Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cinéma dit Le central

Dossier IA06003885 réalisé en 2019

Fiche

Appellations Le central
Dénominations cinéma
Aire d'étude et canton Nice - Nice
Adresse Commune : Nice
Lieu-dit : Port
Adresse : 27 rue Bonaparte
Cadastre : 2019 KO 0076 L'entrée du cinéma se faisait par la parcelle KO 0075

En 1922 et 1923 sont déposés un premier permis puis un permis rectificatif concernant une parcelle rectangulaire, située entre les rues Bonaparte et Passeroni, à proximité de la place du Pin. Il s'agit d'y édifier une salle de cinéma surmontée d'un immeuble de rapport. Le permis rectificatif de 1923 concerne la surélévation de l'immeuble mais le dessin de l'élévation de l'architecte est datée de 1922, ce qui prouve que, très rapidement, il a été décidé d'obtenir le maximum de revenus de l'immeuble édifié en partie sur la salle de cinéma. Le cinéma Le central constitue le premier cas à Nice de complexe associant un cinéma et un immeuble de rapport, annonciateur des grands ensembles des années 1930 (Références IA06003882 et IA06003887). Le cinéma fonctionne de 1923 à 1973 et ouvre avec une capacité de 1078 places (722 au parterre et 356 au balcon). Il est en 2019 temple maçonnique. Les dispositions intérieures ont disparu.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1923, daté par source
Auteur(s) Auteur : Galli Albert
Albert Galli

Architecte à Nice. En 1926, son cabinet est situé 17 rue de Châteauneuf à Nice


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

La façade principale, qui comportait l'enseigne "cinématographe" dans un bandeau séparant le rez-de-chaussée du 1er étage ainsi que les affiches des projections, constitue la façade par où s'effectuait la sortie. On retrouve cette disposition au cinéma "Paris Palace", rue de Paris à Nice (Référence IA06003886). Elle possède en son centre un oriel dont la partie correspondant au 1er étage (balcon de la salle de cinéma) est aveugle car constituant la cabine de projection. Elle est ainsi déportée des volumes de la salle, permettant de conserver une capacité maximale de fauteuils et une sortie aisée du projectionniste par un balcon en cas d'incendie, nombreux à cette époque en raison du nitrate contenu dans les pellicules pouvant s'échauffer lors des projections. Cette façade stuquée affiche ainsi une décoration recherchée dans ce quartier ouvrier du port où les façades, planes, relèvent plus généralement du style liguro-niçois. La façade sur la petite ruelle Passeroni ne possède aucune décoration et développe le volume à pans-coupés de la salle de part et d'autre de l'écran. Une sortie était aussi possible de ce côté. Une minuscule boutique était présente sur le plan, prenant place dans un triangle derrière l'écran. L'entrée du cinéma était prévue dès l'origine au rez-de-chaussée d'un immeuble existant en bordure Est de la place du Pin, placette constituant un lieu actif de centralité dans le quartier. On retrouve ainsi la disposition très fréquente à Nice d'une petite entrée localisée le long de la voirie la plus passante, alors même que le cinéma possède un développement de façade sur une voirie parallèle ou perpendiculaire important. Dans le cas du cinéma Le central, une entrée avec marquise était prévue sur la place du Pin (permis 2T330 392) mais des photographies anciennes font état d'une entrée finalement modeste et peu visible.

L'intérieur présentait, à droite du couloir d'entrée, un bar, ouvert sur le rue Bonaparte. Il se prolongeait au fonds du parterre où des tables étaient disposées pour bénéficier de la séance, disposition courante au début du siècle mais tendant à disparaître dans ces années. Les élévations de la salle montrent une décoration néo-classique (tables, oves, cartouches) plutôt caractéristique des années 1910. Un escalier double à rampe de ferronnerie aboutissait au balcon où, en plus des fauteuils, on trouvait quelques loges. Le balcon développait deux larges avancées latérales, permettant la mise en place de sièges supplémentaires sans avoir un balcon trop profond au centre, pouvant limiter la visibilité du parterre. Le toit de la salle était ouvrant, correspondant à la partie du bâtiment en toiture terrasse ; la partie des appartements était couverte d'une toiture à deux pans et tuiles mécaniques.

Murs béton
pierre moellon enduit
Toit tuile mécanique, ciment en couverture
Plans plan centré
Étages 3 étages carrés
Couvrements
Couvertures terrasse
Énergies
Techniques
Statut de la propriété propriété privée, Temple maçonnique

Références documentaires

Documents d'archives
  • Demandes de permis de construire. Archives communales, Nice : 2T

    2T330 392 et 2T337 33
Bibliographie
  • PREDAL, René, Les cinémas à Nice des années 30 à nos jours. Nice : Revue de la cinémathèque de Nice, 2010. Collection Hors-série. 169 p. ; 22 cm.

    p. 143
  • NICOLI, Laurence. Nice et ses cinémas : histoire et architecture : 1920-1941. Mémoire de Maîtrise : histoire des arts et archéologie : Aix-en-Provence : 2002

    p. 26
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Ville de Nice - Prédal Christophe
Christophe Prédal

Responsable de la cellule "inventaire du patrimoine architectural et paysager" à la ville de Nice, depuis septembre 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.