Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

chapelle Notre-Dame dite Notre-Dame du Rouchasson, puis maison, actuellement entrepôt agricole

Dossier IA04001909 réalisé en 2010

Fiche

Vocables Notre-Dame
Appellations Notre-Dame du Rouchasson
Destinations maison, entrepôt agricole
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
Adresse Commune : Rougon
Cadastre : 1835 B 1428 ; 1995 B6 890

Cette chapelle date de la fin du 17e siècle ou du début du 18e siècle. Elle figure sur la Carte de Provence des Ingénieurs Géographes militaires (1748-1778). Ancienne possession de l'abbaye de Lérins, elle fut vendue comme bien national à la Révolution. En effet, le 17 Thermidor de l'An IV de la République (4 août 1796), le notaire Maynard de Châteauneuf se rend à Rougon afin d'expertiser la chapelle « Notre-Dame des Rochassons » en vue de son acquisition par Antoine Gastinel. Il est accompagné par Pierre Audibert, cultivateur à Rougon et expert nommé par Gastinel, et par le citoyen Laurans, agent municipal. La chapelle « consiste en un bâtiment en mauvais état contenant le sol neuf cannes et fin. En un patèque au devant d'icelle contenant six cannes et fin. En un relarguier à l'entour l'environnant en la contenance de treize cannes un pan et fin. Formant au total vingt huit cannes un pan. ». Sur le cadastre de 1835, elle est sur une parcelle mentionnée comme « maison et cour » , appartenant à Antoine Gastinel, potier à terre. A cette époque, le lieu est nommé « Fouent des Anes ». A la fin du 19e siècle, les aménagements de la partie d'habitation sont détruits et le bâtiment ne sert plus que d'entrepôt agricole.

Période(s) Principale : limite 17e siècle 18e siècle

La chapelle Notre-Dame est située au sud-ouest du village, au pied d'un petit escarpement rocheux appelé « le Rouchasson ». Elle est de plan rectangulaire. Deux niveaux ont été aménagés dans le vaisseau lors de sa réutilisation en habitation : un rez-de-chaussée et un étage de comble. A l'origine, l'accès à la chapelle se faisait par une porte piétonne ouverte dans le pignon nord et flanquée de deux oculi. Ces ouvertures ont été murées et une porte piétonne a été percée dans le mur est. Lorsque le bâtiment servait d'habitation, le rez-de-chaussée était occupé par le logis (les vestiges d'une cheminée adossée sont encore visibles sur le mur est et les murs portent des restes d'enduit). Ce rez-de-chaussée a ensuite été aménagé en étable : des mangeoires à râtelier en bois ont été installées le long du mur est et sur le mur nord, un des oculi muré a été aménagé en niche à poules. L'étage de comble est occupé par le fenil et un pigeonnier (les murs et le plafonds portent des traces d'enduit). Cet étage est accessible par une baie fenière côté nord. Le pigeonnier est délimité par une cloison en mortier de gypse et pans de bois. Il possède un petit jour d'envol rectangulaire. L'ensemble du bâtiment est construit en moellons calcaires et en blocs de brèche calcaire. Les chaînes d'angles sont en blocs de brèche calcaire équarris. Les élévations reçoivent un enduit à pierres vues. Le toit à longs pans est couvert de tuiles creuses. Les encadrements des ouvertures sont façonnés au mortier de gypse, avec un linteau en bois. La charpente est à pannes, qui reposent sur une arcade centrale en pierre de taille. L'avant-toit est constitué de deux rangs de génoises.

Murs calcaire
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau, rez-de-chaussée, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Rougon, 14 juin 1789. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E DEP 171 BB5

    Le conseil municipal décide "de faire en la chapelle Notre-Dame du Bon Repos les réparations nécessaires [...] pour servir d'hôpital".
  • Procès-verbaux d'estimation des biens nationaux du district de Castellane de l'an IV à l'an V. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 Q 76

    16 août 1796 : "[...] la chapelle reconnue au dit Rougon sous le titre notre Dame des Rochassons près le village et l'abreuvoir public de la fontaine [...].
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï