Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

digue du port de Nice

Dossier IA06001730 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénomination digue du port de Nice
Dénominations digue
Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes
Adresse Commune : Nice
Adresse : Infernet Amiral
Cadastre : 2015 KM 63

Le chantier de construction de la digue du port de Nice est engagé en 1750 avec l'immersion de la première caisse du môle extérieur. En 1752, la digue du port de Nice est achevée. Elle est agrandie par phases successives selon les circonstances. La structure de la digue est doublée d'une jetée intérieure. Les pierres de la forteresse démolie font l'objet de remplois sur le chantier de la digue. Les travaux sont suivis par l'ingénieur De Vincenti. Entre 1841 et 1846, la digue est prolongée de plus de 50 mètres. Le plan d'eau passe de 4 à 6 hectares. Si la sécurité du bassin intérieur est mieux garantie, son approche reste dangereuse et l'ensablement est une menace pour le port. Entre 1868 et 1869, un prolongement de la digue sur 100 mètres est réalisé. En 1872, les travaux se terminent, la digue est prolongée de 108 m et est dotée d'un phare. Dans les années 1900, la digue est de nouveau prolongée, sa longueur augmente de 235 m avec modification à la base de l'ancien môle. En 1912, un nouveau bassin, le bassin du Commerce, est ouvert. Depuis cette date, aucune modification majeure n'est apportée à structure de la digue, hormis la reconstruction du phare démoli à la Libération en 1944. Le nouveau phare, construit en 1954, est une tour carrée alors que l'ancienne était cylindrique, surmontée d'un fanal à couronne circulaire.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1752, daté par source
1846
1872
1900
Auteur(s) Auteur : De Vincenti Antonio-Felice,
Antonio-Felice De Vincenti (1690 - 1778)

Ingénieur militaire du royaume de Piemont-Sardaigne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur militaire, attribution par source

La digue du port de Nice est ancrée sur le quai Infernet a hauteur du bassin des Amiraux. La digue protège l'entrée du vieux port et du bassin des Amiraux et le bassin du Commerce et de la gare maritime. La digue, longue de 600 mètres, est bâtie de différents matériaux protecteurs en fonction des chantiers de consolidation et de prolongation. La base est composée de blocs rocheux, consolidés de blocs cubiques de béton puis par des blocs accropodes en béton. Le prolongement de la digue est constitué de blocs béton cubiques rainurés. Le mur-abri en pierre de taille supporte à son extrémité le phare de Nice (référence IA06001352) qui signale la passe d'entrée du port. La première partie de la digue abrite une aire de stationnement et une partie de la gare maritime (liaison vers Calvi et Ajaccio). La seconde partie de la digue protège une jetée intérieure avec un quai en pierre de taille. La grue Applevage n°14 (référence IM06002400) est implantée au milieu de la digue, entre la gare maritime et le port de commerce.

Murs pierre
béton
Typologies protection du littoral
Statut de la propriété propriété publique, propriété de l’État ; affecté à un établissement public ; affecté à la Chambre de Commerce et de l'Industrie Nice-Côte d'Azur ; ouvert au public
Précisions sur la protection

Atlas des paysages : sous les Corniches

Références documentaires

Documents figurés
  • Phare du port de Nice à l'extrémité de la jetée, en 1965. / Photographie noir et blanc. Direction Départementale de l'Équipement, Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 22Fi650317007.

  • Jetée du port de Nice en 1941. / Photographie noir et blanc. Direction Départementale de l'Équipement, Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 22Fi003800001.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Carteron Sophie
Sophie Carteron

Prestataire extérieur du service mer pour l'opération de repérage du patrimoine des ports en 2015.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.