Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

couvent de cordeliers, puis parfumerie Bruno Court, actuellement magasin de commerce, parc de stationnement et hôtel de voyageurs Charme Hôtel du Patti

Dossier IA06001607 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Genre de cordeliers
Appellations parfumerie Bruno Court, puis hôtel de voyageurs Charme Hôtel du Patti
Destinations magasin de commerce, parc de stationnement, hôtel de voyageurs
Dénominations couvent, parfumerie
Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Grasse
Adresse Commune : Grasse
Lieu-dit : quartier du Patti, quartier Martelly
Adresse : 2 place du Patti , place du Patti , place Martelly
Cadastre : 1809 E 23, 24, 27, 158, 162, 165, 168 ; 2006 BE 17, 285

Les frères Merles, propriétaires de la marque Bruno Court, s'installent dans les bâtiments de l'ancien couvent des Cordeliers, dans les années 1870. L'ancienne église restaurée et transformée en local industriel, sans doute en distilloir. Dans les années qui suivent, l'augmentation de l'activité de la parfumerie incite les dirigeants de la société à acheter des parcelles vierges et des bâtiments situés à proximité de l'ancien couvent, notamment en 1907 une partie des locaux de la parfumerie Bérenger Fils (IA06001602). La société Bruno Court fait également bâtir des ateliers neufs, dont un bâtiment consacré à l'extraction par solvants, en 1902. Cette extension de la fabrique semble se ralentir à partir des années 1920. Des difficultés économiques déjà apparues avant la Seconde Guerre mondiale, s'aggravent encore avec le conflit. La société et les locaux sont vendus, dans les années 1950, à messieurs Ziller et Roure qui maintiennent l'activité de Bruno Court encore quelques années, avant de céder à nouveau l'entreprise, à la fin des années 1950, à une société de parfumerie du pays grassois, la société V. Mane et Fils. Celle-ci met un terme à l'activité de Bruno Court et vend les locaux dans les années 1960. Le site est progressivement démoli et laisse place à divers programmes immobiliers : constructions d'un supermarché, d'un parking public et d'un hôtel. En 1954 la société Bruno Court employait 30 personnes.

Période(s) Principale : Moyen Age , (?)
Principale : Temps modernes
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates 1902, daté par tradition orale, daté par source
Auteur(s) Auteur : ,

Dans sa forme la plus étendue, c'est-à-dire peu avant sa démolition, l'usine Bruno Court comprenait une quinzaine de bâtiments répartis en deux groupes distincts, séparés par une rue. Ces deux unités étaient disposées perpendiculairement et bordaient les limites sud et ouest de la place Martelly. Les anciens bâtiments du couvent formaient l'aile sud de l'usine. Les quelques structures qui avaient été ajoutées par les industriels n'avaient pas modifié dans sa consistance globale l'ancien établissement religieux. L'église en constituait le corps de bâtiment principal. Un deuxième corps de bâtiment en forme de U et un autre bâtiment rectangulaire plus récent lui étaient accolés. La cheminée en brique se trouvait à l'extrémité est de l'église. L'aile ouest de l'usine se composait d'un ensemble composite de bâtiments peu élevés (deux à trois niveaux) pour la plus part rectangulaires avec toiture à long pans, couverture en tuiles mécaniques et tuiles creuses. Ce groupe d'ateliers étaient disposés autour d'une cour centrale. Une photographie du début du 20e siècle montre que les murs d'une majorité de ces bâtiments étaient en moellons de pierres, sans enduit. Seul l'atelier d'extraction, moins ancien que les autres bâtiments présentait une structure en béton avec poteaux poutres apparents en façade, formant nervure. Cet espace comprenait également une verrière et au moins deux bassins construits dans les jardins.

Murs béton
moellon
Toit tuile creuse, tuile mécanique
Étages 1 vaisseau
Couvertures toit à longs pans
toit à un pan
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
États conservations détruit

Il s'agissait de la plus grande des usines de parfumerie situées à proximité du centre ancien de Grasse.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Activité de l'industrie dans le département. Etude générale sur la parfumerie. 1954. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 0028W0137.

    En 1954, la société Bruno Court employait 30 personnes.
Documents figurés
  • Vue de la partie nord de la fabrique. / Photographie noir et blanc. Archives communales, Grasse : non coté.

  • Plan de l'ancienne église des Cordeliers. / Plan à l'encre sur papier calque, 0m005 par mètre, 08/05/1886. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 02O/495.

    Plan présentant un projet de réaménagement de l'ancienne église des Cordeliers présenté par les frères Merle, dirigeants la Parfumerie Bruno Court
  • Plan de détail aux abords de l'usine projetée./ Plan à l'encre sur calque, 1902 (?). Archives communales, Grasse : 05I2/01.

    Plan d'ensemble joint à la pétition de M. Merle Augustin (maison Bruno Court) tendant à obtenir l'autorisation d'établir une usine d'extraction de parfums par les hydrocarbures.
  • Vue intérieure de l'ancienne église des Cordeliers, transformée en salle de triage des fleurs. / Photographie noir et blanc. Musée International de la Parfumerie, Grasse : 1c04564.

  • Plan d'ensemble de l'ancienne église des Cordeliers. / Plan à l'encre sur papier calque, 1801. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 02O/495.

  • Coupes de l'ancienne église des Cordeliers. / Plan à l'encre sur papier calque, 1801. Archives communales, Grasse : 09M8.

  • Vue d'ensemble de la parfumerie Bruno Court, prise de l'est. / Photographie noir et blanc, 1929 (?). Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté.

  • Parfumerie Bruno Court Grasse. /plan à l'encre sur papier, Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté.

    Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Musée International de la Parfumerie, Grasse - Benalloul Gabriel