Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

couvent de capucins, puis parfumerie Chiris, actuellement tribunal de justice, immeubles à logements, atelier municipal

Dossier IA06001637 réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Genre de capucins
Appellations couvent de capucins, puis parfumerie Chiris, puis tribunal de justice
Destinations immeuble à logements, tribunal
Dénominations couvent, parfumerie
Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Grasse
Adresse Commune : Grasse
Adresse : 37 avenue Pierre Sémard
Cadastre : 1809 E 370, 377 à 381, 392, 462, 466 à 469, 492, 493 ; 2006 BL 92, 225 à 227, 255

La société Chiris est longtemps restée la plus importante entreprise de parfumerie de Grasse, le précurseur dans de nombreux domaines de son secteur d'activité. Sa fondation remontait au 18e siècle : 1768 selon son histoire officielle. Son installation sur le site de l'ancien couvent des Capucins remonte aux années 1860. Peu après cette installation, les anciens bâtiments de l'établissement religieux, dont on ne conserve que très peu de traces, sont remplacés ou intégrés à une construction plus imposante. L'une des dates portées sur la façade de l'usine, l'année 1868, devait renvoyer à la date d'édification de cette première structure. Des vues anciennes de la façade principale de l'usine indiquent qu'il y a eu des ajouts de constructions par la suite. Ces ajouts, dont il est impossible de suivre les étapes d'édification, se sont principalement situés contre les faces latérales du bâtiment et surtout contre la face arrière où se trouvaient notamment, la cheminée et une halle en bois abritant les aériens de l'atelier de distillation, c'est-à-dire un ensemble de tuyaux en cuivre où en y circulant, l'eau utilisée se refroidissait. Ce bâtiment qui a fait l'objet d'une inscription a été démoli. L'usine mère concentre durant plusieurs décennies l'ensemble des activités de la société. En 1899, l'entreprise inaugure un nouvel atelier situé à côté de l'usine mère. Ce nouveau local, premier du genre à Grasse, est destiné à l'extraction des parfums par solvants. Les dernières et principales phases d'extension de l'établissement Chiris ont lieu en contrebas sur un terrain séparé de l'usine mère et de la halle d'extraction par une avenue. Parmi les ateliers industriels on y trouvait aussi une cantine et dès les années 1930, une piscine et des installations sportives qui témoignaient d'une politique patronale concernée par les questions d'amélioration des conditions de travail des employés. Seule la halle d'extraction a été conservée, le reste de l'usine a été démoli en 1999. L'usine mère a été remplacée par le Palais de Justice de Grasse et les installations situées en face, sur la partie basse du site, par des logements sociaux. En 1944 la société Chiris employait 225 personnes et en 1954 elle en employait 262.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1868, daté par source, porte la date
Auteur(s) Auteur : ,

Dans son ensemble, l'usine mère s'apparentait à un immeuble d'inspiration néoclassique, homogène et formant un E. Il comprenait un corps central de 4 niveaux avec combles, toit à longs pans, flanqué de deux ailes en retour d'équerre également de 4 niveaux avec combles mais avec toits à pavillon plus élevés. Cet édifice central rectangulaire comprenait perpendiculairement trois autres ailes en retour de trois niveaux avec combles, toits à longs pans, couverture en tuiles mécaniques : une aile sur la face postérieure du corps central et deux autres latéralement. Les deux courettes séparant ces trois ailes avaient été comblées par des structures visiblement en béton, couverture en sheds. L'usine était précédée sur toute sa longueur d'une cour ombragée, dont les arbres masquaient l'usine, et à laquelle on accédait par un portail situé à l'extrémité gauche du terrain.

Murs enduit
maçonnerie
Toit tuile mécanique
Étages 3 étages carrés, 1 vaisseau, étage de comble
Couvertures terrasse
toit à longs pans
toit en pavillon
shed
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété publique
Protections inscrit MH partiellement, 1989/12/14
Précisions sur la protection

Le bâtiment de la grande halle, dit la mosquée (cad. BL 92) : inscription par arrêté du 14 décembre 1989 - Le bâtiment des anciens distilloirs, y compris le hangar avec les aériens qu'il abrite (cad. 1989 BL 95 ; 2004 BL 225) : inscription par arrêté du 14 décembre 1989, radié de l'inventaire supplémentaire par arrêté du 18 octobre 2004.

Références documentaires

Documents d'archives
  • [Parfumerie Chiris] Organisation départementale de la défense passive. 1944. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 0109W0013.

    En 1944, la société Chiris employait 225 personnes.
  • Activité de l'industrie dans le département. Etude générale sur la parfumerie. 1954. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 0028W0137.

    En 1954, la société Chiris employait 262 personnes.
Documents figurés
  • Usine Chiris de Grasse. Vue arrière du bâtiment principal. / Photographie noir et blanc, fin 19e siècle. Musée d'art et d'histoire de Provence, Grasse : non coté.

  • Gravure de l'ensemble des établissements Chiris. / Gravure noir et blanc, années 1920. Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté.

  • Terrasse de stockage au sud-est de l'usine Chiris de Grasse. / Photographie noir et blanc. Archives communales, Grasse : SG-08-321-62.

  • Vue du portail d'entrée de l'usine Chiris à Grasse. / Photographie noir et blanc. Années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-320-16.

  • Usine chiris de Grasse. Dates portées au centre de la façade antérieure : 1868, 1889, 1922. / Photographie noir et blanc. Années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-322-10.

  • [Parfumerie Chiris] Partie centrale de la façade antérieure du bâtiment principal. / Photographie noir et blanc. années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-322-08.

  • [Parfumerie Chiris] Partie est du bâtiment principal. / Photographie noir et blanc. Années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-322-12.

  • Usine Chiris de Grasse. Vue sud-est du bâtiment principal. / Photographie noir et blanc. Années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-322-11.

  • Usine Chiris de Grasse. Vue du bâtiment principal. / Photographie noir et blanc, fin 19e siècle. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 60Fi00145.

  • Usine Chiris de Grasse. Ajouts de construction contre le bâtiment principal, à droite. / Photographie noir et blanc. Années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-322-14.

  • Usine Chiris de Grasse. Bâtiment avec couverture en sheds. / Photographie noir et blanc. années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-320-46.

  • L'usine Chiris, installée dans un ancien couvent. / Carte postale, noir et blanc, 1er quart 20e siècle.

  • Vue panoramique de l'ensemble des établissements Chiris. / Photographie noir et blanc. Années 1920. Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté.

  • Grasse, usine Chiris. Dates portées au centre de la façade antérieure : 1768, 1868, 1922. / Photographie noir et blanc. Années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-322-08 .

  • Vue d'ensemble de l'usine et de la cour. / Photographie noir et blanc. Années 1980. Archives communales, Grasse : SG-08-322-15.

Bibliographie
  • PERRIN, Eliane, BUTTNER, Olivier. L'âge d'or de la parfumerie à Grasse, d'après les archives Chiris (1768-1967). 132 p., 1996.

    Cet ouvrage propose un historique détaillé de cette entreprise et témoigne de son importance dans le tissu industriel grassois.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Musée International de la Parfumerie, Grasse - Benalloul Gabriel