Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

croix de chemin, oratoires

Dossier IA04002068 réalisé en 2010

Fiche

Voir

Aires d'études Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
Dénominations croix de chemin, oratoire
Adresse Commune : Entrevaux

Les plus anciens édicules religieux (croix et oratoires) de la commune d'Entrevaux trouvent leurs origines sans doute dès les 16e siècles et 17e siècle, voir avant pour certains. Cependant les constructions que l'on peut observer aujourd'hui remontent au 18e siècle pour les plus anciennes et surtout au 19e siècle et à la première moitié du 20e siècle ; certains sont même très récent et datent du début du 21e siècle. Sur la Carte de Provence des Ingénieurs Géographes militaires (1748-1778), on remarque que plusieurs oratoires sont figurés, et même nommé dans le cas de l'oratoire Saint-Jeannet, situé au col éponyme. Sur sept oratoires mentionnés sur cette carte, trois n'existent plus aujourd'hui (Vers Comté et Le Plan) et un a été déplacé (La Tuilière) ; les autres sont ceux du Brec, La Clue, Les Bayons et Saint-Jeannet. Sur la carte de Cassini (années 1780 pour cette région), aucune croix ou oratoire n'est mentionné ; on cependant la toponymie des quartier de Saint-Joseph (Les Bayons) et de Saint-Jean (La Tuilière). Le plan cadastral de 1816 ne figure pas ces édicules. Deux oratoires portent une date : Saint-Claude aux Lacs (1899) et Saint-Jean à Saint-Jean-du-Désert (1902). La croix Saint-Joseph (route du Castellet-Saint-Cassien) porte la date de 1862, deux petites croix qui dominent le quartier de Fouent de Castel datent de 1963. Les autres édicule ne portent pas de date. La croix Saint-Joseph était une station lors de la procession ; actuellement, une procession se rend tout les ans à Saint-Jean-du-Désert et fait station aux oratoires situés le long de ce chemin.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Sur la commune d'Entrevaux, 5 croix et 18 oratoires ont été répertoriés hors les murs de la ville. Sur les cinq croix, deux possèdent un socle en pierre de taille calcaire, les autres sont scellés dans un relief en ciment. Trois croix sont en ferronnerie, avec branches plates ou trilobées ; une croix est en fonte moulée, avec branches fleuronnées. Sur les dix-huit oratoires, un est pierre de taille calcaire (La Tuilière) et un autre est en pierre de taille de tuf (chemin de Saint-Jean). Les autres sont en maçonnerie de moellons calcaires, exceptionnellement associés à des galets ; parfois les côtés de la niche sont en pierre de taille, ainsi qu'un reposoir placé au pied de l'édicule. D'une manière générale, les niches possèdent une forme rectangulaire. On note néanmoins trois niches en cul-de-four, deux niches segmentaires, ainsi qu'une niche en plein-cintre et une autre en anse de panier ; les niches en cul-de-four et en anse de panier sont très grande et occupent presque l'intégralité de l'édicule. Dans deux cas, la niche principale en abrite une seconde, plus petite, et un cas d'oratoire possédant une niche sur deux côtés à été noté aux Bayons. Tous les oratoires possèdent un toit en bâtière couvert en tuile creuse, hormis celui de la Tuilière et un l'oratoire en tuf du chemin de Saint-Jean, qui possèdent un couvrement monolithe. Une croix est généralement scellée au sommet. Cette croix est majoritairement en fer forgé, y compris pour les exemplaires récemment refaits ; six croix sont en fonte moulée, parfois avec décors et branches fleuronnées, trilobées ou étoilées. La répartition spatiale des oratoires et des croix sur le territoire communal montre que ces édicules religieux sont placés aux entrées de village ou de hameau (Bay, Le Brec, Les Lacs...), au bord des chemins ou à des croisements (Bayons, chemin de Saint-Jean, ancien chemin de Guillaumes, Fouent Fourane, Le Plan...) ou sur un point topographique remarquable (La Clue, Col de Saint-Jeannet, au-dessus de Fouent de Castel...). Outre des fonctions de protection religieuse et/ou votives évidentes, ces édicules jouent également un rôle de bornes territoriales et de marqueurs spatiaux entre un espace domestique (le village, le hameau) et un espace sauvage.

Toits tuile creuse
Murs calcaire moellon
fer
fonte
moellon
calcaire pierre de taille
Décompte des œuvres repérés 23
étudiés 15
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï