Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

église paroissiale, actuellement chapelle Saint-Pancrace

Dossier IA05000790 réalisé en 1980

Fiche

DESCRIPTION

Situation

Édifiée sur un mamelon au-dessus du hameau des Mourandes, la chapelle Saint-Pancrace est comprise dans l'enclos qui abritait autrefois le cimetière. Elle est sensiblement orientée.

Dans la partie centrale de l'enclos, au sud de l'édifice, subsiste le socle d'une croix de mission disparue.

Matériaux et leur mise en œuvre

Maçonnerie de blocage recouverte d'un crépi ; les portes principales sont appareillées en carniole, avec quatre claveaux en marbre rose pour la porte sud ; les petites consoles de l'abside sont également en carniole.

Parti général

Nef de plan rectangulaire terminée par une abside en cul de four plus étroite et plus basse, avec clocher-mur reposant sur le mur oriental, élargie au sud par une nef latérale de plan rectangulaire à chevet plat.

Vue de situation prise du nord-est.Vue de situation prise du nord-est. Vue prise du sud.Vue prise du sud.

Le mur sud de la nef primitive a été échancré en arc.

Une fissure sur la face sud du mur séparant les deux nefs pourrait correspondre à un autre arc. (La reproduction abusive de cet arc sur le relevé graphique est destinée à le situer). La partie orientale des deux nefs correspondant aux chœurs est couverte en berceau ; le reste est plafonné. La façade occidentale porte la marque très nette de l'agrandissement de l'édifice.

La partie inférieure de différents murs a été élargie en glacis : mur occidental de la nef primitive, mur nord (glacis moins important à l'est), angle sud-est de la nef, partie occidentale subsistant du mur sud de la nef primitive.

A quoi l'épaississement à la base du mur du chevet de la nef primitive, à l'angle sud-est, correspond-il ? (La partie inférieure est constituée de grosses pierres de l'épaisseur totale de cet élément)

La retombée gauche de l'arc triomphal se rétrécit en une sorte de culot et disparaît dans sa partie inférieure.

Les deux portes en plein cintre, sensiblement au centre de la façade occidentale et au centre du côté sud de la nef, de construction comparable, sont vraisemblablement contemporaines des travaux d'agrandissement. La porte au sud a été condamnée lors de l'installation d'un autel et de son retable et l'accès se fait aujourd'hui par une porte située plus à l'est, précédée par un perron et abritée par un auvent.

Un collage à l'intérieur du mur occidental de la nef primitive, contigu à la bordure de la scène peinte sur ce mur, correspond à un piédroit, avec semble-t-il un élément d'appui au niveau de la bordure inférieure de la scène peinte.

Un épaississement de 0, 40 m environ du mur occidental apparaît directement sous le plancher contre le mur occidental de la nef primitive.

Une console en pierre, grossière, est en place une cinquantaine de centimètres au-dessous de la tribune sur les deux faces du mur séparant les deux nefs.

Un mur peu épais, rajouté, isole la sacristie voûtée en plein cintre.

A l'intérieur, la fenêtre de la sacristie est couverte de la même manière que les deux fenêtres occidentales et que la porte réunissant les deux parties de la tribune.

Sur les murs du chœur de la nef principale subsistent des éléments d'une corniche en plâtre, prolongée jusqu'à l'emplacement de la chaire du côté gauche.

Élévations extérieures

Le crépi moderne laisse apparaître sur toutes les façades un enduit blanc crème ocré par endroit.

Au sommet du mur de l'abside subsistent de petites consoles profilées d'un cavet et d'un bandeau. Les portes au centre des façades ouest et sud, la fenêtre dans le mur sud de l'abside ainsi que les baies du clocher-mur sont en plein cintre ; la porte au sud actuellement utilisée et la fenêtre qui lui est superposée sont couvertes en segment, comme la fenêtre du côté sud de l'abside. La fenêtre axiale de l'abside n'est plus visible de l'extérieur. Les fenêtres dans le mur occidental ont la même forme qu'à l'intérieur ; la fenêtre de la sacristie est rectangulaire.

Décor peint et fragment d'inscription sur la façade sud.

Façade sud. Vestiges de peintures murales, à droite de la porte. Saint Christophe.Façade sud. Vestiges de peintures murales, à droite de la porte. Saint Christophe.

Combles et couvertures

Toits de bardeaux.

Les combles sont accessibles par une trappe dans le plafond de la partie sud de la tribune.

Distribution intérieure

Plancher moderne ; murs et plafonds enduits.

Décor de peintures murales dans l'abside et sur l'arc triomphal, sur les murs gauche et ouest de la nef principale.

Décor plus récent ailleurs :

- Chœurs

Décor d'architecture en trompe-l’œil, restauré.

Dans le chœur de la nef principale, caissons et roses jaune ocre, fonds bleus ; autour, éléments gris dans un cadre beige rosé (glands à l'est et à l'ouest, vase, fleurs et rinceaux latéralement).

Dans le chœur de la nef latérale, rose jaune entourée de draperies rouges et vertes, feuillages et fleurs rouges, torsades jaunes, écoinçons jaunes ornés de feuillages stylisés ; à l'est et à l'ouest, motifs jaunes sur fond bleu.

Nefs. Vue prise vers les choeurs.Nefs. Vue prise vers les choeurs. Nef principale. Vue prise vers le nord-ouest.Nef principale. Vue prise vers le nord-ouest.

- Nefs et tribunes

Faux lambris d'appui gris anthracite, mur rose ocre au-dessus ; décor au pochoir ocre rouge au-dessus du lambris.

Encadrement des portes en faux marbre blanc veiné de gris.

Croix de consécration jaune d'or sur fond bleu.

Deux montants en bois correspondant à la clôture de chœur déposée subsistent dans les murs latéraux, 0, 40 m à l'est de l'emmarchement en place.

Le tronc compris dans le mur sud à l'ouest de l'entrée actuelle est ouvert sur l'extérieur par une fente surmontée des vestiges d'un panneau en plâtre.

ANNEXES

INSCRIPTIONS

- Fragment d'inscription gravée en lettres gothiques sur une pierre, à droite de la porte en plein cintre donnant au sud : [.]A J A. La partie droite de ce fragment devait être masquée par la bordure gauche de la peinture murale extérieure.

- Sur le médaillon en plâtre moulé ornant le plafond de la nef, inscription à l'envers, en creux : 1759 / M.A.V.C / A.I.L.H.P.

- Sur la menuiserie de la porte sud, date 1779 gravée sommairement sur la face externe.

- Graffiti sur les murs :

- extérieur : - côté sud du clocher : I F I B F 181 [.] , 185 [.] / [NI]COLAS / [.]ELMON / 185[.].

- côté nord de l'arcade sud du clocher : GAUMAU / 1850 / CT / GARCIN

- chevet : 1830 ou 1840, 1898.

- mur nord de la sacristie : depuis 1959.

- intérieur : - tribunes 1886 et jusque vers 1900 ; à partir de 1906 sous un badigeon correspondant à une fausse plinthe.

Vocables Saint-Pancrace
Dénominations église paroissiale, chapelle
Aire d'étude et canton Briançon
Adresse Commune : Villar-Saint-Pancrace
Lieu-dit : la Cure
Cadastre : 1963 A4 939

En 1168, le cartulaire d'Oulx mentionne à Villard-Saint-Pancrace une église consacrée à saint Pancrace. Un pèlerinage local est attesté à la fin du moyen-âge. Le transfert du siège de la paroisse s'est effectué au cours du deuxième quart du 16e siècle dans l'église paroissiale actuelle, également consacrée à saint Pancrace. La nef principale et l'abside de l'édifice en place pourraient dater du 13e siècle ; la nef latérale, antérieure à 1499 (date d'un testament qui signale la peinture portée par son mur sud), est vraisemblablement du 15e siècle. La nef principale et son abside sont ornées de peintures monumentales du milieu et de la deuxième moitié du 15e siècle ; dans les deux chœurs subsiste un décor peint au 19e siècle.

Période(s) Principale : 13e siècle , (?)
Principale : 15e siècle , (?)
Dates 1458, daté par travaux historiques
1552, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Chapelle isolée au-dessus du village, située dans un enclos qui abritait autrefois le cimetière. Maçonnerie de blocage recouverte d'un crépi ; ouvertures pour la plupart en tuf appareillé. Deux nefs juxtaposées communiquant par un arc plein-cintre : nef principale couverte d'un plafond, terminée par un choeur voûté en berceau plein-cintre et une abside couverte d'un cul-de-four ; élargie sur son côté droit (sud) par une nef couverte d'un plafond et son choeur voûté en berceau plein-cintre. Sacristie voûtée d'un berceau plein-cintre transversal sur le côté gauche de la nef principale et de son choeur, dont elle est isolée par un mur ajouté. Tribune en bois sur la largeur des deux nefs, accessible par un escalier pratiqué dans l'arc qui sépare les deux nefs ; clocher-mur à deux niveaux de deux baies couvertes en plein-cintre reposant sur le mur-pignon oriental de la nef principale. Trois portes d'accès extérieures couvertes en plein-cintre : au centre du mur-pignon occidental (accès à la nef principale) et dans le mur sud de la nef latérale (porte condamnée lors de l'installation d'un autel latéral et porte précédée d'un auvent).

Murs pierre
tuf
crépi
enduit
moellon
maçonnerie
Toit bardeau
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
Couvertures toit à deux pans
Escaliers escalier droit, en maçonnerie
États conservations restauré
Techniques peinture
peinture
Représentations pilastre ordre dorique vase
Précision représentations

Vestiges de décor dans les deux choeurs.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1965/07/07
classé MH, 1990/10/11
Précisions sur la protection

décor intérieur

Références documentaires

Bibliographie
  • SENTIS, Gabrielle. L'art du Briançonnais I : la peinture au XVe siècle. Grenoble, 1970. 157 p.

  • JACQUES, Louis (chanoine). Chapelles rurales des Hautes-Alpes. 1956. t.1 et t.2.

  • Dictionnaire des églises de France. 2D Alpes, Provence, Corse. Paris : Robert Laffont, 1966.

  • ALBERT, Antoine. Histoire géographique, naturelle, ecclésiastique et civile du diocèse d'Embrun. Embrun : Pierre-François Moyse, 1783 [1786], 2 tomes, VI-501 p. Edition 1959.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Desvignes-Mallet Chantal