Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle Sainte-Jeanne-de-Chantal

Dossier IA83001489 réalisé en 2011

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Sainte-Jeanne-de-Chantal
Parties constituantes non étudiées escalier indépendant
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : la Nartelle-nord
Adresse : avenue Mireille
Cadastre : 2012 AF 283

Deux projets de l'architecte René Tomenotti ont été dessinés au début des années 1950 pour la chapelle de La Nartelle. Le 15 juillet 1956, la première pierre de la chapelle, conçue finalement par l'architecte Bertrand Arnoux est posée. Elle sera consacrée en 1959.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1956, daté par source
Auteur(s) Auteur : Arnoux Bertrand,
Bertrand Arnoux

Architecte, auteur des églises Saint-Pie-X à Toulon (1962) et Sainte-Jeanne-de-Chantal à Sainte-Maxime (1956).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

La chapelle Sainte-Jeanne-de-Chantal forme un ensemble avec l'escalier indépendant appareillé en grès qui permet de racheter la différence de niveau entre l'avenue Mireille et le terre-plein sur lequel elle est édifiée. Un petit oratoire de chemin est intégré au mur de soutènement, en grès comme les six rangs de gradins en arrondi édifiés à l'ouest, permettant l'utilisation des lieux en chapelle d'été.

La chapelle elle-même est construite en béton. L'enduit ne permet pas de voir s'il s'agit de béton armé ou de parpaings de béton. La toiture est en tuiles creuses.

L'espace intérieur est constitué d'une nef rectangulaire, transversale, voûtée d'un berceau plein-cintre surbaissé, couverte d'un toit à longs pans. La nef est précédée d'un vestibule plafonné dont le toit en appentis s'appuie sur le mur pignon. A l'intérieur, deux piliers en moellons de grès non enduits soutiennent le linteau supportant le pignon. A l'ouest, l'abside de plan semi-circulaire est voûtée d'un cul-de-four déprimé, couvert d'une croupe polygonale. Le chœur n'est séparé de l'extérieur que par des fermetures vitrées pouvant se replier et permettre sa mise en relation avec les gradins de la chapelle d'été. Les parois mobiles s'appuient sur deux piliers appareillés en pierre.

L'autel est en pierre de taille.

Le clocher occupe un volume hors-œuvre, de plan carré, adossé à la façade sud. Le rez-de-chaussée, accessible à partir de la nef, abrite la sacristie. Il est couvert d'un toit terrasse surmonté d'un campanile en fer forgé.

Murs béton enduit
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans croupe polygonale
appentis
terrasse

Techniques vitrail

Cette chapelle est un intéressant projet des années 1950 dont la particularité est la possibilité d'ouverture totale du choeur afin de pratiquer les offices en direction d'une assistance assise sur des gradins à l'extérieur. La chapelle se transforme alors en chapelle d'été.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • [Projet 1 non réalisé pour la chapelle Sainte-Jeanne-de-Chantal, à Sainte-Maxime (83).] / Dessin à la plume, sur calque, par Tomenotti, René, 3e quart 20e siècle. Archives communales, Sainte-Maxime, non coté.

  • [Projet 2 non réalisé pour la chapelle Sainte-Jeanne-de-Chantal, à Sainte-Maxime (83).] / Dessin à la plume, sur calque, par Tomenotti, René, 3e quart 20e siècle. Archives communales, Sainte-Maxime, non coté.

Bibliographie
  • Germond, Jean-Daniel de. Histoire et histoires... de Sainte-Maxime. - Gap : imprimé chez Louis-Jean à compte d'auteur, 1990, 472 p.

    P. 109.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève