Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cinéma dit Victoria Palace puis successivement Cinéma de Paris, Paris palace, Actual Paris palace, Pathé Paris

Dossier IA06003886 réalisé en 2019

Fiche

Appellations Victoria Palace, Cinéma de Paris, Paris palace, Actual Paris palace, Pathé Paris
Destinations édifice commercial
Dénominations cinéma
Aire d'étude et canton Nice - Nice
Adresse Commune : Nice
Lieu-dit : Médecin
Adresse : 54 avenue Jean-Médecin , 33 rue de Paris
Cadastre : 2019 LB 0436 Le cinéma correspond à trois parcelles : LB 0436 / LB 0438 / LB 0312

En avril 1920, l'architecte Charles Bellon dépose une demande pour construire un cinéma sur une grande parcelle située derrière des immeubles de l'avenue de la Victoire, artère connaissant depuis le début du siècle la plus grande concentration de cafés, brasseries et cinémas de la ville. Ce terrain bénéficie d'une façade sur une rue perpendiculaire à l'avenue de la Victoire, la rue de Paris. C'est ici que sera édifiée la façade publicitaire du cinéma et sa sortie. L'entrée se fera par une porte située sur l'avenue de la Victoire, rejoignant la salle au moyen d'un couloir. Cette entrée sur la prestigieuse artère a pu être réalisée vraisemblablement par l'acquisition d'une étroite boutique ou d'une porte cochère et de son accès vers la cour. La société propriétaire en est la "Société Anonyme de Publicité et d'Exploitations Cinématographiques" (SAPEC).

Le cinéma ouvre sous le nom de "Victoria palace" (1275 fauteuils). En 1925, il devient "cinéma de Paris". En 1928, il se nomme "Paris palace" et est transformé en deux salles en 1972. Il conserve ce nom jusqu'en avril 1984 où il devient "Pathé Paris" (avec désormais cinq salles au lieu d'une). Il ferme en juin 2019 pour une transformation en commerce.

En 1936, pendant un court temps, il devient un cinéma dit d'actualités du circuit Actual. C'est à cette occasion que la décoration stuquée de style néo-classique est détruite pour aboutir à une salle nue conforme au mouvement moderne et à la typologie des établissements Actual (permis 2T835 341, Adrienne Gorska, Pierre de Montaut architectes). Une autre transformation d'envergure de la décoration a lieu en 1959 (permis 578 W 91, Georges Peynet architecte).

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1920, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bellon Charles Joseph,
Charles Joseph Bellon (1867 - 1928)

Architecte diplômé de l'École Nationale des Beaux-Arts de Paris vers 1890. Très actif à Nice dont il est natif. Conseiller d'arrondissement, Directeur de la Caisse d'Épargne de Nice, fondateur de l'Association des Commerçants et Industriels. Il est actif comme membre de plusieurs sociétés de secours mutuel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Gorska Adrienne,
Adrienne Gorska (1899 - 1969)

Elle est l'une des premières femmes en France à obtenir en 1924 le diplôme d'architecte de l'École spéciale d'architecture de Paris. Elle est membre de l'Union des artistes modernes (Art déco). Elle épouse l'architecte Pierre de Montaut avec qui elle a déjà réalisé de nombreux projets. Ensemble, ils sont notamment les auteurs de plusieurs salles de cinémas à Paris, dans un style inspiré du mouvement Art moderne, utilisant le béton armé et des lignes audacieuses, notamment pour les circuits de salles de cinéma d'actualités (ACTUAL et CINEAC). Elle utilise aussi très largement l'éclairage au néon pour transformer les façades de cinéma en boîte de lumière.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Montaut Pierre de ,
Pierre de Montaut (1892 - 1947)

Diplômé de l'école des Beaux-Arts de Toulouse, il se consacre, avec son épouse Adrienne Gorska, notamment à la construction et transformation de salles de cinéma en France dans l'entre-deux-guerre (circuits Cineac, Actual...)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Peynet Georges,
Georges Peynet

Architecte ayant rénové de nombreuses salles de cinéma en France


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Bernard Charles,
Charles Bernard

Architecte niçois. Auteur du Palais Valrose, à Nice (1908) et du Garavan Palace, à Menton (1904).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

A son inauguration le cinéma déployait une architecture néo-classique. L'entrée, ne permettant que peu de développement décoratif, se caractérisait par un feston, en partie caché par l'enseigne portant le nom du cinéma et des glyphes sur les piédroits. La façade sur la rue de Paris déployait une riche décoration autour d'une composition centrale entourant l'emblème de la ville et surmontant le panneau des affiches. La raison sociale de l'exploitant couronnait l'ensemble au-dessus d'un demi-soleil stylisé. Aux huit pilastres ioniques et décor de feuillage correspondaient les hampes à oriflammes de la toiture. La façade était traitée en bossages continus. Les sorties de la salle se faisaient par des corridors terminés par des grilles en ferronnerie. Les fenêtres de la façade correspondaient aux bureaux de l'exploitant ainsi qu'à un logement de fonction. Dans la salle, les murs latéraux comportaient pilastres et tables aux arêtes supérieures arrondies. Le balcon était droit hormis deux arrondis latéraux comportant des loges. Cinq baignoires de six fauteuils prenaient place de part et d'autre de la cabine de projection. Il existait une fosse d'orchestre et une scène était présente (derrière l'écran) permettant des spectacles autres que des projections cinématographiques (même s'il semble qu'il soit resté un cinéma de plein exercice). Le toit était en partie ouvrant comme souvent à Nice (Références IA06003878 et IA06003885).

Les transformations de 1936 firent disparaître la totalité du décor au moment de son court passage dans le circuit des cinémas d'actualités de la société Actual. Adrienne Gorska et Pierre de Montaut, architectes attitrés de la société Actual, représentaient le mouvement moderne. Ils prônaient une architecture neutre pour les salles de cinéma afin de ne pas distraire du spectacle cinématographique. Celui-ci était en effet différent des autres spectacles tels le théâtre ou l'opéra où créer des conditions du paraître étaient essentielles. Les seuls éléments de décoration étaient constitués par l'éclairage étudié de la salle et de la façade. Cette dernière, qui devait être attirante, devenait boîte de lumière. La porte sur l'avenue de la victoire devait ainsi comprendre de nombreux néons. C'est de cette époque que datent les galeries latérales dans la salle.

Les modifications de 1959 mirent au goût du jour la décoration avec l'utilisation de marbres, damiers de glace-miroir, appliques en cuivre et moquette au sol. Les murs de la salle étaient tapissés de moquette de laine marouflée et de tissu de soie de verre plissé (permis 578 W 91). Les galeries furent supprimées. La marquise de l'entrée fut habillée de plexiglass. La façade de la rue de Paris prit l'aspect qu'elle conserve en 2019 à la suite de deux surélévations (1959 et 1967) afin de réaliser des appartements de rapport. La décoration se limite désormais aux huit pilastres, stylisés. L'entrée sur l'avenue Jean-Médecin a perdu son auvent dans les années 2000.

Murs béton
Toit béton en couverture
Couvrements
Couvertures terrasse
Énergies
Techniques

Z Nice repérage

01-DENO lieu cultuel
02-CHRONO 1860-1919
09-MATERIAUX non
16-BELVEDERE non
22-PERGOLA non
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Nice, demande de permis de construire du cinéma par l'architecte Charles Bellon, 1920. Archives communales, Nice : 2T312 120.

  • Nice, demande de permis de construire, décoration du cinéma, par l'architecte Georges Peynet, 1959. Archives communales, Nice : 578 W 91.

  • Pathé Nice. Agrandissement du hall, 1997. Dans ce dossier sont archivés les dossiers relatifs aux transformations de l'architecte G. Peynet de avril 1959.

    578 W 91 Archives communales, Nice : 578 W 91
Bibliographie
  • PREDAL, René, Les cinémas à Nice des années 30 à nos jours. Nice : Revue de la cinémathèque de Nice, 2010. Collection Hors-série. 169 p. ; 22 cm.

    p. 113
  • NICOLI, Laurence. Nice et ses cinémas : histoire et architecture : 1920-1941. Mémoire de Maîtrise : histoire des arts et archéologie : Aix-en-Provence : 2002

    p. 35
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Ville de Nice - Prédal Christophe
Christophe Prédal

Responsable de la cellule "inventaire du patrimoine architectural et paysager" à la ville de Nice, depuis septembre 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.