Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale de la Transfiguration puis Sainte-Sévère

Dossier IA04001277 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

1- Situation

L’église paroissiale est située tout en haut du village, au bord de la Grande Rue, entourée par le cimetière au nord et à l’ouest.

2- Composition d’ensemble

L’édifice comprend trois corps de bâtiments : l’église qui regarde à l’ouest et ouvre à l’est sur la rue ; un corps de bâtiment accolé à l’élévation sud de l’église sur ses deux-tiers ouest ; et un clocher accolé à l’élévation ouest de l’église, près de l’angle nord.

3- Matériaux

Murs en blocage lié au mortier de chaux.

Toits de l’église, du bâtiment annexe et du clocher couverts de bardeaux de mélèze. Pour le bâtiment annexe, on voit des tôles ondulées sous les bardeaux. Charpentes non accessibles.

Sol de l’église en carrelage ; celui de la sacristie en parquet.

Porte d’entrée de l’église et marches devant, en pierre de taille (calcaire gris clair).

4- Structure

L’église, de plan allongé, comprend une nef, un collatéral nord, une chapelle latérale au sud du chœur. Une sacristie est accolée au sud de l’église, à l’est de la chapelle latérale sud, et un clocher-tour est accolé au nord-ouest du chœur.

- La nef de quatre travées est couverte de croisées d’ogives. Le sol de la dernière travée, qui a fonction de chœur, est surélevé de deux marches par rapport à celui de la nef. Trois arcs doubleaux, légèrement brisés, renforcés par des tirants de fer, retombent sur des pilastres à imposte moulurée (alternance double filet, doucine).

A chaque extrémité, un arc formeret retombe sur des pilastres analogues à ceux des doubleaux.

- Le collatéral nord de quatre travées est couvert d’une voûte en berceau plein-cintre. Trois arcs doubleaux retombent de chaque côté sur des impostes moulurées (filet) avec des têtes d’anges sculptées juste au-dessous.

Il ouvre sur la nef par quatre grandes arcades en plein-cintre : les arcs retombent sur des piliers rectangulaires à imposte moulurée (filet). Côté nef, les pilastres viennent s’appuyer contre ces piliers.

Quatre poutres en bois transversales ont visibles, une dans chaque travée.

On observe un petit décrochement du mur nord dans la deuxième travée.

Le sol de la quatrième est surélevé de deux marches comme celui de la quatrième travée de la nef, et il lui fait suite.

- La chapelle latérale sud, de plan carré, est couverte d’une voûte d’arêtes. Elle ouvre sur la quatrième travée de la nef (ou chœur) par une arcade en plein-cintre : l’arc retombe sur des piliers rectangulaires à impostes moulurée (filet).

Son sol est au même niveau que celui de la quatrième travée de la nef (ou chœur), surélevé de deux marches.

- La sacristie, de plan rectangulaire, accolée au mur sud de la nef (deuxième et troisième travées), est accessible depuis une porte dans le mur est de la chapelle latérale sud. Elle est de plan rectangulaire, couverte d’une voûte d’arêtes.

- Le clocher-tour, de plan carré, est accessible seulement depuis l’extérieur par une porte côté est.

5- Elévations

- Elévation est :

Mur pignon de l’église ouvrant sur un petit parvis gravillonné, au bord de la rue qui descend vers le centre du village.

Cette élévation est recouverte à la base d’une plinthe crépie au ciment et au-dessus, d’un enduit à la chaux repris au ciment sur 40 cm de haut, badigeonné en rose, très abîmé.

La porte d’entrée en plein-cintre, désaxée sur la gauche, est précédée de deux marches. Elle est en pierre de taille, de même que son emmarchement. L’huisserie, à deux vantaux, est en menuiserie à panneaux sculptés en relief.

Au-dessus, près de l’angle nord, une fenêtre en plein-cintre dont l’embrasure est recouverte d’un enduit à la chaux badigeonné en rose. La trace d’une fenêtre semblable est visible au même niveau mais près de l’angle sud.

Entre les deux, aligné au-dessus de la porte d’entrée, un cadran solaire, très effacé, est peint en noir sur le badigeon rose avec un cadre rose et noir.

Au niveau supérieur, sous le faîtage du toit, une fenêtre en plein-cintre plus grande, avec la même embrasure que la précédente. L’huisserie est en menuiserie, peinte du même rose que le mur, et divise la fenêtre en deux petites ouvertures ogivales.

Juste au-dessus de la grande fenêtre en plein-cintre, un cartouche peint en blanc avec un tour noir porte l’inscription : « HOEC EST / DOMUS DOMINI ».

Trois tirants de fer partent des bords du toit et sont ancrés dans le mur : un près de l’angle sud, un plus au centre et un près de l’angle nord.

- Elévation nord :

Mur gouttereau de l’église donnant dans le cimetière, plus élevé du côté est que ouest car l’édifice est sur une pente.

Recouvert d’un enduit à la chaux laissant voir en grande partie le blocage.

Une fenêtre en plein-cintre munie d’une grille en fer près de l’angle est, et une seconde à l’autre extrémité près de l’angle ouest. Leurs embrasures sont recouvertes du même enduit à la chaux que le reste du mur.

Un petit trottoir en pierres de blocage longe le mur entre les deux fenêtres.

L’avancée du toit assez importante forme un petit auvent au-dessus de ce trottoir.

- Elévation ouest : clocher, murs de l’église et de la chapelle latérale sud

Le clocher-tour est accolé à l’élévation ouest de l’église, près de l’angle nord. Ses murs en blocage sont recouverts d’un enduit à la chaux et ses quatre chaînes d’angle sont en pierre de taille. Un cordon (bandeau) en pierre de taille souligne l’étage des cloches.

Son élévation nord est percée d’une porte en plein-cintre en pierre de taille. Deux lucarnes carrées sont percées l’une au-dessus de l’autre du côté ouest. Au sud, un soupirail muni d’une grille en fer, au ras du sol, et quatre jours de fente alignés l’un au-dessus de l’autre.

L’étage des cloches est percé d’une baie en plein-cintre sur chacun des quatre côtés, avec une petite balustrade en fer à barreaux droits pour celles du nord et de l’ouest. Elles abritent toutes

une cloche, et un cadran d’horloge est fixé sous chacune d’elle, sauf celle du côté ouest qui ne possède pas de cloche ni de cadran d’horloge.

Les quatre élévations du clocher sont couronnées d’une corniche qui déborde du toit.

L’élévation ouest de l’église, complètement aveugle, est visible en partie au nord du clocher, près de l’angle nord, et au sud du clocher.

Elle est recouverte d’un enduit à la chaux, abîmé par endroits.

Un massif de maçonnerie semi-circulaire et haut de 2 m environ est accolé sur toute la longueur de l’élévation au sud du clocher.

L’élévation ouest de la chapelle latérale sud est également recouverte d’un enduit à la chaux. Elle est aveugle. On observe cependant une lucarne à volet de bois sous le toit, du côté nord, accès aux combles (?).

- Elévation sud :

Elle est entièrement recouverte d’un enduit à la chaux , assez abîmé.

Un corps de bâtiment plus bas est accolé à l’élévation de l’église sur les deux-tiers ouest. Il abrite la chapelle latérale sud et la sacristie. Son élévation sud est percée d’un oculus muni d’un grillage près de l’angle ouest et d’une fenêtre rectangulaire également grillagée près de l’angle est. Une autre fenêtre rectangulaire, munie d’une grille en fer, est percée dans son élévation est.

Au-dessus, le mur de la nef est percé de quatre fenêtres en plein-cintre, régulièrement espacées sur toute la longueur de l’élévation.

Les embrasures de toutes les fenêtres sont recouvertes d’un enduit à la chaux, badigeonné en blanc, assez abîmé, pour celles de la nef.

6- Couvertures

L’ensemble des charpentes, non accessible, n’a pas été vu.

Le toit de l’église, à deux pans dissymétriques, est couvert de bardeaux de mélèze et muni de poutres pour retenir la neige. Les pièces de charpente visibles sous l’avancée du toit du côté nord sont en mélèze (?).

Le toit à trois pans du massif de maçonnerie semi-circulaire, accolé à l’élévation ouest sur la moitié sud, est aussi couvert de bardeaux de mélèze ; de même que le toit en appentis du corps de bâtiment accolé à l’élévation sud et le toit en pavillon du clocher-tour.

7- Distribution intérieure

- Nef :

La voûte et les murs sont recouverts d’un enduit à la chaux.

Badigeon blanc pour la voûte ; rose pour les ogives et leurs clés et les arcs doubleaux ; rose aussi pour les pilastres mais avec traits gris pour imiter appareil de pierres de taille, et plinthe lie-de-vin ; rose avec une plinthe grise pour les murs sauf pour le mur sud de la troisième travée (jaune, sans plinthe) et pour le mur ouest de la quatrième travée (lambris à panneaux en relief sur 80 cm de haut, puis jaune sur 2 m environ, puis rose ; de même pour les pilastres de cette travée sauf celui du nord : plinthe grise, puis mêmes couleurs que le mur au-dessus).

Les clés des croisées d’ogives (à profil de tore) sont différentes : la première est en forme de petite demi-sphère incisée de rayons, les deuxième et troisième aussi mais sur un cercle sculpté en relief, la quatrième est formée d’un petit cercle en relief, de même taille que les précédents, mais entouré d’une moulure circulaire à trois tores, beaucoup plus grande.

Les arcs doubleaux et les pilastres sont de section rectangulaire.

Le sol des trois premières travées est en carrelage (carreaux en ciment ?) pour l’allée centrale : carreaux blancs octogonaux de 20 cm de côté alternés avec des carreaux noirs carrés de 5 cm de côté, bordés de chaque côté par une rangée de carreaux de 20 cm de côté à motif géométrique noir sur fond blanc, et une rangée de carreaux noirs rectangulaires.

De part et d’autre de cette allée centrale, le sol des trois premières travées est en parquet, lames disposées en chevrons (fougère ?).

Le sol de la quatrième travée (ou chœur), surélevé de deux marches, est aussi carrelé (carreaux en ciment ?) : carreaux de 20 cm de côté à motif géométrique, fleur noire stylisée (losanges) sur fond beige et angles rouges.

Une tribune occupe la moitié de la première travée. Elle est en menuiserie avec sol en parquet et balustrade en bois à balustres tournés. On y accède par un petit escalier à un retours, également en menuiserie, situé dans l’angle sud-est de la nef et séparé d’elle par un panneau en planches.

Mur est : grande fenêtre en plein-cintre, au-dessus de la porte d’entrée, légèrement plus au sud, léger ébrasement intérieur recouvert du même enduit et badigeon rose que le mur.

Mur sud : quatre fenêtres en plein-cintre à léger ébrasement intérieur, identiques, avec même enduit et badigeon rose que le mur, une dans chaque travée.

Mur ouest : aveugle, mais une petite porte à panneaux sculptés en relief (losanges), près de l’angle nord, à 60 cm au-dessus du sol, non accessible (barres de fer fixées dans le mur).

Mur nord : arcades du collatéral nord ; au-dessus de l’arcade de la première travée : petite lucarne rectangulaire fermée par un volet de bois, peint en rose comme le mur (accès aux combles ?).

- Collatéral nord :

La voûte et les murs sont recouverts d’un enduit à la chaux très abîmé, surtout dans la quatrième travée (murs en grande partie enterré dans la pente donc humides), et repris au ciment à la base.

Badigeon bleu pour la voûte ; rose pour le mur nord avec plinthe grise et bandes verticales lie-de-vin (à l’aplomb des doubleaux) ; rose avec plinthe grise pour le mur est ; jaune pour le mur sud, rose pour les piliers avec plinthe lie-de-vin ; mur ouest caché par un retable, juste badigeon bleu comme la voûte visible dans les angles supérieurs.

Le sol est en parquet pour les trois premières travées, lames disposées en chevrons (fougère ?). Le sol de la quatrième travée, surélevé de deux marches, est en fait le même que celui de la quatrième travée de la nef (ou chœur) et il est carrelé de la même manière.

Mur est, au centre : une fenêtre en plein cintre, à léger ébrasement interne, recouvert du même enduit et badigeon que le mur.

Mur nord : deux fenêtres en plein-cintre, à large ébrasement intérieur recouvert du même enduit et badigeon que le mur, une dans la première travée et une dans la quatrième travée.

Mur ouest : aveugle.

Mur sud : grandes arcades ouvrant sur la nef.

- Chapelle latérale sud :

Voûte et murs recouverts d’un enduit à la chaux très abîmé (murs en partie enterrés dans la pente), avec des reprises au ciment, sans badigeon.

Badigeon moucheté jaune sur fond blanc pour la voûte ; panneaux mouchetés rose sur fond blanc, encadrés par frises à motifs géométriques bleu sur fond rose, pour les murs. Badigeon très abîmé aussi.

Le sol, au même niveau que ceux des quatrièmes travées de la nef et du collatéral nord, est couvert du même carrelage en ciment à motifs géométriques (voir plus haut).

Mur est, au centre : une porte rectangulaire, avec huisserie en bois, donnant accès à la sacristie.

Mur sud, au centre, juste sous la voûte : un oculus, avec embrasure carrée, recouverte du même enduit et badigeon que le mur.

- Sacristie

Voûte et murs recouverts d’un enduit à la chaux et d’un badigeon blanc.

Sol, au même niveau que celui de la chapelle latérale sud, en parquet.

Mur ouest, au centre : porte d’accès depuis la chapelle latérale sud.

Mur nord : aveugle.

Mur est, au centre : fenêtre en plein-cintre, embrasure couverte du même enduit et badigeon que le mur.

Mur sud, au centre : fenêtre rectangulaire, embrasure couverte du même enduit et badigeon que le mur.

- Clocher-tour :

Cinq échelles de meunier en bois, reliées entre elles par des petits palier en planches, permettent d’accéder au niveau qui abrite le mécanisme de l’horloge. Puis une échelle en fer fixée dans l’angle sud-est monte à l’étage des cloches, accessible par une trappe dans le plafond. Cet étage, difficile d’accès, n’a pas été visité.

8- Inscription

Pierre gravée d'une inscription prise dans la maçonnerie à la base du clocher, dans le cimetière.

Dimensions approximatives de la pierre : la = 200 ; h = 45.

Transcription de l'inscription : 1678 & LE 3 JUIN. E[PI]SOCOPVS SINEC[ENSIS] / FVIT . DD . ROVER . C . E . BARBAROUX . F . A[B] HEMARII M. M.

La signification exacte de cette inscription nous échappe. Il s’agit probablement d’une construction ou d’une fondation opérée par l’évêque de Senez en compagnie de personnages dont la titulature DD (domini) suggère qu’ils étaient membres ou dignitaires du chapitre cathédral.

Vocables de la Transfiguration, Sainte-Sévère
Parties constituantes non étudiées cimetière, croix de chemin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
Adresse Commune : Villars-Colmars
Cadastre : 1827 C 108 ; 1983 AC 127

L'église Sainte-Sévère est construite à une date non connue avec certitude, cependant une pierre à la base du clocher porte une inscription gravée portant la date de 1678. L'église existe de manière certaine en 1697, date de la première visite pastorale recensée.

En 1690, un incendie détruit le village mais épargne l'église placée sous le vocable de la Transfiguration. Elle possède alors une seule nef. Une seconde nef est ajoutée en 1833. Un nouvel incendie l'endommage fortement en 1857 et nécessite des travaux. Une nouvelle sacristie est envisagée dès 1863, mais les travaux sont retardés par manque de chaux, accaparée par le chantier de l'église paroissiale de la commune voisine de Beauvezer. En 1895, d'importants travaux sont effectués au clocher qui menace de s'effondrer. L'église est restaurée en 2001.

Le cimetière entourant l'église au nord et à l'ouest doit aussi dater du 19e siècle.

Une croix de mission située dans le cimetière porte la date 1874.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1678, porte la date
1833, daté par source
1874, porte la date

L'église Sainte-Sévère est située dans le haut du village, sur un terrain en légère déclivité, bordée au nord par le cimetière. Elle présente un plan allongé à deux nefs et à chevet plat orienté à l'ouest. La nef principale est couverte d'une voûte d'arêtes et la nef secondaire d'une voûte en plein cintre. Les murs de l'église sont en moellons à mortier. L'église est couverte d'un toit à longs pans en bardeau ; la sacristie et la chapelle contigüe sont couvertes d'un toit en appentis, également en bardeau. La façade principale, à l'est, présente trois ouvertures : la porte, au centre de la façade, une baie cintrée à mi-hauteur éclairant la nef secondaire et une baie dans la partie haute de la façade, légèrement décentrée sur la gauche, éclairant la nef principale. Contre le chevet, se dresse un clocher de section carrée, couvert d'un toit à quatre pans, également en bardeau. La façade sud est ouverte par trois baies cintrées et la façade nord par une seule baie également cintrée. Au fond de la nef se trouve une tribune en charpente à laquelle on accède par un escalier tournant. L'ensemble de l'église est couvert d'un enduit ocre-jaune et les pilastres de la nef principale d'un enduit ocre-rose, les voûtes sont couvertes d'un enduit blanc. Le choeur est légèrement surélevé par rapport à la nef : il accessible par deux marche. Le sol est de la nef principale est en carreaux de ciment blancs et noirs, celui de la nef secondaire, en plancher. La sacristie forme un appendice au sud de l'église en prolongeant une chapelle, contre la nef principale. La sacristie est éclairée par deux baies rectangulaires. Le cimetière est clos de murs en moellons. Il ouvre par une porte sur la place à droite de l'église et par un portail derrière la sacristie.

Murs calcaire
enduit partiel
moellon
Toit bardeau
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements voûte d'arêtes
voûte en berceau plein-cintre
Couvertures toit à longs pans
toit polygonal
appentis
toit en pavillon
Escaliers escalier intérieur : escalier droit, en charpente
États conservations restauré
Techniques ferronnerie
peinture
sculpture
Représentations croix colombe guirlande fleur ange tête entrelac
Précision représentations

Une croix en ferronnerie surmonte le clocher. Sur la voûte de la première travée de la nef latérale, est peinte la colombe du Saint-Esprit entourée de guirlandes de fleurs. Des têtes d'anges ornent la base des impostes. Une frise à motifs géométriques peints (entrelacs) court le long des murs de la chapelle latérale sud.

Mesures l : 2108.0
la : 1470.0
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17.

    Visites pastorales des 19 mai 1697 et 5 novembre 1700.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez, 1708-1723. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 18.

    Visite pastorale du 17 octobre 1708.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez, 1745-1753, 1764 à 1768, 1775, 1779 à 1781, 1785 à 1788. Registre tenu successivement par Louis Jacques François de Vocance (évêque de Senez de 1741 à1756), Antoine-Joseph D'Amat de Volx (évêque de Senez de 1757 à 1771), Étienne François Xavier des Michels de Champorcin (évêque de Senez de 1771 à 1773), Jean-Baptiste Charles Marie de Beauvais (évêque de Senez de 1774 à 1783), Sixte-Louis-Constance Ruffo (Roux) de Bonneval (évêque de Senez de 1783 à 1784), Jean-Joseph-Victor de Castellane-Adhémar (évêque de Senez de 1784 à 1788). Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 19

    Visites pastorales des 26 septembre 1745 et 1er juin 1768.
  • Procès-verbal de séance du conseil municipal concernant l’incendie qui a dévasté l’église paroissiale de Villars-Colmars. 31 décembre 1857. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E dep 240 / 1 D 2.

  • Devis et détail estimatif pour la réparation de l'église et la construction d'une sacristie. 1857-1863. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E dep 240 / 2 M 1.

    Devis et détail estimatif des ouvrages à exécuter pour la réparation de l’église de Villars-Colmars détruite en partie par suite d’un incendie survenu pendant la nuit du 25 décembre 1857, 5 juin 1860 ; devis et détail estimatif des ouvrages à exécuter pour la construction d’une sacristie à l’église de la commune de Villars-Colmars, 8 mars 1863..
  • Dossier concernant la construction de la sacristie de l'église de Villars-Colmars. 1863-1894. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 519.

    Travaux de construction de la sacristie, 1863.
  • Expédition des devis, avant-métré, bordereau de prix, détails estimatifs des ouvrages à exécuter pour la réparation de l’église et du clocher de la commune de Villars-Colmars, 11 octobre 1894. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 519.

  • Questionnaire sur l'état des paroisses du diocèse de Digne. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 75

    Lettre du curé de Villars-Colmars à l’évêque sur l’état de l’église paroissiale, 9 janvier 1833.
  • Questionnaire sur l'état des paroisses du diocèse de Digne, cantons d'Allos à Colmars, vers 1840. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 76

    10 juillet 1840.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, doyennés de Castellane, Colmars, Digne et Entrevaux, 1840 - 1879. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 87

    Visites pastorales des 19 novembre 1858, 8 octobre 1865, 27 octobre 1869.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1884 - 1891. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 93

    Visite pastorale du 1er octobre 1884.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1892 -1895. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 94.

    Visite pastorale du 19 octobre 1893.
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Digne, 1896 à 1921. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 V 95

    Visite pastorale du 10 décembre 1896.
Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Villars-Colmars. / Dessin à l'encre par Fortoul, Gleize, 1827 et 1837. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 240 / 001 à 012.

    105 Fi 240 / 012, 1827.
  • Projet d'agrandissement du cimetière. 30 juin 1938. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 519.

  • Plan, élévation et coupe relatifs à la sacristie à construire dans la commune de Villars-Colmars. / par l’agent voyer cantonal, 08 mars 1863, éch. 0,01. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E dep 240 / 2 M 1.

  • Commune de Villars-Colmars. Agrandissement du cimetière. s. d., éch. 0,02. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E dep 240 / 2 M 3.

  • Villars-Colmars (B.-A.) alt 1200 m. Echappée sur le village. / Carte postale, 1970. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 Fi 2619.

Bibliographie
  • COLLIER, Raymond. La Haute-Provence monumentale et artistique. Digne: Imprimerie Louis-Jean, 1986, 559 p. : ill.

    p. 189-190.
  • FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses-Alpes. Digne : Vial, 1861, 744 p.

    p. 492.
  • VERLHAC, Josette, VIRE, Marie-Madeleine. Monuments d'hier et d'aujourd'hui. Dans : Annales de Haute-Provence ; le Haut-Verdon, n°306, 2e trimestre 1988, p. 221-271.

    p. 259-260.
  • CAIRE, Jean. A la découverte des villages. Dans Annales de Haute-Provence ; le Haut-Verdon, n°306, 2e trimestre 1988, p. 289-303.

    p. 297.
  • GEAN, Jacky, GIORDANENGO, Jean. A l'ombre du clocher. Histoire d'un pays entre Var et Verdon. Breil-sur-Roya : Les Editions du Cabri, 1997. 207 p. : ill.

    p. 102-106.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Bertrand Etienne - Cerciello-Bachy Marie - Masson-Lautier Maïna