Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

coopérative agricole (coopérative céréalière) dite Coopérative de stockage des blés du bassin de Gap

Dossier IA05001049 réalisé en 1990

Fiche

  • Détail.
    Détail.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • silo
    • boutique
    • séchoir
    • maison
    • entrepôt agricole
    • quai
    • logement

Dossiers de synthèse

HISTORIQUE

La société coopérative fut créée le 22/08/ 1936 par 50 adhérents. Elle n'avait pas de lieu de stockage et était tributaire des négociants. La construction du silo intervint donc peu après malgré quelques désaccords, en particulier avec les producteurs de Tallard. Il fut inauguré le 31/07/1938 en même temps que celui de Laragne. Il avait coûté environ l.5OO.OOO F. et pouvait loger 20.000 quintaux. Il fut agrandi plusieurs fois : 1950, 1960, 1974. Actuellement, l'aménagement de trois nouvelles fosses (deux en façade ouest et une sur le côté nord) est prévu. Après avoir connu des difficultés en 1984, le silo a été rattaché à la coopérative de Laragne et fait partie du groupement BUECH ET DURANCE avec Lazer et Chorges.

État actuel : bon. Cap : 65.000qx.

Architectes : 1938 CHAMPOLLION & CULLET (Marseille)

JOURNET (ingénieur Génie Rural)

REYNIER (ingénieur Génie Rural )

Entrepreneurs : 1938 MAZIER & PLAZANET

1974 PELLER SAMAT

TRIPETTE & RENAUD STOLZ

DESCRIPTION

Situation : le silo est situé vers la sortie est de la ville, non loin de l'abattoir municipal, dans un quartier autrefois assez écarté, aujourd'hui habité. Il est construit tout près de la voie ferrée, sur un terrain marécageux, paraît-il. On pénètre dans l'ensemble par un portail sur la rue située au nord. La façade principale ouvre à l'ouest et le bâtiment d'origine est orienté d'ouest en est.

Matériaux : béton pour les parties les plus anciennes ; bardages de tôle pour les rajouts récents ; parpaings et crépi pour certaines annexes.

Structure : le silo d'origine, au centre, haut de 27 m, à la tête d'élévateur, comprend les installations anciennes : fosses de réception, cellules béton, circuit de distribution etc., et sur son côté sud une partie plus basse avec magasin, logement, salle de réunion. Il a été agrandi à l'arrière, vers l'est, en 1941 et 1950, et flanqué au sud-est, d'un bâtiment abritant des cellules POIRAUD, en 1960. Enf1n, en 1974, des cellules VENDOME ont été implantées au nord-ouest de l'ensemble, à côté d'un séchoir.

Une villa, qui sert de logement de fonction, et un entrepôt longent la rue au nord. Au sud, un autre entrepôt fait la limite côté voie ferrée.

Élévations extérieures

Élévation ouest : la façade principale de couleur ocre jaune présente trois parties. Au rez-de-chaussée, surélevé sur un quai, un grand auvent abrite la réception , deux portes et à droite, l'entrée du magasin. La partie intermédiaire est en avant-corps. Deux bandeaux horizontaux de fenêtres coupent le mur de façade et les murs latéraux. Le centre est en saillie et percé, lui, d'ouvertures verticales. Cet avant-corps est surmonté d'un toit en croupe, dont une des pentes s'allonge pour couvrir le magasin. Le projet initial prévoyait un toit terrasse, comme sur le logement qui occupe 1'avant du 1er étage du magasin et s'ouvre par trois fenêtres au-dessus de l'auvent. La partie la plus haute laisse voir le départ de la structure hexagonale des cellules, sur laquelle se détache à l'avant la tour qui contient la tête d'élévateur. cette tour est éclairée par trois rangées verticales de fenêtres séparées par des piliers de béton. La tour est reliée de chaque côté au sommet des cellules par un petit appentis en pan coupé.

Couverture : éléments de charpente bois et tuiles plates sur les bâtiments anciens. Charpente métal et plaques de tôle sur les annexes récentes.

Distribution intérieure : le bâtiment d'origine, précédé du quai de réception sous auvent, est divisé en deux parties qui communiquent. La partie magasin est du côté sud de la façade principale. A l'étage, derrière un ancien logement de fonction se trouve le local d'ensachage qui communique avec le rez-de-chaussée par un escalier et un toboggan par lequel descendaient les sacs. A présent, la vente en sac ne concerne plus que certaines semences et cette partie sert d'entrepôt.

Dans la partie silo, après la fosse de réception, dans l'avant-corps central, se trouvent tous les dispositifs nécessaires au pesage, tri, nettoyage du grain qui circule par un système de godets, et est repris dans un élévateur. C'est dans cette partie, en avancée, que se trouve également le petit bureau. A l'arrière, la grande tour de 27 m abrite l'ascenseur et la tête d'élévateur. Les cellules béton hexagonales, implantées sur trois rangées, occupent l'espace jusqu'à une hauteur de 15m environ.

Au rez-de-chaussée on voit leur extrémité inférieure de forme conique. Elles sont alimentées dans la partie supérieure par le transporteur de distribution appelé REDLER. Leur capacité est la suivante : 16 X 1400 qx, 4 X 600 qx, 4 X 400 qx. Ce bâtiment communique avec celui qui contient les cellules POIRAUD, accolé à la partie est de l'élévation latérale sud. La capacité est de : 3 X 1400, 5 x 1200, 1 x 400.

Au côté nord de la façade principale se trouvent les cellules VENDOME : 4 x 5500 qx. Un petit boisseau de chargement les dessert. Le séchoir y est accolé à l'est et est relié au bâtiment central par une branche du transporteur et un escalier suspendu.

CONCLUSION

Le silo ancien de Gap est bien conforme au type élaboré dans les années 1930 : une structure de taille importante qui signale sa fonction et ses divers éléments. L'architecte joue sur les impératifs techniques : différences de niveaux, tour, forme des cellules de béton, pour créer des effets esthétiques de décrochements, des jeux de verticales et d'horizontales accentués par les bandeaux de baies vitrées. Champolllon, l'architecte marseillais auteur du projet, est bien connu à cette époque. Les agrandissements ont été faits par adjonction de structures préfabriquées, comme presque partout ailleurs, mais la construction béton reste très performante.

ANNEXES : partie nord (postérieure) sur un des côtés d'une cellule : SILO DE GAP

peint en blanc-verticalement.

Précision dénomination coopérative céréalière
Appellations Coopérative de stockage des blés du bassin de Gap
Parties constituantes non étudiées silo, boutique, séchoir, maison, entrepôt agricole, quai, logement
Dénominations coopérative agricole
Aire d'étude et canton Provence-Alpes-Côte d'Azur - Gap
Adresse Commune : Gap
Adresse : Silos

La coopérative est construite en 1938 par les architectes Champollion et Cullet et les entrepreneurs Mazier et Plazanet ; elle est agrandie en 1950, 1960 et 1974 par les entrepreneurs Peller, Samat, Tripette et Renaud Stolz. Actuellement l'aménagement de 3 nouvelles fosses est prévu. Après avoir connu des difficultés en 1984, l'ensemble est rattaché à la coopérative de Laragne et fait partie du groupement Büech et Durance avec Lazer et Chorges.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1938, daté par source
Auteur(s) Auteur : Champollion
Auteur : Cullet G.
G. Cullet

Architecte, expert à Marseille (4 rue Gyptis), actif notamment dans le 2e quart du 20e siècle dans les Alpes-de-Haute-Provence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Journet
Auteur : Reynier
Auteur : Mazier, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Plazanet, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Peller
Auteur : Samat, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Tripette, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Stolz, entrepreneur, attribution par source

Le bâtiment d'origine, précédé du quai de réception est divisé en 2 parties qui communiquent entre elles ; la partie magasin est au sud de la façade principale ; à l'étage, derrière un ancien logement de fonction se trouve le local d'ensachage qui communique avec le rez-de-chaussée par un escalier et un toboggan ; la partie silo comprend la fosse de réception et dans l'avant-corps central couvert d'une croupe, se trouvent les dispositifs nécessaires au pesage, au tri, au nettoyage du grain ; dans cette partie est aménagé également le bureau ; à l'arrière s'élève la tour haute de 27 m qui abrite l'ascenseur et la tête d'élévateur. Les cellules hexagonales en béton sont implantées sur 3 rangées ; au nord-ouest se trouvent les cellules Vendôme, à côté du séchoir et desservies par un boisseau de chargement. Le séchoir est installé à l'est ; il est relié au bâtiment principal par une branche du transporteur et un escalier suspendu. Au nord se trouvent la maison servant de logement de fonction et un entrepôt. Les parties les plus anciennes sont en béton et sont couvertes de tuiles plates ; les bâtiments les plus récents sont en bardages de tôle ; certaines annexes sont en parpaings de béton avec crépi et sont couvertes de plaques de tôle.

Murs métal
fer
crépi
parpaing de béton
Toit tuile plate, fer en couverture
Couvertures toit à longs pans
appentis
croupe
Escaliers
Autres organes de circulations ascenseur
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Tuccelli Nicole - Pauvarel Carole