Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

chapelle Saint-Roch puis chapelle Sainte-Anne puis entrepôt agricole

Dossier IA04002173 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Vocables Saint-Roch, Sainte-Anne
Dénominations chapelle, entrepôt agricole
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Annot
Adresse Commune : Méailles
Lieu-dit : Sainte-Anne
Cadastre : 1830 A 173 ; 1984 A2 90

L'origine de ce bâtiment remonte sans doute au moins au 18e siècle. Sur la Carte de Provence des Ingénieurs Géographes Militaires (1748-1778) au 1/14 000e environ, il est figuré et mentionné comme « Chapelle Saint-Roch ».

En 1796, dans un procès-verbal d'estimation révolutionnaire, la "chapelle sous le titre de saint Roch, de petites dimensions (une canne carrée), est dite "toute délabrée et en mauvais état" ; il s'agit alors d'une chapelle privée ayant appartenu à l'émigrée Thérèse Laugier. Le changement de vocable et l'attribution à Sainte-Anne est donc postérieur.

Sur le cadastre de 1830, le bâtiment est mentionné comme « bâtiment chapelle en ruine », appartenant alors à la Commune de Méailles ; l'état des sections de ce cadastre nomme ce quartier « Clot de Sainte-Anne ». La reconstruction et la transformation en entrepôt agricole remonte sans doute au milieu du 19e siècle.

Période(s) Principale : 18e siècle , (?)
Secondaire : 19e siècle

Cet entrepôt agricole est isolé sur un replat qui domine la rive droite de la Vaïre, au bord de l'ancien chemin d'Annot à La Colle Saint-Michel. Il est adossé à la pente et comporte un étage de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé. L'étage de soubassement est occupé par une remise, accessible par une porte piétonne. Le rez-de-chaussée surélevé est occupé par un fenil pouvant servir de séchoir, l'accès se fait par une porte piétonne et le sol est un plancher rustique sur solives ; des gerbes de blés y sont encore stockées, ainsi qu'un tranche-paille et des claies de séchage en vannerie. L'ensemble du bâtiment est construit en maçonnerie de moellons calcaires et les élévations reçoivent un enduit rustique. Les encadrements des ouvertures sont bruts de maçonnerie, avec un linteau en bois. La charpente est à pannes et le toit à longs pans est couvert en tuile creuse ; l'avant-toit est constitué du débord des tuiles de couverture.

Murs calcaire
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages étage de soubassement, en rez-de-chaussée surélevé
Couvertures toit à longs pans
Typologies 2.2 : entrepôt agricole multifonctionnel : polyvalent avec fenil
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Procès-verbaux d'estimation des biens nationaux du district de Castellane de l'an IV à l'an V. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 Q 76

    Procès-verbal en date du 17 messidor an quatre (5 juillet 1796) : estimation de la chapelle sous le titre de saint Roch, commune de Méailles, qui aurait appartenu à l'émigrée Thérèse Laugier.
Documents figurés
  • Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. / Dessin à l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e. Cartothèque de l’Institut Géographique National, Saint-Mandé : CH 194 à 197.

    Feuille 194-10. 1764-1769.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï