Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

cathédrale Notre-Dame et Saint-Véran actuellement église paroissiale Saint-Véran

Dossier IA84000455 réalisé en 1989

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

DESCRIPTION

1. et 2. Situation et composition d'ensemble 1

3. Matériaux

Localisation

Nature

Facture, mise en œuvre

Extérieur

La façade ouest

Plinthe 145

Moyen appareil en molasse

Plinthe composée de deux assises surmontée d'une troisième qui fait le tour des contreforts

Zone 134

Blocage et moyen appareil

Les trois ou quatre assises inférieures des contreforts sont rebâties en moyen appareil et en blocage. La zo­ne 134 est associée avec la plinthe 145

Zone 135

Moellons et moyen appareil

Parement fait de moellons posés en assises suivies ; les contreforts 135 b, c, d, e sont bâtis en moyen appareil harpé dans les parements. Autour des fenêtres 135 f et g, le parement est un moyen appareil assi­sé et lié aux contreforts voisins

Fenêtres 135

f et g

Moyen appareil

Obturation des baies avec des pierres qui portent des marques de tailleurs de pierre semblables aux mar­ques sur 144

Zone 144

Moyen appareil en molasse

La face ouest du contrefort 7 sud est parementée en moyen appareil. Marques des tailleurs de pierre sur l'appareil

144 A

Pierre de taille en calcaire blanc

Retour de la frise sud dans l'angle, sur la façade ouest, décor mouluré et sculpté. Frise surmontée de la corniche sud

Fenêtre 140

Pierre de taille en molasse

Fenêtre percée après coup dans 135, sous un arc brisé, en retrait du droit du parement 135

Zone 141

Moyen appareil(?),enduit

Lecture difficile à faire : assises de moyen appareil probablement liées au nord avec la reprise du contre­ fort E

Zone 143

Enduit (blocage ?)

Associée avec la toiture ; la fenê­tre ajoure les combles

Zone 146

Blocage enduit

Reconstruction du parement et de l'angle sans chaînage

Portail 142

a et b

Pierre de taille en calcaire blanc

Le portail a et la fenêtre b qui le surmonte sont percés après coup dans 135

Zone 138

Blocage enduit

Zone qui surmonte la fenêtre 142 B

Zone 136

Moyen appareil en molasse

Surélévation des contreforts 135 b et c avec départ d'arcs au sommet de 136 a et b, avec parements latéraux

Zone 139

Moyen appareil remployé avec moellons

Lâchement assisé

Zone 137

Moellons

Lâchement assisé

Zone 157

Enduit ( blocage ? )

Angle refait

La façade nord

La première chapelle nord

Zone 135

Moellons et moyen appareil en molasse

Parement en moellons assisés et chaînage d'angle en moyen appareil lié au contrefort E de la façade occidentale

Plinthe 145

Pierre de taille en molasse

Associée avec la reprise du chaîna­ge d'angle 134

Zone 151

Moyen appareil en molasse

Une assise de fondation ou de liba­ge, surmontée de zones a et b qui sont parementées

Zone 152

Moellons

Assises suivies, cohérentes proba­blement avec 151 et 150

Angle 152

Pierre de taille

L'angle n'est pas harpé dans le pa­rement comme un chaînage ; angle arrondi sur 2, 80 m de haut, et co­hérent peut-être avec 152

Jour 148

Pierre de taille

Parementé en moyen appareil ; le jour a un double ébrasement interne et externe, comme une meurtrière. Le jour n'est pas percé au milieu du mur

Fenêtre 149

Pierre de taille

Percée après coup au détriment du linteau du jour 148. L'encadrement est légèrement en retrait du droit du parement

Zone 154

Moellons et moyen appareil en calcaire blanc

Parement fait avec des moellons hétérogènes de petite et de moyenne dimensions ; chaînage d'angle appa­reillé

Zone 153

Enduit lisse

Zone 155

Enduit au mortier

Zone 156

Enduit au ciment

Cohérente avec la petite fenêtre qui ajoure les combles

Extérieurs de la nef

Au dessus des chapelles

La face nord

- Angle nord-ouest

Zone 157

Blocage enduit

(Voir façade ouest) l'angle refait

Zone 136

Blocage et moyen appareil

Le parement ouest 136 ne tourne pas dans l'angle pour continuer sur la face nord. On y voit le blocage interne du mur 136 avec son parement ouest

- Travée 1

Moellons

Parement bâti avec des moellons no ass1sés, cohérent avec la corniche. Le parement est en retrait de la face nord des travées 2 à 5

- Travées 2 et 3

Petit et moyen appareil

Une assise de parement ancien con­servé. Une assise de réglage en petit appareil ; élévation de 5 assises en moyen appareil sous la corniche (pas de frise)

- Travées 4 et 5

Parement

Parement

Moyen appareil en molasse

1 à 3 assises visibles, suivies et rectilignes, avec joints de mortier minces

Frise sculptée

Pierre de taille en calcaire blanc

Assise continue

- Corniche

Pierre de taille en calcaire blanc

Bandeau en quart de rond ; œuvre récente

La face sud

Frise sculptée

Pierre de taille en calcaire blanc

Assise continue, cachée par la toiture de la deuxième chapelle sud

Parements et contreforts des travées 4 à 5

Moyen appareil en molasse

Assises suivies et rectilignes avec joints de mortier minces ouvertes par des trous de boulins. Moyen appareil portant des marques de tâcherons

Les parements des travées 1 à 3 sont cachés par les chapelles.

Contreforts 4 à 6

Arcs géminés

Pierre de taille en calcaire blanc

En haut de la face sud des contre­forts, il y a un décor sculpté végétal usé

Corniche

Pierre de taille en calcaire blanc

Œuvre d'origine ; sculptée et conservée sur toute la longueur de la nef

Le choeur

La travée 6

Contreforts 7 nord et sud et mur ouest

Moyen appareil en molasse

Assises suivies et rectilignes ; joints de mortier minces

Socle carré et la tour du clocher

Moyen appareil en molasse

Assises suivies et rectilignes ; joints de mortier minces. Marques de tâcherons

Pierre de taille en calcaire blanc

Pour les colonnettes, les arcs et les moulures de l'arcature de la tour du clocher

Pierre de taille en calcaire blanc

Pour les chapiteaux de l'arcature et pour ceux placés sur les colon­nes engagées

L'abside

Parement et colonnes

Moyen appareil en molasse

Assises suivies et rectilignes, avec joints de mortier minces. La pierre des colonnes a un grain fin

Bases des colonnes ; chapiteaux et tailloirs ; moellons et corniche

Pierre de taille en calcaire blanc

Éléments de décor

Lanternon sur l'abside

Pierre de taille en molasse et calcaire blanc

Au-dessus des fenêtres, l'élévation est enduite lisse

Le campanile :

Surelévation du contrefort 7 : côté oriental

Moyen appareil en molasse

Bien assisé

Face sud

Blocage

L'angle sud-ouest est rebâti avec une maçonnerie d'obturation

Face ouest

Grandes dalles de revêtement en molasse

Parement collé contre la face occi­dentale du campanile

côté occidental partie supérieure

Moyen appareil en molasse

Surélévation de la cage d'escalier

Élévations intérieures

L'intérieur de l'église a reçu un décor peint qui cache l'appareillage des murs. Dans quelques endroits à la base des piliers on voit cependant que

l'église est bâtie en moyen appareil assisé, et parfois on voit des marques de tâcherons dans la nef.

Localisation des marches de tâcheron

Élévations intérieures

Travées 1 et 2

Travées 3 à 5

Travée 6 et abside

Clocher

B ou g

1

1

80

I

27

27

8

L

13

23

9

P

14

12

4

R

10

13

S ou 5

1

1

V

1

1

4. Structure

Parti de plan

L'église est divisée en trois espaces :

1)La nef, de cinq travées, voûtée en berceau brisé;

2)la travée 6, couverte d'une coupole ;

3)l'abside à l'est, coiffée d'une voûte en cul-de-four.

Dans œuvre l'église mesure environ 46,10 m de long et la nef 8, 25 m de large.

La nef unique est scandée en cinq travées par des piliers crucifor­mes. Les deux ressauts latéraux des piliers reçoivent les arcatures murales à double rouleau ; les ressauts du milieu reçoivent les arcs doubleaux à double rouleau qui sous-tendent la voûte. Les piliers divisent la nef en cinq travées barlongues, larges d'environ 5 m (est­-ouest).

Les piliers de la nef sont presque tous épaulés par des contreforts nord et sud, larges de 2, 65 m environ ; ils sont saillants à l'exté­rieur. Des chapelles latérales sont établies entre ces contreforts. Des traces de ces contreforts se voient dans ces chapelles et à l'exté­rieur de l'église. Cependant la travée 1 occidentale paraît être excep­tionnelle ; elle n'a pas de contreforts nord comme les travées 2 à 5.

Les chapelles latérales conservent des traces des murs nord et sud qui permettent de savoir que les murs gouttereaux étaient larges d'en­viron 1 m. Aucune trace du mur nord n'est visible dans la travée 1 ; son mur sud apparaît large de 0, 66 m.

La façade occidentale est épaulée par quatre contreforts de plan carré (0, 60 x 0, 60 m environ). A ces contreforts ne correspond aucun pilier adossé à la face interne du mur. Celui-ci, qui mesure peut-être 0, 66 m d'épaisseur, paraît en plan se poursuivre vers le nord et tour­ner à angle droit vers l'est pour délimiter l'espace de l'actuelle chapelle latérale 1 nord.

Elévation sud de la nef, partie centrale.Elévation sud de la nef, partie centrale. Nef, élévation nord, chapelle, fenêtre.Nef, élévation nord, chapelle, fenêtre.Nef, élévation ouest, départ d'arc sur le contrefort.Nef, élévation ouest, départ d'arc sur le contrefort.

La travée 6, à la différence des travées 1 à 5, est établie sur un plan presque carré, délimité par quatre piliers cruciformes. Les piliers orientaux ne sont pas symétriques à cause du raccord fait avec l'abside. Le contrefort 7 sud abrite un escalier en vis. La porte nord de cet escalier qui, primitivement, s'ouvrait dans la travée 6, est actuelle­ment murée.

Le mur sud de la travée est plus épais que le mur sud de la nef. Il mesure environ 1, 45 m.

L'abside est bâtie sur un plan polygonal savant. Elle a cinq pans à l'extérieur et sept pans à l'intérieur à en juger par les voûtains du cul-de-four polygonal (des boiseries masquent les murs).

La porte principale s'ouvre dans la façade ouest et dans l'axe de la nef. A l'intérieur, elle est surmontée par une tribune.

La chapelle 3 sud fait office de vestibule pour la porte communi­quant avec l'angle nord-ouest du cloître.

Dans la travée 6 il y a deux portes, l'une au nord, s'ouvrant dans la sacristie, et l'autre au sud qui donne sur un passage conduisant au cloître.

Il y a six chapelles latérales ouvertes entre les contreforts nord (la chapelle 6 nord a été transformée en sacristie) et cinq chapelles ouvertes entre les contreforts sud. Apparemment il n'y a jamais eu aucune chapelle entre les contreforts 6 et 7 sud.

Les six chapelles nord sont toutes alignées sur la chapelle 1 nord. Elles ont englobé les faces sud des contreforts 2 à 5.

Les chapelles 1 à 3 sud sont par contre allongées vers le sud et comportent deux ou trois travées. Les chapelles 4 et 5 sud se trouvent prises entre les contreforts 4 à 6 ; la présence du cloître a sans doute empêché leur agrandissement vers le sud.

Une cage d'escalier à vis se trouve derrière la chapelle 5 nord. L'escalier conduit à la tribune de l'orgue qui ouvre à l'étage dans la travée 6.

5. Élévations

A. Élévations Intérieures

Les élévations nord et sud de la nef sont scandées en cinq travées par des arcades aveugles.

Ces arcades latérales ont deux rouleaux qui retombent sur les dosse­ rets latéraux des piliers cruciformes. Les pilastres centraux des mêmes piliers reçoivent des arcs doubleaux transversaux, eux aussi à double rouleau, qui sous-tendent la voûte en berceau brisé. Des arcs formerets, aussi à double rouleau, sont utilisés à l'ouest et à l'est dans la nef.

Les départs des arcades latérales sont soulignés par des impostes moulurées. Les départs nord et sud de la voûte sont marqués par un cor­don. Le cordon nord est orné de feuilles d'acanthe et le cordon sud de deux registres de décor : des oves et fers de lance en bas, et, en haut, une série répétitive de barres diagonales. L'archivolte supérieure des arcades est ornée d'une doucine.

Des colonnettes avec chapiteaux sont placées dans les dosserets laté­raux des doubleaux, et se trouvent au niveau des écoinçons des arcades latérales. Les bases des colonnettes sont posées curieusement sur une imposte moulurée. Les chapiteaux n'ont pas de tailloir ; ils portent le cordon par l'intermédiaire d'un dé de pierre.

Cette élévation apparaît cohérente sur toute la longueur de la nef.

La voûte de la nef donne une impression similaire d'homogénéité. Le berceau est construit en petit appareil picoté, rigoureusement calibré et assisé. La hauteur des assises reste constante sur toute l'élévation de la voûte. La voûte s'élève à 16 m du sol actuel ; à cette hauteur, les assises ne se discernent plus suffisamment pour permettre, de part et d'autre des doubleaux, de retrouver la trace distinctive des diverses campagnes de voûtement. Quant à la technique de construction, il faut remarquer l'absence de trous de boulins.

Aux piliers de la nef, les pilastres centraux ont été supprimés jusqu'à mi-hauteur environ pour gagner de l'espace dans la nef. Aux piliers 1 nord et sud, la partie subsistante du pilastre est portée par des consoles à volutes de l'époque classique. Aux piliers 2 à 6, ainsi qu'aux piliers 7, le pilastre coupé repose sur des consoles qui ont reçu un décor sculpté de scènes historiques.

Contre le mur ouest se trouve une tribune établie sur le tambour d'entrée. La grande fenêtre cintrée occidentale s'ouvre sur cette tribune. Cette dernière a pour garde-corps une balustrade en pierre de l'époque classique. Le tambour d'entrée est ouvert sur ses trois côtés par des portes. La porte axiale, plus haute et plus large que les baies latérales, est surmontée d'un linteau mouluré et d'un enta­blement classique porté par deux colonnes engagées d'angle ; celles-ci ont des chapiteaux doriques stylisés.

La tribune établie sur la voûte du vestibule (chapelle 3 sud) regarde dans la nef. Elle a une balustrade qui ressemble à celle de la tribune sur le tambour d'entrée ouest.

La travée 6 de la coupole est séparée de la nef par un mur pignon visible dans œuvre, qui a pour effet de délimiter le volume de la travée 6 sous la coupole.

Ce mur pignon repose sur un arc transversal à deux rouleaux naissant des pilastres des piliers 6 nord et sud. Le pilastre central est excep­tionnellement large, car il porte de façon peu logique la retombée non pas d'un arc, mais de trois arcs :

1) l'arc formeret oriental de la nef

2) le rouleau supérieur de l'arc transversal 6 ; ce rouleau est un arc segmentaire

3) le rouleau inférieur de l'arc transversal 6, qui a un tracé en plein cintre.

Les trois arcs tombent sur le même pilastre au nord et au sud grâce à un échelonnement des retombées qui n'est pas parfaitement réussi. Le départ du rouleau supérieur de l'arc transversal 6, près du cordon de la nef, n'est pas souligné par une moulure comme la naissance du rou­leau inférieur du même arc.

L'insertion des trois retombées d'arcs sur ces pilastres centraux a permis de conserver un plan symétrique pour les piliers orientaux de la nef : ces piliers, au nord et au sud, ont quatre ressauts de chaque côté de la pile comme les autres support de la nef malgré le nombre plus important d'arcs portés.

Les piliers 7 ont eux aussi quatre ressauts latéraux, alors même que les arcades latérales nord et sud de la travée 6 n'ont que trois rou­leaux. Le maintien systématique du pilier cruciforme avec ses quatre ressauts latéraux dans la travée 6 est réalisé par l'astuce suivante : le rouleau supérieur des arcades latérales nord et sud retombe sur des consoles.

La travée 6 est un dispositif conçu pour porter la coupole. Les arcs transversaux est et ouest ont deux rouleaux et les arcades latérales nord et sud en ont trois. Le rouleau inférieur de chaque arc est garni d'un tore. Les tores ont des bases semi-circulaires, posées sur les impostes des piliers.

Les rouleaux supérieurs nord et sud sont portés sur des consoles décorées. Ces rouleaux supérieurs ramènent la travée à un plan carré.

Les trompes coniques sont établies dans les angles, au-dessus des arcs. Les trompes sont décorées des symboles des quatre évangélistes. Elles ont pour fonction architecturale de ramener la travée au plan octogonal et de porter le tambour de la coupole. Le tambour est cou­ronné d'un cordon décoré de feuilles d'acanthes.

Un chrisme inscrit dans un cercle, sur un dé cubique, se trouve à la place de la clé de l'arc triomphal, au niveau du rouleau inférieur. Il se voit au milieu du tore de l'arc transversal 7.

Un oculus décoré d'un tore s'ouvre au-dessus du chrisme, dans le pan oriental du tambour.

La coupole hémi-sphérique est posée sur le tambour. Elle a huit nervures à profil torique qui convergent au sommet de la coupole pour porter un oculus aveugle.

L'abside

L'abside est décorée de boiseries qui cachent l'élévation des murs de l'abside. Un placard nord aménagé dans les boiseries permet d'entre­ voir la travée nord de cette élévation.

La travée nord est délimitée par des colonnes posées sur un stylobate. Les colonnes sont cassées ; elles sont rudentées sur le côté visible, et non pas sur le côté adossé au mur. En haut, on aperçoit une imposte ornée de damiers ; elle appartenait sans doute à une arcade aveugle portée par les colonnes. Entre les colonnes, se trouve un cadre mouluré ou cartouche, surmonté d'un chérubin.

La voûte en cul-de-four polygonal est visible au-dessus des boiseries Elle comporte sept voûtains. La voûte montre que l'abside est établie dans œuvre sur un plan polygonal à sept côtés.

La voûte est percée au sommet d'un jour zénithal semi-circulaire.

La tour du clocher

On entre par une porte à linteau droit qui donne sur un escalier à sept marches qui conduit à l'intérieur.

Une trappe circulaire est aménagée dans le dallage du sol, au milieu de la pièce.

L'élévation de l'octogone est ajourée d'une fenêtre dans chaque pan de mur. Elle est couronnée par un cordon en quart-de-cercle.

La coupole hémi-sphérique est ornée de huit nervures qui convergent vers un oculus zénithal. Les nervures sont les unes de section carrée avec les angles abattus, les autres composées de deux tores séparés par un listel. Toutes retombent sur des consoles moulurées sur deux niveaux.

