Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale de L'Assomption

Dossier IA00049816 réalisé en 1986

HISTORIQUE

L'église de La Grave, qui portait alors le titre de Notre-Dame-des-Basses-Arènes est citée pour la première fois en 1105, dans une donation de Guigues, comte d'Albon, à la prévôté d'Oulx 1. L'église fut agrandie et remaniée au XVe siècle. Une visite pastorale de 1488 2 indique qu'elle était couverte d'une voûte, comportait une tribune et qu'il existait quatre chapelles latérales dédiées à sainte Croix, saint Jean-Baptiste, sainte Catherine, et saints Jean, Félix et Claude 3.

L'église de La Grave aurait été détruite en 1587 par les troupes de Lesdiguières 4 et rebâtie à partir de 1606 selon un plan inférieur à sa superficie initiale 5. Au milieu du XIXe siècle, l'édifice était dans un état de délabrement alarmant. La nef n'était protégée que par un lambris en mauvais état. De grands travaux furent entrepris en 1857 : la nef fut divisée en trois, les piliers reconstruits et l'ensemble couvert d'une voûte en moellons de tuf 6.

DESCRIPTION

Situation

L'église paroissiale de La Grave se trouve au sommet du village, au bord de l'à-pic qui surplombe le torrent des Clots. Elle est encore entourée par le cimetière paroissial (cf. IA00049862). Au nord de l'église se dresse la chapelle des Pénitents (p. 403). Le presbytère (p . 402) est contigu au cimetière. L'édifice est orienté.

Matériaux

a. Matériaux extérieurs

Les murs

- chevet appareil régulier de blocs de tuf taillés et soigneusement assisés.

Le chevet, vue d'ensemble.Le chevet, vue d'ensemble. Le pignon est, le chevet et la sacristie. Noter la reprise de construction sur le pignon.Le pignon est, le chevet et la sacristie. Noter la reprise de construction sur le pignon.

- sacristie : idem

- pignon ouest : la partie inférieure du mur est formée d'un appareil régulier de blocs de tuf (dimensions : L. 0, 40 à 0, 60, h. 0,25 à 0, 45) ; la partie supérieure d'un appareil irrégulier de moellons de pierre locale hourdés à la chaux.

- murs-gouttereaux : appareil irrégulier de moellons de pierre locale hourdés à la chaux et crépis à la chaux

- chaînages d'angle, contreforts, cordons, corniche : tuf.

Les encadrements des portes et fenêtres : tuf.

Le tuf utilisé pour la construction des baies à vitraux 1930 est, comme celui des contreforts, beaucoup plus érodé que le tuf employé pour la construction du chevet. Il ressemble beaucoup au matériau utilisé pour la construction de l'église du Villar-d'Arène. Il est possible que ce soit du tuf du Lautaret et que le tuf utilisé pour le chevet provienne du vallon de la Buffe.

Le clocher : les murs sont formés d'un appareil irrégulier où domine le tuf auquel se mêlent d'autres matériaux (granit, grès ... ). Les chaînages appareillés en tuf sont en ressaut par rapport aux murs. La flèche est en tuf.

b. Matériaux intérieurs

- Sol : parquet de mélèze cloué. Lattes parallèles dans la nef, en arêtes de poisson dans le chœur. Devant la porte d'entrée sud le sol est constitué par une grande dalle de schiste.

- Voûte de l'abside : appareil régulier de blocs de tuf soigneusement assisés

- Voûte du vaisseau central de la nef : blocs de tuf appareillés.

- Piliers séparant le vaisseau central de la nef des collatéraux : tuf - pierre de taille.

Pilier séparant la nef des collatéraux.Pilier séparant la nef des collatéraux. La voûte de l'abside : l'appareil.La voûte de l'abside : l'appareil.

Structure

L'abside est voûtée en cul-de-four. La base du voûtement est soulignée par un cordon en tuf.

La nef est formée d'un vaisseau central et de deux collatéraux. Elle est divisée en quatre travées par des arcs doubleaux. Le vaisseau central est voûté en berceau, le collatéral nord d'arêtes. La troisième travée du collatéral sud est voûtée en berceau, la quatrième d'ogives.

Chaque arc séparant les travées du vaisseau central et la nef du collatéral retombe sur un pilastre devant lequel est placée une colonne engagée, sans fonction architectonique. L'ensemble constitue de larges piliers dont la base est formée par un bloc monolithe octogonal (h. 0, 65 ; côté 0, 45).

Elévations

a. Le chevet

Le mur du chevet est divisé en travées par trois colonnettes engagées dont les chapiteaux sont ornés de motifs floraux stylisés. La partie supérieure du mur est ornée d'une frise d'arceaux surmontée par une corniche en tuf. Les consoles sur lesquelles retombent les arceaux sont ornées pour la plupart de volutes, deux d'un visage, une troisième d'une tête d'animal. Les fenêtres du chœur sont couvertes par un arc monolithe, celles de la sacristie, du même type, par un arc clavé.

b. Les façades latérales

- La porte du mur-gouttereau nord : les piédroits sont formés d'une alternance de colonnettes engagées, alternativement de section ronde et carrée. Les impostes sont sans décor.

- La porte du mur-gouttereau sud s'inscrit dans un cadre en tuf. Les voussures de l'arc en plein cintre se poursuivent dans les colonnettes des piédroits sans être interrompues par un chapiteau.

c. Le mur-pignon ouest

Le mur-pignon ouest porte de nombreuses traces de reprises de construction. Le soubassement qui rattrape la pente du terrain est formé d'un appareil irrégulier de moellons de pierre locale. Un cordon de tuf sépare le soubassement du mur proprement dit. Jusqu'à 3, 65 m de hauteur, le mur est fait d'un appareil régulier de pierre de taille (tuf). Cette partie du mur est divisée en deux travées par trois pilastres en tuf (l. 0, 60) surmontés d'une corniche. Au-dessus de la baie nord, la trace de deux baies en plein-cintre murées sont visibles. La partie supérieure du mur, au-dessus des pilastres, est de nouveau faite d'un appareil irrégulier de moellons de pierre locale.

d. Le clocher

Le clocher. Les deux niveaux supérieurs.Le clocher. Les deux niveaux supérieurs.

Les chaînages d'angle en ressaut sur le mur forment des pilastres. Chaque face est divisée en deux travées par un pilastre central en tuf. La partie supérieure est divisée en deux niveaux par deux cordons en tuf. Les deux baies du clocher sont surmontées d'une frise de trois arcatures.

La flèche octogonale est cantonnée de clochetons en tuf. Elle est percée de quatre lucarnes. Le sommet de la flèche est amorti par une boule en cuivre surmontée d'une croix en fer.

Couverture

La toiture a été refaite en 1984. Elle est couverte d'ardoises d'Angers. Le chevet est couvert d'une croupe à cinq pans, la sacristie d'un appentis, la nef d'un toit à deux longs pans. La toiture s'arrête au ras des murs, comme celle des maisons du canton. La faible avancée de toit du clocher et de la sacristie est fermée par une corniche en tuf qui disparaît sur le reste de l'édifice.

1P.-L. Rousset. Au pays de la Meije. Grenoble, 1977, p. 167-168.2H. Blet, E. Esmonin et G. Letonnelier. Le Dauphiné, recueil de textes historiques. Grenoble, 1938, p. 92.3En 1661 il existait encore quatre chapelles latérales mais la chapelle Sainte-Croix était devenue la chapelle de la confrérie du Rosaire (A.D. de l'Isère, visite pastorale de Mgr le Camus,série 4 G n° 271).4Abbé Mielle. Glanes d'histoire sur la Grave et son canton. Cahier manuscrit. Vers 1910. D'après les archives du Chazelet.5P.-L. Rousset, op. cit., p. 168, d'après le registre paroissial de La Grave.6P.-L. Rousset, op. cit. p. 168, d'après le registre paroissial de La Grave.
Vocables de l'Assomption
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grave (La)
Adresse Commune : La Grave
Cadastre : 1974 AB 404

L'église a été reconstruite au 15e siècle en réutilisant des éléments de l'édifice antérieur (chœur voûte en cul-de-four, niveau inférieur du clocher) ; elle a été détruite en 1587 ; rebâtie début 17e siècle, à partir de 1606 ; remaniée en 1857 ; décor peint 19e siècle ; toiture refaite en 1984 été détruite en 1587 ; rebâtie début 17e, à partir de 1606 ; remaniée en 1857 ; décor peint 19e siècle ; toiture refaite en 1984.

Période(s) Principale : 15e siècle , (détruit)
Principale : 17e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1857, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu
Murs pierre
tuf
schiste
appareil mixte
pierre de taille
Toit ardoise, pierre en couverture, tufeau en couverture
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements cul-de-four
voûte en berceau
voûte d'arêtes
voûte d'ogives
Couvertures flèche en maçonnerie
toit à longs pans
appentis
croupe polygonale
Techniques peinture
Précision représentations

sujet : faux appareil

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1959

Références documentaires

Documents d'archives
  • Visite pastorale de Mgr Le Camus (1671-1707). Archives Départementales de l'Isère, Grenoble : 4 G n° 271.

Bibliographie
  • ALBERT, A. Essai descriptif sur l'Oisans. Grenoble : Editions Maisonville, 1854.

  • FERRAND, Henri. L'Oisans et les Ecrins. Dans Cahiers Henri Ferrand, n° 4. Lyon : La Manufacture, 1984. Architecture et Patrimoine en montagne. Réédition de L'Oisans et la région de la Meidje, du Pelvoux et de la Barre des Ecrins. Grenoble : Librairie Alexandre Gatier et Jules Rey éditeurs, 1903. 125 p., 196 gravures.

  • BLET, H., ESMONIN, E., LETONNELIER. G. Le Dauphiné, recueil de textes historiques. Grenoble, 1938.

    P. 92.
  • NOEL, Bernard. Dictionnaire des églises de France. tome II, Centre et Sud-Est, Paris : Robert Laffont, 1966.

  • ROMAN, Joseph. Répertoire archéologique du département des Hautes-Alpes. Paris : Imprimerie nationale, 1888.

    P. 39-40.
  • ROUSSET, P.-L. Au pays de la Meije. Grenoble : Didier-Richard, 1977.

    P. 167-168.
  • THIRION, Jacques. L'influence lombarde dans les Alpes françaises du sud. Dans : Bulletin monumental, n° 128, 1970, p. 7-40.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale