mur sud du bras du transept et de l'abside, et une baie située dans le mur nord du bras du transept. Des peintures décorent l'intrados des arcs doubleaux et formerets, les murs et les voûtes de l'abside (étudiée dans la base Palissy) et le bras sud du transept. Le reste de l'église est couvert d'un enduit blanc. Le sol est pavé de carreaux en terre cuite.

Murs tuf
enduit
moellon
moyen appareil
Toit bardeau
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'arêtes
voûte d'ogives
voûte en berceau plein-cintre
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier de distribution : escalier symétrique, en maçonnerie
Techniques peinture
peinture
vitrail
ferronnerie
Représentations Vierge ornement géométrique couronne végétale feuille fleur draperie ornement architectural saint ornement végétal AM
Précision représentations

La chapelle sud est ornée d'un décor peint sur la voûte et sur les murs. La voûte présente des ornements géométriques placés dans chaque voûtain ; la clé de la voûte est agrémentée du symbole marial, AM, entouré d'une couronne de fleurs. La parois ouest de la chapelle est couronnée par des drapés parsemés de fleurs et des passementeries en trompe-l'oeil. L'arc doubleau et l'arc triomphal possèdent un décor peint de faux marbre alternant avec des caissons agrémentés de fleurs. Les pilastres qui reçoivent ces mêmes arcs sont habillés d'un appareil de pierre en trompe-l'oeil. Le vitrail de la chapelle sud représente Notre-Dame-du-Rosaire dans un cadre orné de fleurs et de rinceaux. Le vitrail, situé dans le choeur, représente saint Antoine entouré d'une frise (fleurs) et placé dans une niche architecturée (colonnes, gâble et pinacles). La clôture de choeur en fer forgé est décorée d'ornements végétaux bagués.

Statut de la propriété propriété de la commune, []

Références documentaires

Documents d'archives
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17.

    Inventaire des objets religieux : état, réparations et modifications à effectuer.
Bibliographie
  • ACHARD, Claude-François. Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.

    I, 227
  • COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean, 1986, 559 p. : ill.

    p. 187
  • COLLIER, Raymond. Monuments et art de Haute-Provence. Digne : Société Scientifique et Littéraire des Basses-Alpes, 1966, 225 p.

    p. 111
  • FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses-Alpes. Digne : Vial, 1861, 744 p.

    p. 51
  • Des tableaux et retables chargés d'histoire. Dans : Bulletin de l'association pour l'étude et la sauvegarde du patrimoine religieux de la Haute-Provence, n° 12 ; 2e semestre 1991

    p. 1-42 : présentation des retables, tableaux et de l'histoire de l'église d'Argens puis lien avec la pratique liturgique, notamment des confréries
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Masson-Lautier Maïna - Boscal de Reals Aude