Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

courée Fenouil-Puget

Dossier IA13000888 inclus dans quartier de l'Estaque-Gare réalisé en 2000

Fiche

Á rapprocher de

Une des neuf courées recensées à l'Estaque et la seule à posséder une partie des logis regroupés dans des immeubles à logements à escaliers intérieurs individuels. Leur distribution intérieure est très proche de celle des immeubles du lotissement de la place Malleterre, construits vers 1897 (Référence IA13001152). La différence de statut social entre l'alignement sur rue et l'alignement en fond de cour permet de faire un rapprochement avec la disposition de la courée de l'impasse des Chalets (Référence IA13001308), de la courée de la Campagne Bellevue (Référence IA130013004) et des immeubles du boulevard de la Falaise (Référence IA13001453).

Appellations courée Fenouil-Puget
Parties constituantes non étudiées immeuble à logements, buanderie
Dénominations courée
Aire d'étude et canton Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
Adresse Commune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : quartier de l' Estaque-Gare
Adresse : 12 à 18 boulevard Fenouil , traverse Puget
Cadastre : 1978 Estaque H 142

Courée construite vraisemblablement entre 1883 et 1885, pour André Sens, épicier et Françoise Verdier son épouse.Ils avaient acquis en 1883 de Barthélémy et Clémentine Fenouil un terrain d'environ sept cents mètres carrés de trente-deux mètres de façade sur le boulevard et de vingt-deux mètres sur la ruelle.

A ce moment-là, les acquéreurs possèdent depuis une dizaine d'année un terrain à l'angle des actuels boulevard Fenouil et rue Le-Pelletier sur lequel ils ont fait édifier un immeuble avec commerce en rez-de-chaussée et logements locatifs à l'arrière (H151,152,153).

D'après une source orale, la courée possédait une buanderie collective, implantée au centre de la cour. On ignore la date de sa démolition.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1883, daté par source
Auteur(s) Auteur :
Personnalité : Sens André, promoteur

Le plan-masse est régulier, rectangulaire, parallèle au boulevard Fenouil et perpendiculaire à la traverse Puget où se trouve l'entrée de la cour. Celle-ci n'est actuellement pas matérialisée par un portail, mais, de part et d'autre de l'entrée, par les murs pignons des logements. La courée comprend deux types de logements : trois immeubles à logements à un étage et élévations à trois travées en bordure du boulevard Fenouil et cinq logis individuels en rez-de-chaussée, accessibles uniquement par la cour. Dans la cour, chaque logis et chaque rez-de-chaussée d'immeuble est pourvu d'une petite courette individuelle, fermée par un mur-bahut. Les étages des immeubles possèdent des balcons côté cour. Chaque immeuble comprend deux logements. Leur entrée principale est située sur le boulevard. Un couloir commun donne accès à la pièce de séjour. Celle-ci commande l'accès à la cuisine et à une petite pièce donnant sur la courette à l'arrière. L'escalier part directement du séjour. A l'étage, une grande chambre en façade et deux plus petites sur cour.

Murs enduit
maçonnerie
Toit tuile plate mécanique
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour
Typologies immeuble à logements à escaliers intérieurs individuels, immeuble à logements simple, ensemble à maison de fond
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Vente d'un terrain à l'Estaque (Marseille) par les frères et soeurs Fenouil à Mr et Mme Sens, 1883. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 4 Q 2 4792.

    transcription hypothécaire n°19
  • Cadastre napoléonien de la ville de Marseille. 6e section F Séon (Saint Henri). Matrice des propriétés bâties. 1882-1912. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : P4 1849 à 1852

    case 1449
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Brunet Marceline - Fuzibet Agnès