Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

demeure de maître dite château de Montorcier ou de la famille Bonnet d'Arnaud

Dossier IA00049666 réalisé en 1979

Fiche

  • Façade sud. Etat actuel.
    Façade sud. Etat actuel.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • étable
    • grange
    • tour
    • cour
    • fontaine
    • jardin potager
    • four à pain

Dossiers de synthèse

HISTORIQUE

Dans le pays on nomme cette demeure le "château de Montorcier" compte-tenu de la tour carrée qui flanque le bâtiment, et des ouvertures chanfreinées (à noter dans la tour une fenêtre à coussièges). Mais ce qu'on appelle habituellement le "Château de Montorcier" dans les textes de la fin du XIXe siècle est un bâtiment déjà en ruines à cette date, situé sur la colline de Frustelle. cf. par exemple J. Roman : Dictionnaire Historique des Hautes-Alpes", p. 75 : "Ce mandement, fort important, tirait son nom d'un château delphinal dont il ne subsiste plus aujourd'hui que des ruines nommées, je ne sais pourquoi, tour de Frustelle. Deux fermes situées au pied de la colline où se dressent ces ruines portent encore le nom de Montorcier".

On ignore donc l'histoire de cette maison ancienne, comme en témoignent les ouvertures chanfreinées, et qui a une allure de maison noble 1 : la tour carrée, les nombreuses pièces du logis, l'aspect général la distinguent des autres habitations de la commune. Cependant elle a été transformée, et est depuis longtemps utilisée comme ferme.

Façade sud. Etat actuel.Façade sud. Etat actuel. Pavage de la cour.Pavage de la cour.

DESCRIPTION

Situation

Le bâtiment est situé au nord-ouest du hameau de Montorcier, non loin d'un torrent et du clapier qui le borde. Son pignon nord est enterré dans une forte pente. A une dizaine de mètres au-dessus passe le chemin bordé de frênes reliant Montorcier aux Bonnets.

Devant la façade tournée vers le sud se trouve l'ancien chemin de Saint-Jean à Montorcier. Une partie de celui-ci est pavée devant la maison et tient lieu de cour. A l'extrémité est de celle-ci coule une fontaine. Dans la partie ouest du terrain entourant le bâtiment, de nombreux et hauts peupliers protègent les habitations de la foudre. A côté de ceux-ci se trouvent quelques noyers et un beau marronnier. Dans la partie est il y a un jardin en terrasse sur lequel sont installées des ruches.

Le bâtiment dans son ensemble a subi de nombreuses transformations 2. La tour carrée comportait trois étages. Lors d'une secousse sismique vers les années 1925, de grosses fissures sont apparues sur les murs, surtout au niveau du troisième étage. Le propriétaire a alors démonté cet étage (environ trois mètres de haut). Le haut de la tour qui dépassait autrefois du toit, se trouve maintenant à la hauteur de l'entrait de ferme de la charpente. Deux tirants perpendiculaires l'un à l'autre ont été installés à cette époque au niveau du deuxième étage de la tour.

Le bâtiment était divisé au début du siècle en deux logements, l'un à l'ouest avec la tour, et l'autre à l'est. Vers 1935 le toit de la partie est a été surélevé de façon à aménager une chambre.

Vers 1950 l'intérieur du second logement a été réaménagé. Plus récemment la soue à cochons à l'ouest de la maison, a été surélevée d'un étage.

Matériaux

Les murs sont en moellons de pierre locale hourdés à l'argile dans la partie ancienne du bâtiment, à la chaux pour les parties plus récentes.

L'étage de la soue est en parpaings.

Structure, circulation et distribution intérieure

Le bâtiment comporte deux étages. Les trois niveaux sont en étage de soubassement.

- Au rez-de-chaussée, on trouve d'est en ouest : une bergerie voûtée d'arête, une "écurie" couverte d'un plancher qui était autrefois une cuisine 3 et une soue à cochons.

Fenêtre de l'"écurie".Fenêtre de l'"écurie". Fenêtre de la tour. Premier étage.Fenêtre de la tour. Premier étage.

Le rez-de-chaussée de la tour empiète sur l'angle sud-est de l'"écurie". On ne pénètre dans la bergerie que par l'"écurie".

L"'écurie" était recouverte d'un double plafond dans l'intervalle duquel il y avait une couche d'argile de 50 cm d'épaisseur environ qui servait à isoler le logis et la grange des odeurs et du dégagement d'ammoniac de l'"écurie''. Elle a été enlevée vers 1950 et remplacée par une chape de ciment.

