Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

château Daillon

Dossier IA00070729 réalisé en 1985

Fiche

Dossiers de synthèse

HISTORIQUE

La maison forte de Daillon est attestée dès le XIIIe siècle. Elle a appartenu à la famille Vial du début du XVIIe siècle au moins à 1789.

L'une des fontaines porte la date 1608.

Rachetée par un Champsaurin enrichi en Amérique la propriété a été transformée à la fin du XIXe siècle dans le goût de l'époque. Sur une carte postale de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle, la toiture est couverte d'ardoises.

DESCRIPTION COMPLÉMENTAIRE

Situation

Château isolé construit sur un replat qui domine la vallée du Drac.

Vue aérienne prise du nord.Vue aérienne prise du nord. Vue de situation prise du nord-ouest.Vue de situation prise du nord-ouest.

Composition d'ensemble

L'ensemble a un plan en L. Il comprend un corps de logis cantonné d'une tour ronde et d'une tour carrée, un bâtiment d'exploitation mitoyen et un second bâtiment d'exploitation construit en équerre qui se termine par un logement d'employés. Les deux corps de bâtiments perpendiculaires délimitent une cour fermée et pavée, dont le centre est occupé par une fontaine. Cette cour forme une terrasse devant la façade du corps de logis. Un escalier permet d'accéder au niveau inférieur autrefois aménagé en parc, où se trouverait une fontaine rocaille faisant jet d'eau.

Matériaux

Le sol d'une des caves est en terre, celui de l'autre cave un carrelage de carreaux de céramique rouge. Le sol du niveau inférieur de la tour ronde est une dalle de chaux.

Structure

Le rez-de-chaussée du logement d'employés (non visité) serait voûté. Les pièces du corps de logis sont plafonnées.

Élévations

La tour ronde comporte des bouches à feu. Les baies du logis sont encadrées de pierre de taille. Les appuis de fenêtre sont moulurés.

Les fenêtres du bâtiment d'exploitation en retour sont chanfreinées.

La façade du corps de logis. Vue partielle prise du sud.La façade du corps de logis. Vue partielle prise du sud.

Couverture

L'avant-toit du logis est fermé par une corniche moulurée. Le faîtage est orné d'une frise en ferronnerie incomplète et de deux girouettes datées (illisibles).

Distribution intérieure

Les pièces d'habitation entièrement refaites à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe sont distribuées par un escalier rampe sur rampe qui occupe la tour carrée, et au rez -de-chaussée par un couloir central.

Les piliers en pierre de taille des étables sont chanfreinés. Le sol de la grange est une dalle de gypse qui servait peut-être d'aire à battre.

Appellations château Daillon
Parties constituantes non étudiées grange, étable, logement, fontaine, cour, terrasse en terre-plein, jardin d'agrément
Dénominations château
Aire d'étude et canton Saint-Bonnet-en-Champsaur
Adresse Commune : Saint-Bonnet-en-Champsaur
Lieu-dit : près de Saint-Bonnet-en-Champsaur
Cadastre : 1983 ZH 163
Précisions changement du nom de la commune après inventaire
commune inventoriée sous le nom Saint-Bonnet

Une maison forte est attestée sur ce site à la fin du moyen âge ; le sous-sol du logis date peut-être du bâtiment original ; le logis actuel a été refait en 1603, inscription remployée dans le mur : 10 mai 1603 Dieu soit loué, accompagnée des armes de Vincent Vial seigneur de Daillon ; le chaperon d'une des fontaines porte la date 1608 ; le bâtiment a été transformé en ferme sans doute à la Révolution ; sur le cadastre de 1836 le bâtiment d'exploitation mitoyen du corps de logis était en ruines ; il a sans doute été reconstruit en 1867, date inscrite sur la porte de l'étable ; vers 1880 le corps de logis était encore décrit comme un bâtiment percé de croisées ; la porte datée de 1603 était encore en place ; en 1891, château Daillon a été racheté par un champsaurin enrichi en Amérique et entièrement restauré dans les années suivantes (tradition orale) ; les girouettes du corps de logis qui indiquent la date de cette restauration sont malheureusement illisibles.

Période(s) Principale : 14e siècle , (?)
Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1603, porte la date, daté par source, daté par travaux historiques, daté par tradition orale
1608, porte la date
1867, porte la date
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Les caves en étage de soubassement sont voûtées en berceau ; les étables sont voûtées d'arêtes ; le toit à croupes du corps de logis est couvert de tuiles en écaille ; le toit en pavillon de la tour carrée et le toit polygonal de la tour ronde sont couverts d'ardoise ainsi que le bâtiment d'exploitation en retour d'angle ; le bâtiment d'exploitation mitoyen du logis est couvert de fibro-ciment ; la tour carrée contient un escalier rampe sur rampe.

Murs pierre
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tuile en écaille, ardoise, matériau synthétique en couverture
Plans plan régulier en L
Étages étage de soubassement, 1 étage carré
Couvrements voûte en berceau
voûte d'arêtes
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
toit polygonal
toit en pavillon
pignon couvert
croupe
noue
Escaliers escalier isolé : escalier droit
escalier hors-oeuvre : escalier droit
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations armoiries
Précision représentations

sujet : armes de Vincent Vial, support : sculptées sur le linteau de la porte ; sujet : frise en ferronnerie, support : en couronnement du faîtage du corps de logis

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • ROMAN, Joseph. Répertoire archéologique du département des Hautes-Alpes. Paris : Imprimerie nationale, 1888.

    P. 139-140.
  • ROMAN, Joseph. Dictionnaire topographique du département des Hautes-Alpes. Paris : Imprimerie nationale, 1884. 200 p.

  • MILLE, Jacques. Champsaur et Valgaudemar au début du siècle. Cartes postales anciennes. Marseille : Imp. A. Robert, 1989.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale