Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

écart : les Vignettes

Dossier IA05000408 réalisé en 1982

Fiche

Situation

Les "celliers" des Vignettes sont situés en contrebas de la route des Vigneaux à Prelles ; sur un promontoire qui surplombe la Durance et qui était autrefois couvert de vignes.

Cette situation est exceptionnelle : la plupart des "celliers" recensés en Vallouise font partie de la maison d'habitation ; seuls ceux des Vignettes ont été construits dans la vigne elle-même.

Les pressoirs

D'après les vestiges qui subsistent, on peut conclure que tous les pressoirs des Vignettes étaient des "pressoirs à martin" identiques à ceux étudiés à Vallouise et aux Vigneaux. Un seul a été transformé en pressoir à vis centrale.

On n'a retrouvé aucun pressoir entier. Les vis ont presque toutes disparu. Seules subsistent, dans la plupart des cas, les grosses pierres de contrepoids qui sont difficilement transportables (diamètre moyen : 95 cm à 100 cm).

Les caves

Si les pressoirs eux-mêmes sont tous identiques, les caves sont en revanche assez différentes, aussi bien par la taille, très variable, que par la structure.

- Certaines sont constituées par un bâtiment couvert d'un toit à deux pans, comprenant au rez-de-chaussée, en niveau de soubassement, une cave voûtée en berceau, et dans le comble, une sorte de remise pour les outils et les paniers. C'est le cas, par exemple, des celliers 1, 2 et 3. Les caves de ce type sont assez souvent mitoyennes par deux ou trois.

Vue prise du sud-ouest.Vue prise du sud-ouest. Cellier troglodytique. Façade ouest.Cellier troglodytique. Façade ouest.

- Le plus grand nombre des ces constructions ne comprennent qu'une cave voûtée en berceau, généralement de petite taille, entièrement enterrée dans le sol et recouvertes d'un empilement de pierres plates. C'est le cas des pressoirs 5 et 6. On s'est parfois contenté d'utiliser des grottes naturelles.

- Enfin, on a aménagé dans la falaise trois caves troglodytiques de grandes dimensions. La grotte est fermée par un mur de pierre. Les pièces sont divisées en deux par un plancher intermédiaire sur lequel était sans doute fixé un palan.

A noter une petite pièce limitée par une cloison en pan-de-bois et qui devait servir de remise.

Le crépi de la cloison est couvert de graffiti ; certains semblent être des comptes. Des dates sont suivies d'un certain nombre de tirets :

- 1802 : 11 tirets

- 1881 : 16 tirets

- 1884 : 18 tirets

- 1892 : 20 tirets

- 1893 : 12 tirets

- 1895 : 7 tirets

- 1896 : 10 tirets

On peut lire également les dates suivantes :

- 1741 (3 fois) ; 1749 ; 1864 ; 1882.

Parties constituantes non étudiées cellier, abri
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Argentière-la-Bessée (L')
Adresse Commune : Saint-Martin-de-Queyrières
Lieu-dit : les Vignettes
Cadastre : 1961 E3

Les celliers des Vignettes constituent des bâtiments indépendants. D'après les dates inscrites sur les bâtiments, on peut dater les celliers des 18e et 19e siècles.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 19e siècle

Ecart composé de celliers construits sur les vignes, contrairement aux autres celliers de la commune qui sont des parties constituantes de maisons d'habitation. Les celliers contiennent les vestiges des pressoirs. La plupart sont des bâtiments en soubassement formés d'une pièce voûtée en berceau et couverts d'un toit à deux pans. Trois caves troglodytiques sont aménagées dans la falaise.

Murs pierre
moellon sans chaîne en pierre de taille
Étages étage de soubassement
Couvrements voûte en berceau
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale - Faure-Vincent David