Le bâtiment abrite actuellement deux logements :

- Le premier logement, à l'est, comprend une salle commune au premier étage, et deux chambres au deuxième étage. On y pénètre de plain-pied à l'est.

- Le second logement occupe le reste du premier étage. Il se compose d'une salle commune, d'une cave voûtée en berceau et de trois chambres. Toutes les pièces du logis sont couvertes d'un plafond à poutres apparentes, sauf la cave et les deux chambres de la tour, voûtées d'arête au premier étage, en berceau au second.

On accède au second logement par un escalier extérieur sur la façade principale.

La grange occupe le reste du deuxième étage, Le coffre à grains se trouve dans la chambre de la tour voûtée en berceau. Qn remplissait les coffres à grain par un trémie (entonnoir de bois) placé dans un trou aménagé au niveau de la clé de voûte.

Élévation

La façade comporte cinq niveaux de balcons, les trois balcons inférieurs servent à la circulation et permettent d'accéder en particulier aux deux chambres de la tour, et à la grange. (On passe d'un balcon à l'autre par une échelle de meunier, voire par une simple planche).

Balcons supérieurs utilisés pour le séchage des récoltes.Balcons supérieurs utilisés pour le séchage des récoltes.

Les deux balcons supérieurs étaient autrefois utilisés comme "dsaveliers", c'est-à-dire qu'on y mettait les fagots à sécher 4.

On accède au premier balcon par un escalier de pierre aujourd'hui en calcaire, autrefois en "pierre bleue" ; on l'a refait car il était devenu trop glissant (la "pierre bleue" se polit très finement).

Une partie des ouvertures ont été transformées et agrandies (la fenêtre de la cuisine en 1950). Mais il reste quelques belles ouvertures chanfreinées : la fenêtre de l'écurie et celles des chambres de la tour, La chambre du premier étage de la tour a une fenêtre à coussièges. L'encadrement des trois fenêtres de la tour est en "pierre bleue".

Fenêtre à coussièges de la tour. Premier étage.Fenêtre à coussièges de la tour. Premier étage.

Couverture

La charpente est formée de six fermes, composée de deux arbalétriers croisés sans poinçon sous la poutre faîtière, et d'un entrait. La toiture est en tôle ondulée.

NOTE DE SYNTHÈSE

L'exploitation familiale comportait vers la fin du XIXe siècle quatre vaches, une vingtaine de brebis en plus de quelques chèvres et cochons faisant vivre dix enfants en plus des deux parents. Il y avait deux logements indépendants ; l'un abritait la famille de dix enfants, et l'autre, à l'est, était l'habitation d'une sœur célibataire de l'exploitant qui travaillait au domaine. Lorsque le propriétaire actuel a pris la succession de son père, il a augmenté son cheptel élevant ainsi huit vaches et une centaine de brebis.

Après la construction en 1942 d'une bergerie-grange au sud-ouest de la maison, il a progressivement abandonné l'élevage des vaches laitières par insuffisance de terres (il a un domaine de 11 ha dont la moitié sont cultivables).

Son fils, en reprenant l'exploitation, s'est spécialisé dans les moutons, il a 320 brebis. Il a construit une petite remise à l'ouest de l'habitation pour y mettre un élevage de lapins.

Le bâtiment étudié est utilisé à l'heure actuelle comme bergerie pour une partie du troupeau, comme grange et la partie habitation sert à l'ancien exploitant et sa femme qui vivent dans le logement ouest.

1Le nom des propriétaires actuel est Bonnet d'Arnaud.2Informations données par le propriétaire.3Informations données par le propriétaire.4Informations données par le propriétaire.
Genre de maître
Appellations château de Montorcier ou de la famille Bonnet d'Arnaud
Destinations ferme
Parties constituantes non étudiées étable, grange, tour, cour, fontaine, jardin potager, four à pain
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Orcières
Adresse Commune : Saint-Jean-Saint-Nicolas
Lieu-dit : Montorcier
Cadastre : 1955 AB 100

Maison 16e siècle ou 17e siècle ; la tour qui comportait 3 étages a été en partie démontée en 1925 ; toit surélevé en 1935 ; date sur une dépendance 1942.

Période(s) Principale : 16e siècle, 17e siècle , (?)
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu
Murs enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit métal en couverture
Étages 3 étages de soubassement
Couvrements voûte en berceau
voûte d'arêtes
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit
Typologies maison bloc maison à tour
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • [Le château avant que l'étage supérieur n'ait été supprimé. Noter l'utilisation des trois balcons supérieurs où l'on fait sécher le bois.] Photographie ancienne.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Bazin Luc - Lucot Isabelle - Mallé Marie-Pascale