Une grosse cloche et une petite sont portées par une structure charpentée, bâtie sur deux travées. Un montant de la charpente porte la date de 1741.

B. Élévations extérieures

La façade occidentale est construite en élévation sur quatre travées. Ce sont les contreforts 135 b, c, d et e qui scandent l'élévation en travées.

La façade primitive 135 est parementée avec des moellons de formes variables en assises suivies de hauteur relativement constante. Les joints de mortier sont épais. Les contreforts b, c, d et e ainsi que l'encadrement des fenêtres hautes f et g sont bâtis en moyen appareil harpé dans les parements. Par exception, le parement situé de part et d'autre des fenêtres 135 f et g est construit en moyen appareil. Les joints de mortier des fenêtres et des contreforts sont un peu épais. Les arcs en plein cintre des fenêtres sont extradossés ; leurs claveaux taillés en coin sont posés avec des joints de mortier épais. L'ouverture des fenêtres mesure environ 0, 64 m de large sur 1, 68 m de haut.

L'ancienne élévation est conservée sur une hauteur d'environ 11 m au niveau des contreforts d et b. Entre ces derniers, l'élévation du pignon est conservée sur les côtés de part et d'autre du grand portail 142 percé après coup. Le relevé du mur montre clairement la possibilité d'imaginer que le mur pignon s'élevait à l'origine jusqu'à 14 m environ.

Le collage de 144 à 135 a permet de retrouver 1'arrachement du con­trefort a de la façade primitive 135. Le mur pignon coiffait donc une façade à trois travées délimitées par les contreforts a, b, c. Une travée supplémentaire est cohérente avec cette élévation primitive: c'est la quatrième travée gauche, comprise entre les contreforts d et e. Elle est conservée sur une hauteur de 7, 50 m environ.

Une plinthe 145 a été ajoutée à la base de l'élévation des travées 3 et 4 à gauche. La zone de remaniement qui surmonte la plinthe est sans doute due à la création de celle-ci. A cette reprise de la base des élévations il faut associer celle des contreforts.

La suppression du contrefort 135 a a eu pour cause la construction de la zone 144 bâtie en moyen appareil assisé. Cette zone porte des marques de tâcherons. La zone 144 est en fait la face ouest du premier contrefort sud de la nef. En haut, cette zone est cohérente avec le retour 144 a de la frise sud de la nef. Une corniche surmonte la frise et un cordon mouluré la souligne. La frise 144 a est ici interrompue et n'est plus conservée sur la façade ouest.

La maçonnerie d'obturation des fenêtres hautes 135 f et g est faite en moyen appareil dont certaines pierres portent l.es mêmes marques de tâcherons que celles de la zone 144. Les fenêtres semblent avoir été obturées par les maçons qui ont bâti la zone 144 et qui ont supprimé le contrefort 135 a.

La travée 4 à gauche fut percée après coup de la fenêtre 140 couver­te en arc brisé et divisée par un remplage de style gothique. La travée est surélevée par la construction de la zone 141 bâtie en moyen appa­reil (?). La zone 141 est située à la même hauteur que la voûte sur croisée d'ogives qui couvre la première chapelle nord. La voûte et la zone 141 ont des chances d'être contemporaines de la fenêtre gothique 140.

Au-dessus se trouve la zone 143 en blocage (?) enduit, ajourée d'un fenestration qui donne jour aux combles.

La zone 146 est peut-être associée avec la zone 143, et avec une surélévation de la quatrième travée qui a disparu.

Les travées 1 et 3 sont surélevées par le parement 136 en moyen appa­reil. A gauche dans l'angle se trouve une pierre d'attente qui suggère l'existence d'une construction au-dessus de la première chapelle nord. Le parement 136 est lié avec l'agrandissement en hauteur des contreforts 135 b et c. Ils conservent les départs a et b d'un arc 136 bandé entre ces contreforts à environ 16, 50 m du sol. L'arc 136 a-b retombait sur des impostes soulignées d'un quart de rond. L'arc n'existe plus.

La porte 142 a est surmontée d'une grande fenêtre 142 b. Ensemble elles furent percées après coup dans l'élévation de la travée 2. La porte rectangulaire est décorée d'un encadrement classique mouluré, avec une inscription lapidaire gravée sur le linteau. La fenêtre 142 b est couverte d'un arc en plein cintre ; un fronton en arc segmentaire est porté au-dessus de la baie par deux volutes. La fenêtre s'ouvre dans œuvre au niveau de la tribune occidentale de la nef.

La zone 138 de blocage, est construite au-dessus de cette fenêtre. Elle ressemble à une maçonnerie d'obturation due au percement de la porte 142. Elle porte la maçonnerie 139 bâtie entre les contreforts au sommet de l'élévation. De part et d'autre se trouve la zone de maçonnerie d'obturation 137.

La façade nord de la chapelle 1 nord fut à l'origine parementée avec des moellons assisés : c'est la zone 135 qui conserve dans les angles nord-est et nord-ouest des chaînages en moyen appareil.

Le jour 148, étroit de 0,17 m, comme une meurtrière, a été percé après coup dans ce parement 135. Le jour 148 a un double ébrasement interne et externe : l'ouverture est large de 0, 03 m. Le jour est entouré d'une maçonnerie en moyen appareil assisé La fenêtre gothique 149 a été percée après le jour 148. Ce percement a amené la suppression du linteau 148. La fenêtre 149 est divisée par un meneau axial qui porte deux arcs trilobés dont 1'écoinçon est ajouré d'un trilobe. L'encadrement de la fenêtre 149, bâti en pierre de taille, se trouve légèrement en retrait du droit du parement 135.

La base de l'élévation 135, y compris l'angle nord-est, apparaît avoir été rebâtie. La zone 151 est formée de blocs de moyennes dimen­sions posés en assise continue ; cette assise porte les zones 151 (a et b) et la zone 150, toutes bâties en moyen appareil. La zone 150 a son angle arrondi ; ses pierres superposées ne sont pas un chaînage ; elles ne sont ni harpées, ni mariées au parement 135. En revanche l'angle 150 semble être cohérent avec la zone 152 de parement, maçonné avec des moellons de petite et de moyenne dimensions qui sont posés en assises suivies. Les zones 150, 151 et 152 constituent peut-être un ensemble cohérent.

La base de l'angle nord-ouest a été rebâtie (zone 131) et munie d'une plinthe 145 qui se poursuit sur la façade ouest de la cathédrale. La zone 134 s'arrête verticalement à gauche de ce qui pourrait conserver le souvenir d'un mur nord-sud bâti contre cette façade nord.

La zone 153 est enduite et lisse. En bas, la zone paraît avoir été rebâtie avec des blocs de moyenne taille. Comme la zone 134, la zone 153 semble conserver le souvenir d'un mur nord-sud bâti contre la façade. Les zones 154 et 155 de parement remanié se trouvent à gauche de cette zone 153 ; la lecture est ici plus difficile, car ces zones 154 et 155 bâties en moellons ( apparemment mal assisés ) sont partielle­ment enduites.

Au sommet, la surélévation 156 est revêtue d'un enduit lisse et elle accuse un retrait sensible du droit de la façade. La zone 156 enduite au ciment (?) et la fenêtre en haut à gauche semblent être associées avec la toiture actuelle.

La façade nord de la nef, visible au-dessus des chapelles latérales, porte des traces de reprises dans les travées 1 à 3. Les travées 4 et 5 conservent encore la frise sculptée placée au-dessous de la corniche de la toiture. Par contre la corniche en quart-de-rond apparaît comme une œuvre récente, associée à la toiture actuelle ; cette corniche se trouve au sommet de toute l'élévation nord de la nef.

Dans la travée 4, le parement en moyen appareil assisé porte de façon cohérente la frise sculptée. Le parement dans la travée 5 est caché par la chapelle 5 nord.

Le parement dans les travées 2 et 3 est rebâti à une assise sous le niveau de la frise conservé dans les deux travées orientales. Une assise de réglage en petit appareil marque le niveau de reprise.

La travée 1 est construite environ 0, 70 m en retrait de la façade nord. La maçonnerie est faite de moellons mal assisés. Ce décrochement dans la façade nord pourrait conserver le souvenir d'une construction bâtie à l'étage au-dessus de la chapelle 1 nord.

L'angle nord-ouest de la façade nord donne la même impression. La zone 136 en moyen appareil de la façade occidentale ne fait pas retour pour continuer sur la face nord. La zone 136 butait apparemment contre une construction bâtie sur la chapelle 1 nord. Est-ce la zone 146 sur la façade ouest construite avec des moellons de format régulier et de taille moyenne qui sont posés en assises suivies ? Une pierre d'attente marque la hauteur de cette construction disparue, car au-dessus d'elle la face nord de l'angle est parementée (zone 136).

La base de l'angle nord-ouest au-dessus de la chapelle a été refaite en blocage (zone 157).

Dans la sacristie, au-dessus de la chapelle 5 nord, on voit le pare­ ment extérieur du mur nord sur une hauteur de 10 assises de moyen appareil. Le parement est marié dans ces mêmes assises au contrefort 6 nord de la nef. On y voit des marques de tâcherons, sur le parement et sur le contrefort. L'élévation du contrefort est visible dans la cage d'escalier de la sacristie.

La façade sud de la nef, partiellement visible au-dessus des chapelles latérales, apparaît essentiellement homogène.

La corniche, décorée de feuilles d'acanthes comme le cordon sud dans la nef, est conservée sur toute la longueur des cinq travées de la nef.

La frise sculptée, soulignée d'une moulure, est probablement conser­vée sur toute la longueur de la nef, sous la corniche. Elle est seule­ment cachée par la toiture de la chapelle 2 sud.

Le parement sous la frise n'est visible qu'au-dessus des chapelles 4 et 5 sud : les huit assises de moyen appareil sont rectilignes et suivies. L'appareil porte des marques de tâcherons et des trous de boulins.

Les trois assises inférieures du parement sont liées aux contreforts 4 à 6 sud. Les trois assises supérieures sont suivies entre les travées 4 et 5, sous la frise. Ces liaisons démontrent que les travées 4 et 5 avec leurs trois contreforts sud furent bâties durant la même campagne de construction.

La quatrième assise sous la frise fut entaillée pour encastrer la charpente des toitures.

Les contreforts 4, 5 et 6 sud sont visibles au-dessus de la toiture de la galerie nord Eb du cloître. Leur face sud est décorée de deux lésènes qui portent deux arcs géminés appuyés sur une console mitoyenne. Les arcs géminés sont en pierre calcaire blanche qui se prête à la sculpture.

L'arc géminé du contrefort 4 a reçu un décor sculpté de feuilles d'acanthes, comme la console du milieu. Aux contreforts 5 et 6, seules les consoles sont décorées : la console 5 est cassée et usée par le temps tandis que la 6 est due a une restauration récente.

Dans la galerie nord du cloître, les faces sud des contreforts 4 à 6 sont visibles. Des cloisons furent bâties entre les contreforts dans l'alignement de leurs faces sud (voir mur périphérique nord du cloître E).

La cloison 45, établie entre les contreforts 4 et 5 sud, est collée à l'est contre le contrefort 5. A l'ouest les neuf assises inférieures de la cloison 45 se poursuivent vers l'ouest sur la face sud du contre­ fort 4 sud. L'angle sud-est du contrefort 4 apparaît bâti au-dessus de ces assises. Cette cloison 45 suggère que le chantier de construction de la nef s'est déroulé de l'est vers l'ouest.

Elévation sud. Nef et chapelles latérales 1, 2 et 3.Elévation sud. Nef et chapelles latérales 1, 2 et 3.

La face nord de la travée 6 est visible à l'étage au-dessus de la chapelle 6 nord (l'actuelle sacristie). L'élévation est visible sur une hauteur de onze assises. Le parement extérieur du mur nord est collé à l'ouest au contrefort 6 de la nef. Il est en revanche lié à l'est au contrefort 7, par les mêmes assises. Le parement nord et le contrefort 7 sont bâtis en moyen appareil : aucune marque de tâcheron n'apparaît sur l'appareil.

La face orientale de la travée 6 est liée avec celles des contreforts 7 nord et sud. Les contreforts 7 et le mur oriental forment un ensemble cohérent qui se dresse sur une hauteur de 20 assises environ au-dessus de l'abside. Le contrefort 7 sud, qui abrite un escalier en vis, se détache en légère saillie sur la façade. Le mur oriental est en effet la face orientale du socle qui porte le clocher. Ses trois assises supérieures furent ajoutées à une période plus récente. A partir de ce même niveau le contrefort 7 sud a été surélevé par l'ajout d'une tourel­le que couronne un clocher-mur.

Au sud, on voit bien le clocher bâti au-dessus de la travée 6. Le socle de plan carré porte la tour du clocher.

Le socle du clocher est bâti en moyen appareil bien assise. L'angle sud-ouest du socle est bâti sur l'angle sud-est de la nef. Cette super­ position des angles démontre que la travée 6 de la coupole fut bâtie après la construction de la nef.

Les trois assises supérieures de la face sud du socle sont plus récentes. Elles sont liées à la surélévation de l'angle sud-ouest du socle visible sur la face occidentale au-dessus de la toiture de la nef : le pinacle ouest est cohérent avec ces trois assises qui forment le parapet de la terrasse établie sur le socle, autour de la tour du clocher.

La tour du clocher a une élévation tripartite :

1) La base a un plan circulaire. Son élévation pleine est bâtie en moyen appareil. Au sud, une porte sous un linteau droit permet d'entrer dans la tour. On y accède par l'escalier en vis abrité par le contre­ fort 7 sud. La base est couronnée d'une moulure en demi-rond saillante, qui rappelle celle de la base de l'abside.

2) Le tambour a un plan octogonal. Des colonne engagées sont placées dans les angles. Les fûts sont élancés et pourvus de chapiteaux ; ils portent le cordon qui couronne 1'élévation. Chaque face de l'octogone est ajourée d'une fenêtre en plein cintre qui laisse une large part au mur entre les colonnes engagées. L'arc des fenêtres est orné de deux tores qui retombent chacun sur une base semi-circulaire. Ces bases sont posées sur une moulure qui fait office de tailloir. Des colonnettes avec chapiteaux portent l'arc au niveau des piédroits. L'élévation de l'octogone est en effet subdivisée par cette moulure qui, de façon conti­nue, relie les tailloirs de fenêtre en fenêtre, sans interruption au niveau des colonnes engagées. Dans chaque pan de l'octogone se trouvent deux paires de trous de boulins.

3) L'attique est aussi octogonal. De courtes colonnettes prismatiques cantonnent les angles. Une paire de trous de boulins apparaît dans cha­que pan. Les trous sont plus grands que ceux du tambour et ils ne sont pas alignés sur ces derniers. L'attique apparaît ainsi comme un ajout tardif.

La toiture, faite de dalles de pierre, n'est pas soulignée par une corniche.

Clochers, vue de volume prise du sud-ouest.Clochers, vue de volume prise du sud-ouest.

La couverture de la nef. Le toit est couvert de tuiles rondes sur le versant nord et de dalles de pierre sur le versant sud.

Le faîte de la toiture est décoré d'une crête ajourée formée d'arcs entrelacés. Ce décor est probablement dû à des travaux récents (du XIXe siècle ?).

Le campanile est bâti sur le contrefort 7. Le collage de la surélé­vation est situé au niveau du sommet du socle du clocher. Ce niveau se voit sur les faces est et sud.

La face est montre le contrefort 7 ajouré par trois niveaux de jours étroits, qui dans œuvre éclairent l'escalier en vis. Trois trous de boulins se trouvent autour du jour le plus haut. Au-dessus du niveau de la reprise, il y a trois paires superposées de trous de boulins. Les deux paires supérieures encadrent la baie chanfreinée du clocher­ pignon. Sous la baie se trouve une horloge, et sous celle-ci un petit oculus.

La face sud montre que le contrefort 7 conserve les traces d'une porte et d'une toiture qui dépendaient du deuxième étage de l'édifice Fa. Au-dessus du niveau du socle du clocher, 1'élévation du campanile est plus complexe. Il y a trois parties :

1) L'élévation à droite, qui porte le clocher-mur, est une construc­tion homogène. La moitié inférieure s'arrête à gauche à la verticale ; la moitié supérieure a gardé des pierres d'attente. La construction est bâtie en moyen appareil.

2) La partie inférieure de l'angle sud-ouest est en blocage. Elle conserve le souvenir d'une construction disparue.

3) La partie supérieure de l'angle sud-ouest est bâtie en moyen appareil. La facture paraît récente.

La face orientale comporte l'ajout d'une butée qui fut bâtie contre le contrefort 7 et l'angle sud-ouest en blocage. La butée est liée aux deux assises supérieures du socle du clocher. La surélévation de la butée est faite avec des dalles de pierre ; celles-ci sont liées avec la reconstruction en blocage du mur nord de la pièce qui abritait le mécanisme de l'horloge.

La face ouest du clocher-mur porte la date 1808 gravée à gauche de la baie.

L'abside est bâtie sur un plan pentagonal. Son élévation est collée au mur oriental de la travée 6.

Des colonnes engagées d'ordre colossal sont placées dans les angles. Pourvues de chapiteaux, ces colonnes élancées portent une arcature murale. Les colonnes sont posées sur un mur bahut, qui fait office de stylobate ; ce dernier est couronné d'une moulure en demi-rond saillante Une fenêtre axiale, actuellement murée, est cohérente avec l'élévation. L'appui de la fenêtre est souligné par un cordon mouluré. L'arc de cette baie est porté curieusement par deux tailloirs ; apparemment les colon­nettes faisant piédroits ont disparu. L'arc a reçu un décor mouluré composé d'un tore surmonté d'une gorge et d'une doucine ; il porte une couronne de feuilles d'acanthes sculptées. Le tore retombe de part et d'autre sur une base semi-circulaire -comme celle du clocher - posée sur les tailloirs.

Les colonnes engagées dans les angles portent une arcature. Les arcs sont tous décorés de moulures, sauf celui du pan oriental qui est déco­ré d'une série de rosaces.

La corniche sous la toiture est décorée de deux registres de décor, l'un d'oves, l'autre de feuillage stylisé. Elle est portée par des modillons décorés de feuillages et de masques.

Un lanterneau est bâti sur le sommet de la toiture de l'abside et collé au mur oriental de la travée 6. Il est ajouré de trois fenêtres : deux sont rectangulaires et flanquent la baie axiale qui est en plein cintre.

La grecque sur le cordon nord

Le cordon nord est décoré de feuilles d'acanthe qui sont juxtaposées en ligne. Leurs lobes latéraux se courbent pour former des "médaillons" de feuillage. Le bandeau plat au-dessus est lisse, sauf au-dessus du chapiteau 3, 4 nord, où il y a le départ d'une grecque vers l'ouest, qui est interrompue.

Décor dans la travée 6 de la coupole

Les rouleaux supérieurs des arcades latérales nord et sud sont portés par des consoles décorées d'un atlante, d'une tête de bélier, d'un rin­ceau de feuillages et d'une tête de boeuf (?).

Les impostes des piliers 7 nord et sud sont décorées de façon conti­nue par des fleurons d'angle reliés par un bandeau perlé. Ce décor res­semble aux rinceaux sous-jacents dus à l'artiste des consoles du XIXe siècle.

Les trompes coniques sont décorées des symboles des quatre évangélis­tes. Matthieu, Marc et Jean sont réalisés par un sculpteur de qualité, tandis que Luc est réalisé par un artiste de moindre expérience.

Le cordon soulignant la naissance de la coupole est décoré de feuil­ les d'acanthe aplaties, sèchement rectangulaires de format, avec des extrémités supérieures recourbées.

L'extérieur

La frise nord de la nef paraît se dérouler de l'est vers l'0uest à en juger par son départ oriental.

Elévation nord, frise, vue en enfilade vers l'ouest.Elévation nord, frise, vue en enfilade vers l'ouest.

Un homme debout tient à la main gauche un porte-voix, une corne (?). L'homme est placé à l'extrémité orientale de la frise et le porte-voix s'ouvre vers l'ouest.

Vient ensuite une série de motifs figuratifs ou végétaux. Chaque bloc de pierre porte un motif. Les motifs sont usés par le temps et leur identification, faite à partir des photographies, est parfois incertaine :

- un personnage à genoux, vu de profil (?)

- un personnage accroupi, vu de face, la main crispée, à côté d'un arbre autour duquel est enroulé le serpent de la tentation

- un agneau pascal

- un animal

- des griffons affrontés de part et d'autre d'un calice*

- un bœuf

- un animal

- deux roues

- un personnage (?) qui porte une lance

- motif végétal

- un chien en colère

-un guerrier qui porte

- un bouclier et une épée

- un arbre (?) dont le tronc bi-partite est entrelacé

- un animal

- un guerrier qui porte un bouclier

- deux arbres croisés

- un chien qui mange le fruit d'un arbre

- un personnage aux bras écartés

- une palmette.

La frise est une composition additive qui rassemble des motifs végetaux­, images animalières, symboles chrétiens, scènes de chasse. La frise fait des références multiples.

La frise est conservée dans les travées 3 à 5. Elle est couronnée d'une corniche décorée d'oves et de fers de lance, surmontés de pétales répétés en série. Elle est soulignée d'une moulure.

La frise sud de la nef est décorée essentiellement de rinceaux de feuillage. Les photographies de la frise permettent cependant de voir des changements de décor. On peut discerner les sections suivantes lues de l'est vers l'ouest :

- le rinceau dans les travées 5 et 4. Les rinceaux sont liés l'un à l'autre, et ils s'enroulent alternativement à droite puis à gauche.

Il y a cependant deux sculpteurs qui ont travaillé sur cette section de la frise :(1)le rinceau modelé dans la moitié orientale de la travée 5 ; (2)le rinceau de feuilles de vigne en méplat dans la moi­tié occidentale de la travée 5, et dans la travée 4.

- une série de motifs végétaux dans la travée 3: rosaces, fleurs de lys croisées, arbre de vie (?) et encore une rosace.

- un rinceau de laurier qui entoure des rosaces dans la travée 1.

La frise est couronnée d'une corniche décorée avec des feuilles d'acanthe. Elle est soulignée d'une moulure.

L'abside a reçu à l'extérieur un décor sculpté soigné et de grande qualité.

La fenêtre axiale comporte un décor de feuilles d'acanthe sur l'ar­chivolte et sur les tailloirs. Ces derniers culminent en volutes.

L'arc mural 3 oriental a reçu un décor de rosaces représentées dans différents états de maturité, du bouton entrouvert à la fleur épanouie.

Les arcs 1 nord et 5 sud sont ornés d'un tore et d'une gorge. Les arcs 2 nord-est et 4 sud-ouest ont reçu une doucine.

L'arcature murale repose sur les chapiteaux.

(1) Le chapiteau nord a un décor de tiges courbées et entrelacées, qui s'achèvent par de larges boutons enroulés et placés sous les angles de l'abaque. Les tiges sont diamantées sur deux rangées axiales.

(2 et 3)Les chapiteaux de la travée nord-est sont similaires. Ils ont un décor classique de feuilles d'acanthe. Les feuilles sont posées en quinconce sur deux registres.

(4) Le chapiteau oriental sud-est a reçu un décor d'épaisses feuilles fortement recourbées vers le bas comme dans un état fané dû à la chaleur ou à la sècheresse. Les feuilles sont placées sur deux registres et des tiges culminant en volutes d'angle occupent le troisième. Les deux feuilles grasses du registre central sont ornées de pastilles.

(5) Le chapiteau sud-est est orné de tiges courbes et entrelacées. Il y en a deux sur chaque face qui sont nouées par un bouton. Les tiges se terminent par un feuillage strié qui n'est pas complètement enroulé sous les angles de l'abaque. De là s'échappent des lobes qui descendent sur la corbeille pour participer à l'entrelac des tiges.

(6) Le chapiteau sud est orné de tiges arrondies et souples qui font des boucles au milieu de chaque face pour se nouer en entrelac. Des feuilles recourbées sont placées sous les angles de l'abaque.

Les colonnes 1 nord et 6 sud sont lisses, tandis que quatre autres sont rudentés. Leur rudenture porte une arcature soulignée par une moulure.

Les tailloirs sont exceptionnellement travaillés. Ils ont reçu divers décors végétaux profondément découpés et finement modelés.

La corniche est décorée de feuillage diamanté. Elle est portée par des modillons décorés de masques grotesques.

Le décor extérieur du clocher

L'octogone est décoré de 16 chapiteaux placés aux piédroits des fenêtres, et de 8 chapiteaux engagés placés sous le cordon.

Les chapiteaux des fenêtres ont un décor de deux types :

(1) un décor de feuilles lisses, largement épannelées. Les corbeilles sont cylindriques dans leur partie inférieure. Les feuilles s'enroulent en volutes sous les cornes de l'abaque, soit vers le bas en forme de fleuron, ce qui est le cas le plus fréquent, soit vers le haut ou l'extrémité peut accuser une forme de courbe et de contrecourbe (cha­piteaux sud-ouest).

(2) Un décor de tiges plates qui portent des fleurons ou des boutons placés dans les angles sous les cornes de 1'abaque. En général deux tiges s'affrontent et se nouent au centre de chaque face du chapiteau, ou bien les tiges sont entrelacées. Les tiges peuvent être lisses, diamantées, ou décorées de deux brins;

Les chapiteaux des colonnes engagées placés sous le cordon appartien­nent au premier type. Leurs extrémités s'enroulent en boutons ou en volutes (spirale ou contrecourbe) placés sous les cornes des abaques.

Clochers, vue d'ensemble prise du sud.Clochers, vue d'ensemble prise du sud.Clocher, vue prise de l'ouest.Clocher, vue prise de l'ouest.

La cathédrale (A)

Les chapelles latérales

1. et 2. Situation et composition d'ensemble

3. Matériaux

Chapelle

Localisation

Matériau

Mise en oeuvre

Première chapelle nord.

Élévation ouest

Plinthe

Grand appareil molasse

3 assises en retour dans les contreforts

Parement.

Moitié inférieur

Petits moellons

Assises suivies horizonta­les. Partie refaites au­ dessus de la plinthe sur 55 cm de haut

Parement.

Moitié supérieur

Blocage enduit

Moyen appareil au-dessus de la fenêtre

Contrefort nord-ouest

Moyen appareil. molasse

Assises avec joints un peu épais (1 à 2 cm). Harpage continu dans le blocage su les trois-quarts de la hau­teur

Fenêtre

Moyen appareil. molasse

Piédroit gauche, quatre premières assises cohérentes avec le harpage du contre­ fort. Piédroit droit non cohérent avec le harpage du contrefort de la nef

Première chapelle nord. Élévation nord

Angles nord-est nord-ouest. Moitié inférieure

Moyen appareil. molasse

Chaînage au nord-est. Chaî­nage prolongé en assises sur 2 m au maximum au nord-ouest

Joints un peu épais

Angles nord-est nord-ouest. Moitié supérieure

Moyen appareil. molasse et calcaire blanc

Chaînage seul à joints fins

Parement.

Moitié inférieur

Petits moellons

Assises suivies horizonta­les

Parement.

Moitié supérieur

Blocage enduit

Parement. Assises inférieures

Moyen et grand appareil. molasse et calcaire blanc

Une assise suivie + trois assises partielles au cen­tre

Jour

Moyen appareil. molasse

Piédroits prolongés en parement. Percé après coup

Fenêtre

Moyen appareil. calcaire blanc

Piédroits, arc, remplage. Percé après coup

Deuxième chapelle nord. Élévation nord

Fondation

Calcaire blanc. Galets

Semelle débordante qui affleure

Parement.

Moitié inférieur

Moyen et grand appareil. molasse et calcaire blanc

Assises relativement suivies. Quelques pierres en délit. Remplois (marques R, I, P)

Parement.

Moitié supérieur

Blocage enduit

Fenêtre

Calcaire blanc. Pierre de taille

Piédroits et arcs

Troisième chapelle nord. Élévation nord

Fondation

2 assises débordantes. Blocs en molasse

Relativement assisé

Parement. 3/4 de la hauteur

Moyen appareil. molasse

Quart inférieur délimité par une assise de réglage (15 cm) à 2, 50 m du sol. Joints fins

Parement 4ème quart supérieur

Blocage enduit et Moyen appareil.

Chaînages appareillés

2 jours

Pierre de taille

Cohérents avec le parement

Fenêtre

Pierre de taille. Calcaire blanc

Non cohérente avec le parement. Percée après coup

Quatrième chapelle nord. Élévation nord

Fondation

Une assise appareillée

Talutée

Parement. 3/4 de la hauteur

Moyen appareil. molasse

Assises suivies horizontales. Trous de boulin sur 3 ni­veaux. Marques XX, V, L

Parement 4ème quart

Blocage enduit et Moyen appareil.

Chaînages appareillés

Fenêtre. Premier niveau

Pierre de taille. Calcaire blanc

Non cohérente avec le parement. Percée après coup

Fenêtre. Deuxième niveau

Pierre de taille. Calcaire blanc

Cinquième chapelle nord.

Partie inférieure saillante

Parement

Blocage enduit

Baies

Pierre de taille

Cinquième chapelle nord. Cage d'escalier ( partie haute )

Parement. Face nord

Blocage et Moyen appareil.

Chaînage appareillé ( angle nord-ouest ). Fenêtres cohérentes

Parement. Face ouest

Brique pleine

Assisée

Cinquième chapelle nord. Partie supérieure en retrait

Parement. Partie gauche

Moyen appareil. molasse

Assises suivies

Fenêtre

Pierre de taille. Calcaire blanc

Non cohérente avec le parement.

Parement. Partie gauche. Haut

Blocage

Fenêtre cohérente

Parement. Partie droite (contrefort 5)

Moyen appareil. molasse et calcaire blanc

Assises suivies. Marques Lq

Sixième chapelle nord

Parement. 3/4 de la hauteur

Moyen appareil. molasse

Assises suivies. Joints fins. Trous de boulin sur un ni­veau. Contreforts et fenêtres cohérents. Marques E, A

Parement 4ème quart

Blocage et Moyen appareil.

Chaînages appareillés. Fenêtre cohérente. 6 trous de boulin sur un ni­veau

Sixième chapelle nord. Élévation est

Parement 4ème quart

Blocage et Moyen appareil

Première chapelle sud.

Élévation ouest

Parement

Blocage et Moyen appareil

Chainages. Pilastres d'angle sud-ouest. Taluté sur sa face sud

Première chapelle sud.

Élévation sud

Partie oblique

Plinthe

Moyen et grand appareil en molasse

Sur deux assises

Parement

Blocage et Moyen appareil. En molasse. Fenêtre calcaire blanc

Chaînages d'angle. Fenêtre cohérente

Première chapelle sud.

Élévation sud

Partie haute en retrait

Parement

Blocage et Moyen appareil. molasse et calcaire blanc

Chaînage et fenêtre cohérente

Première chapelle sud.

Élévation sud

Partie haute

Parement

Blocage et Moyen appareil. molasse et calcaire blanc

Chaînage et fenêtre cohérente

Deuxième chapelle sud.

Élévation sud

Plinthe

Moyen et grand appareil en molasse

Sur trois assises liées aux contreforts

Parement

Blocage et Moyen appareil

Chaînages appareillés aux dessus des contreforts. Fenêtre et cadran solaire cohérent. Surélévation au dessus du pignon.

Contreforts

Moyen appareil. molasse

Deux assises d'harpage sur deuxième chapelle sud et troisième chapelle sud

Deuxième chapelle sud.

Élévation est

Parement

Blocage et Moyen appareil. molasse et calcaire blanc

Chaînage et fenêtre cohérente

Troisième chapelle sud. Bas

Plinthe

Moyen et grand appareil

Trois assises liées et assises de fondation ezt blocage liées à la deuxième chapelle sud

Parement

Blocage et Moyen appareil

Relativement assisé. Fenêtre cohérente

4. Structure

Parti de plan des chapelles

Toutes les chapelles latérales ont été aménagées entre les contre­ forts de la nef par la suppression du fond des arcades latérales sur toute leur largeur. Trois chapelles seulement s'inscrivent exactement dans la profondeur des contreforts : cinquième nord ; quatrième et cinquième sud. Les autres sont plus profondes ou plus larges.

- Première chapelle nord : établie sur un plan barlong orienté est­ ouest, c'est la plus ample de toutes les chapelles bordant la nef. Sa profondeur excède la longueur des contreforts mais aucune reprise n'est visible du côté ouest. Couverture par une croisée d'ogives.

- Deuxième chapelle nord : plan rectangulaire orienté nord-sud dont le fond est aligné sur la première chapelle. Au fond, aménagements laté­raux établis derrière les contreforts. A droite, enfoncement dans l'épaisseur du contrefort 3. Voûte en berceau en plein-cintre.

- Troisième chapelle nord : même disposition alignée sur la précédente.

- Quatrième chapelle nord : même disposition légèrement moins profon­de. Le fond, surajouté aux contreforts 4 et 5 a un plan parfaitement régulier. L'espace laissé vide entre cette chapelle et la précédente en arrière du contrefort a été obturé par une paroi en blocage. A l'en­trée de la chapelle, la pile 4 de la nef a été évidée pour donner accès à une chaire (escalier tournant). A droite, enfoncement dans l'épaisseur du contrefort. Voûte en berceau en plein cintre.

- Cinquième chapelle nord : même disposition. Le mur du fond est ali­gné sur la face nord des contreforts 5 et 6, un enfoncement est creusé dans ce dernier. Voûte en berceau en plein cintre.

- Sixième chapelle nord (sacristie) : plan barlong orienté est-ouest aménagé entre les contreforts 6 et 7. L'approfondissement vers le nord a un plan régulier cantonné de deux contreforts obliques. Voûte d'ogives.

- Vestibule et cage d'escalier nord : entre les chapelles 4, 5 et 6. L'entrée actuelle de la sacristie comprend un couloir voûté en berceau et un petit escalier en vis à gauche sur noyau hélicoïdal.

Cet escalier donne accès à : - la tribune de l'orgue

- une pièce sous comble au-dessus du couloir

- une pièce sous comble au-dessus de la sacristie.

- Première chapelle sud : elle se compose de trois parties :

- la première s'inscrit entre les contreforts 1 et 2 ; ce dernier est creusé d'un enfoncement. Voûte en berceau en plein-cintre. Le con­trefort 2 présente à mi-hauteur des traces d'ancrage d'une voûte en berceau. Le parement est en effet interrompu régulièrement ; l'entrée de ce dispositif est marqué par l'ancrage d'un arc distinct du berceau.

- La deuxième légèrement plus large est couverte d'une coupole en pendentif. L'élargissement plus profond du côté ouest que du côté est a été masqué par une cloison délimitant un placard.

- La troisième comprend une travée droite sous un arc en plein cintre et une abside en cul-de-four dont la moitié gauche est séparée par une cloison d'un réduit de plan triangulaire.

- Deuxième chapelle sud : elle se compose de trois parties :

- la première s'inscrit entre les contreforts 2 et 3. Le contrefort 2 est creusé d'un enfoncement. Voûte en berceau en plein-cintre.

- La deuxième presque carrée est légèrement plus large que profonde Elle a un plan octogonal couvert d'une coupole en pendentif. Elle ouvre latéralement sur les première et troisième chapelles.

- La troisième partie a un plan rectangulaire cantonné de ressauts portant les retombées de la voûte d'arêtes ; les angles sud-est et sud-ouest sont renforcés de contreforts obliques.

- Troisième chapelle sud (vestibule) : elle se compose de deux parties:

- la première est couverte de deux voûtes d'arêtes dont la deuxième a une largeur supérieure à la première et abrite la porte du cloître.

- La deuxième partie est un volume plafonné flanqué à 1'est d'un dispositif constitué d'un couloir couvert du nord au sud, d'un grand arc en quasi plein cintre et d'un demi arc segmentaire ; le couloir traverse la pile soutenant ces deux arcs.

- Quatrième chapelle sud : sa clôture sud s'aligne sur l'extrémité des contreforts 4 et 5. Le contrefort 4 est creusé d'un enfoncement. Voûte en berceau en plein-cintre.

- Cinquième chapelle sud : même disposition. Le contrefort 5 est creusé d'un passage coudé entamant le cœur de la pile correspondante. Ce passage donnait accès à une chaire disparue.

Étage

- Troisième chapelle sud : une chapelle barlongue plafonnée occupe la surface des deux voûtes d'arêtes du rez-de-chaussée. Elle ouvre sous forme d'une loggia sur la nef dans la troisième arcade latérale. L'accès se fait par l'est, à partir de l'escalier situé au sud-ouest du cloître.

5. Élévations

A. Élévations intérieures

- Première chapelle nord : entièrement cachée par les lambris. Ebra­sement en arc brisé de la fenêtre ouest et fausse fenêtre est.

Mouluration des ogives : tore axial à filet puis de part et d'au­tre, filet, cavet, filet, quart-de-rond, filet et partie droite.

A l'entrée de la chapelle, la face antérieure vers la nef des deux piles qui l'encadrent, conserve le départ d'un décor de panneaux à motifs lobés chanfreinés ; couronnement par une corniche dont ne subsis­tent que des éclats à gauche. Ce décor comprend six registres. La mesu­re précise des fragments permit de proposer une restitution de clôture comprenant dix travées de panneaux répartis sur six registres ; au pre­mier registre, les motifs sont identiques (arc brisé avec trilobe). Aux autres registres les motifs sont alternativement verticaux et horizon­taux. La position de la porte est supposée.

Première chapelle latérale nord.Première chapelle latérale nord.

- Deuxième chapelle nord : côté ouest : chaînage du deuxième rouleau d'arcades de la nef ; parement en moyen appareil au contrefort piqueté et rejointé, partiellement remplacé en partie basse et au sommet par du blocage rejointé. Au-dessus de la porte du placard, collage de l'angle nord-est du contrefort 2 sur une partie seulement de la hauteur. Côté nord, blocage rejointé. Côté est : retour en blocage du fond collé sur une hauteur partielle sur l'angle nord-ouest du contrefort 3. Le parement en moyen appareil de celui-ci est entamé dans sa partie haute et remplacé par du blocage. En partie basse, niche (confessionnal ) sous arc segmentaire. Chaînage en moyen appareil du deuxième rouleau. L'arra­chement du mur de fond de la deuxième arcade supprimé est peu visible.

Cordon mouluré régnant sur les trois côtés. Dans la lunette nord, fenêtre jumelée.

La voûte présente quatre parties du sud au nord ; la premiere cor­respond au deuxième rouleau; deuxième partie enduite (négatif du mur supprimé) ; troisième partie en moyen appareil ; quatrième partie en blocage.

- Troisième chapelle nord : entièrement masquée par les lambris.

Troisième chapelle latérale nord (chapelle du Saint-Sacrement) : vue d'ensembleTroisième chapelle latérale nord (chapelle du Saint-Sacrement) : vue d'ensemble

- Quatrième chapelle nord : les trois élévations sont enduites mais les collages des contreforts ont cédé et sont très visibles. Mêmes cor­don et fenêtre que dans la deuxième chapelle nord.

Quatrième chapelle latérale nord, vue d'ensemble prise de la nef.Quatrième chapelle latérale nord, vue d'ensemble prise de la nef.

- Cinquième chapelle nord : mêmes remarques.

- Sixième chapelle nord (sacristie) : toute la partie inférieure des élévations est masquée par lambris et placards.

- Côté ouest : parement en moyen appareil du contrefort 6 et colla­ge indistinct de son angle sud-est. Porte de l'escalier ouvrant sur une coursière en bois donnant accès à la tribune de l'orgue.

- Côté nord : parement homogène en moyen appareil; fenêtre centrale ébrasée en arc brisé.

- Côté est : collage de l'angle nord-ouest avec trace de baie murée du contrefort 7 en moyen appareil.

- Côté sud : fermé en partie basse par une clôture de 3, 50 m com­ prenant une porte en pierre de taille avec mouluration et bases prisma­tiques prises dans une recharge de mortier et une succession de placards de bois sous une structure maçonnée et plâtrée (linteaux et piédroits). Cette structure porte la tribune de l'orgue. Celui-ci prend place sous un arc brisé mouluré retombant sur des culots arasés au niveau du plan­cher de la tribune. La voûte d'ogives retombe sur quatre culots pyrami­daux ; les formerets (talon, filet) sont réguliers, sauf au sud : posi­tion normale sur la moitié est ; en position de larmier de l'arc ouvrant sur le chœur et donc décollée la voûte, sur la moitié ouest. Voûtains appareillés.

- Première chapelle sud :

- Côté ouest :

- Première partie : chaînages et moyen appareil partiellement remplacés par du blocage rejointé.

- Deuxième partie : paroi enduite sous un arc en plein cintre mouluré.

- Troisième partie : partie droite en blocage avec chaînage en moyen appareil. Rejointé.

- Côté est :

- Première partie : chaînage du deuxième rouleau de l'arcade sur la nef remplacé par du blocage au-dessus de cinq assises en moyen appareil encore en place ; traces d'arrachement du mur de nef dans la moitié inférieure avec départ d'un arc sur imposte arasée à 2, 32 m de hauteur ; parement en moyen appareil rejointé dans la moitié inférieur (H. 3, 10 m); au-dessus blocage rejointé.

- Deuxième partie : paroi en moyen appareil simple sur les trois­ quarts de la hauteur ; au-dessus partie enduite, en retrait dans la lunette ; porte rectangulaire.

- Troisième partie : chaînages en moyen appareil et blocage rejointé.

Toutes les parties droites sont couronnées d'un cordon mouluré.

- Abside : arc triomphal orné d'un tore et d'un rang de dents de scie ; deux chapiteaux historiés . Cordon mouluré à la naissance du cul-de-four. Ensemble enduit et badigeonné. Fenêtre axiale à double rouleau mouluré et festonné sur colonnettes Cette fenêtre prend jour dans le réduit placé à l'arrière de l'abside, lui-même éclairé par une autre fenêtre.

- Voûtes :

- Première partie : deuxième rouleau appareillé sur la nef puis berceau enduit.

- Deuxième partie : coupole en pendentif décapée.

- Troisième partie : berceau décapé. Cul-de-four enduit.

- Deuxième chapelle sud :

Les élévations sont homogènes sur leurs deux côtés.

- Première partie : murs est et ouest, enduits.

- Deuxième partie : élévations appareillées et badigeonnées ; bases et impostes moulurées dans les parties obliques. Deux portes laté­rales rectangulaires surmontées d'un entablement sur consoles et d'une table ornée de crossettes et de goutte; corniche au-dessus de laquel­le s'élève une fausse tribune : balustrade et claire-voie en treillis de bois, entablement et table circulaire dans la lunette.

- Troisième partie : élévations en moyen appareil à joints fins encadrés de doubles ressauts dans les angles ; bases et cordons moulu­rés. Fenêtres latérales galbées. Le côté sud est entièrement couvert d'un lambris.

- Voûtes :

- Première partie : berceau. Le badigeon s'est écaillé à l'aplomb du mur de nef disparu.

- Deuxième partie : coupole en pendentif badigeonnée ; médaillon central mouluré entouré de 8 fleurons.

- Troisième partie : voûte à double arête avec tableau central octogonal mouluré orné de 4 étoiles noires et d'une croix de malte cen­trale.

Deuxième chapelle latérale sud (chapelle du Rosaire). Vue de la fausse tribune du mur ouest.Deuxième chapelle latérale sud (chapelle du Rosaire). Vue de la fausse tribune du mur ouest. Deuxième chapelle latérale sud (chapelle du Rosaire). Deuxième et troisième travées, vues du nord.Deuxième chapelle latérale sud (chapelle du Rosaire). Deuxième et troisième travées, vues du nord.

- Troisième chapelle sud (vestibule) :

- Première partie : ensemble badigeonné. Aucune trace.

- Deuxième partie : entrée sous un arc en anse de panier mouluré sur impostes moulurées. Trois côtés enduits. Côté est : un pilier appa­reillé en moyen appareil porte, à gauche, un arc en plein cintre chan­freiné dont la retombée nord est plus haute que sur le pilier ; à droite, demi-arc chanfreiné segmentaire. Les claveaux de ces deux arcs paraissent extradossés.

Troisième chapelle sud, côté est, arcs.Troisième chapelle sud, côté est, arcs.

- Quatrième chapelle sud : entièrement habillée d'un décor de pierre sculpté néo-roman. Côtés est et ouest : premier niveau : trois arcades sur colonnettes ; cordon et frise ornée de rinceaux ; deuxième niveau : cadre orné de boules sous un cordon de billettes cintré au centre ; entablement avec frise de rinceaux. Côté sud : au premier niveau, deux arcades encadrent 1'autel et son retable ; deuxième niveau, tableau, lunette : fenêtre jumelée.

- Voûte : berceau dont la moitié nord est appareillée en moyen appareil, l'autre moitié en blocage rejointé.

- Cinquième chapelle sud : deux chaînages en moyen appareil visible dans la moitié supérieure au-dessus des lambris. Murs en blocage rejoin­té. Cordon mouluré. Côté sud dans la lunette : fenêtre jumelée.

- Voûte : deuxième rouleau de nef en moyen appareil, le reste en blocage rejointé.

B. Élévations extérieures

- Élévation nord : constituée par la succession des chapelles au­ dessus desquelles et en retrait s'élève la partie supérieure du mur de la nef.

Elévation nord, enfilade depuis l'est.Elévation nord, enfilade depuis l'est. Elévation nord, enfilade depuis l'ouest.Elévation nord, enfilade depuis l'ouest.

- Les chapelles forment un ensemble irrégulier dans sa hauteur et son organisation.

- Première chapelle nord : chaîne d'angle nord-est arrondie jusqu'à la onzième assise. Chaîne d'angle nord-ouest prolongée en parement sur 1, 65 m de long, jusqu'à un collage rectiligne de huit assises. Au cen­tre, deux baies superposées : jour ébrasé dont le bas paraît en place, mais dont le linteau manque ; fenêtre ébrasée en arc brisé, murée, avec remplage formant deux lancettes et une rosace trilobée ; profils chan­freinés. Couronnement par corniche plate se prolongeant sur la troisième chapelle:

Première chapelle nord, archère et fenêtre nord.Première chapelle nord, archère et fenêtre nord.

- Deuxième chapelle nord : dans la partie supérieure, fenêtre jume­lée aux arcs soulignés d'un larmier retourné.

- Troisième chapelle nord : pas de chaînages d'angles réguliers dans la partie basse mais interpénétration, à droite, avec le parement de la deuxième chapelle. Trois baies : deux jours rectangulaires chanfreinés murés, symétriques. Au milieu, fenêtre en arc brisé ébrasée murée.. Au­- dessus de cette fenêtre, la deuxième assise paraît avoir deux motifs circulaires en creux remplis de mortier. Assise en surplomb sous la corniche.

- Entre la troisième et la quatrième chapelle, espace vide fermé dans sa moitié inférieure par un mur en blocage.

Troisième chapelle nord, élévation nord, vue de volume prise d'en bas.Troisième chapelle nord, élévation nord, vue de volume prise d'en bas.

- Quatrième chapelle nord : deux fenêtres superposées : la première, en arc brisé à l'ébrasement légèrement concave, murée. La deuxième, identique à celle de la deuxième chapelle nord.

- Élévation de l'entrée de la sacristie, sur deux niveaux : au pre­mier, deux fenêtres rectangulaires nues, la deuxième murée et remplacée par une porte cimentée ; à gauche de la première, canal monolithe verti­cal d'écoulement. Au deuxième niveau, une seule fenêtre rectangulaire. Corniche plate.

- Élévation de la cage d'escalier : deux fenestrons superposés nus. Corniche plate.

- Cinquième chapelle nord : au-dessus de la toiture de l'entrée de la sacristie, fenêtre jumelée identique aux deux précédentes et, au­ dessus, fenêtre rectangulaire nue. Couronnement par une assise débordan­te.

- Sixième chapelle nord (sacristie) : fenêtre centrale en arc brisé ébrasée ; au-dessus, larmier en retour sur les contreforts d'angle ; ceux-ci, couronnés d'un chaperon incliné débordant sur un chanfrein. Dans la partie supérieure, fenêtre en arc brisé ébrasée. Corniche plate.

- Élévation est de la sixième chapelle nord : même larmier venant buter sur le septième contrefort de la cathédrale. Au-dessus, traces d'extrados d'une fenêtre en arc brisé supprimée.

- Élévation ouest de la première chapelle sud : aveugle.

- Élévation biaise de la première chapelle sud : un seul niveau avec fenestron en arc segmentaire.

- Élévation sud de la deuxième partie de la première chapelle sud : fenêtre en arc segmentaire partiellement cachée par la toiture de la troisième partie.

- Élévation sud de la deuxième chapelle sud : mur-pignon percé d'une fenêtre en arc segmentaire murée encadré de deux contreforts d'angle. Au sommet cadran solaire sculpté. Le pignon est couronné par une suré­lévation coiffée d'un cordon.

- Élévation sud de la troisième chapelle sud : fenêtre en arc segmen­taire.

- Quatrième chapelle sud - Cinquième chapelle sud : élévation partielle en moyen appareil conservée sur deux assises ; elle surmonte une plinthe faite avec des pierres remployées dont certaines portent des marques de tâcherons romanes. La surélévation (en blocage ?) est enduite. Chaque chapelle est ajourée d'une fenêtre jumelée ouvrant dans cette surélévation enduite.

1Cf. dossier ENSEMBLE CATHEDRAL
Vocables Notre-Dame et Saint-Véran, Saint-Véran
Destinations église paroissiale
Dénominations cathédrale
Aire d'étude et canton Cavaillon - Cavaillon
Adresse Commune : Cavaillon
Adresse : place Voltaire
Cadastre : 1832 G1 666 ; 1982 CK 711

L'évêché de Cavaillon existe depuis le 4e siècle. Mais la cathédrale ne conserve pas de partie visible antérieure au 3e quart du 11e siècle, époque à laquelle on peut situer la construction de la façade occidentale (remaniée au 17e siècle) correspondant à un édifice à nef centrale et collatéraux couverts d'une charpente. Entre le dernier quart du 12e et le milieu du 13e siècle a eu lieu la construction de l'édifice actuel, successivement la nef, le choeur et le clocher. Les chapelles latérales ont été logées entre les contreforts entre le 1er quart du 14e siècle et le milieu du 15e siècle. En 1496, la commune a fait placer sur le soubassement carré du clocher le clocheton de l'horloge. Endommagée lors de l'occupation de Cavaillon par les protestants en 1562, la cathédrale a été entièrement réaménagée et décorée, notamment l'abside, dont le cul-de-four polygonal a dû être rebâti en 1649. Les derniers agrandissements concernent les chapelles latérales du côté sud : le vestibule (3e chapelle) surmonté de la tribune ou chapelle de l'évêque édifié en 1681 par les maîtres maçons cavaillonnais Georges Demorthe et Pierre Benoît ; la 2e chapelle (N.-D. de la Nativité) en 1683 par Pierre Benoit ; la 1ère chapelle (Saint-Eloi, puis Saint-Sacrement) en 1685 par les mêmes, puis en 1763 par les maîtres maçons avignonnais Jean et Jean-François Rochetin sur des plans de l'architecte Jean-Baptiste II Péru.

Période(s) Principale : 3e quart 11e siècle
Principale : 4e quart 12e siècle
Principale : 1er quart 13e siècle
Secondaire : 14e siècle
Secondaire : 1ère moitié 15e siècle
Secondaire : 2e quart 17e siècle
Secondaire : 4e quart 17e siècle
Secondaire : 3e quart 18e siècle
Dates 1496, daté par source, daté par travaux historiques
1649, daté par source, daté par travaux historiques
1681, daté par source, daté par travaux historiques
1763, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Demorthe Georges, maître maçon, attribution par source
Auteur : Benoît Pierre, maître maçon, attribution par source
Auteur : Rochetin Jean, maître maçon, attribution par source
Auteur : Rochetin Jean-François, maître maçon, attribution par source
Auteur : Péru Jean-Baptiste II,
Jean-Baptiste II Péru (1707 - 1790)

Jean-Baptiste II Péru, architecte et sculpteur avignonnais. Fils de l'architecte Jean-Baptiste I Péru. Principaux travaux :

Achèvement de l'église de l'Oratoire commencé par son père ; construction de l'église de Morières en 1767 et celle de Sorgues en 1768 ; construction de la 1ere chapelle sud à la cathédrale de Cavaillon, 1763 ; construction de la porte de l'Oulle à Avignon, 1786 (détruite) ; autels des Célestins (1750 - de nos jours à l'église Saint-Didier), de l'église Saint-Agricol (1777), de la chapelle des religieuses de Sainte-Catherine (aujourd'hui à Saint-Agricol), de l'église des Dominicains de Bordeaux et des cathédrales de Dax et Carcassonne ; obélisque de la fontaine de Fontcouverte, route de Montfavet (1777).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Édifice composé d'une nef, d'un chœur et d'un clocher-tour entièrement bâtis en moyen-appareil de molasse. La nef a 5 travées couvertes en berceau brisé, séparées par des doubleaux à double rouleau retombant sur des consoles et des colonnettes sculptées. Les arcades latérales à double rouleau ouvrent sur des chapelles latérales édifiées en maçonnerie de blocage enduit entre les contreforts qui étayent les doubleaux. La plupart de ces chapelles n'ont qu'une travée courte voûtée en berceau plein-cintre, les 3 premières du côté sud ont 3 travées au voûtement varié (berceau en plein-cintre, voûte d'arêtes, coupole en pendentifs, cul-de-four, voûte à arêtes doubles), la première chapelle du côté nord est couverte d'une croisée d'ogives. Le chœur comprend deux parties : une travée droite couverte d'une coupole nervurée et une abside pentagonale couverte d'un cul-de-four polygonal aux quartiers inégaux. Une grande sacristie voûtée d'ogives flanque au nord la travée droite du chœur, qui supporte le clocher-tour formé d'un soubassement carré contenant la coupole et d'un étage octogonal couvert d'un autre coupole nervurée. Un petit escalier en vis en pierre de taille, logé à l'intérieur du contrefort sud-est, donne accès à l'étage du clocher, qui prend jour sur chaque côté par une fenêtre en plein-cintre entre deux colonnettes. Un lanterneau surmonte le cul-de-four de l'abside. Des dalles de pierre couvrent les extrados de la nef, de l'abside et du clocher, des toits de tuile creuse en appentis les chapelles latérales.La façade occidentale, scandée par 4 contreforts, superpose une grande fenêtre en plein-cintre sous un fronton courbe à une porte rectangulaire au chambranle à crossettes.

Murs molasse
enduit
moellon
moyen appareil
Toit pierre en couverture, tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte en berceau brisé
coupole à trompes
cul-de-four
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures extrados de voûte
appentis
toit polygonal
lanterneau
Escaliers escalier en vis sans jour
Techniques sculpture
sculpture
peinture
vitrail
menuiserie
ferronnerie
Représentations acanthe feuille d'eau rai de coeur ornement végétal ornement animal humain fabuleux
Précision représentations

Sur les contreforts sud des arceaux ornés de frises de rais de cœur et de rinceaux et sous l'avant-toit du chevet une frise de feuilles d'eau et d'acanthes sur des modillons (très érodés) ornés de motifs végétaux, de têtes d'animaux réels ou fantastiques, de mascarons.

Edifice remarquable dans son ensemble par la qualité de son architecture et l'abondance de son décor.

Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1840

Références documentaires

Documents d'archives
  • Prix-fait d'un retable en pierre pour le chœur de la cathédrale de Cavaillon (projet avec dessin de Claude Furet). 1605. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : 4 G 38.

    f°90, 22 octobre 1605
  • Prix-fait d'un retable-reliquaire pour l'autel de saint Véran de la cathédrale de Cavaillon (projet avec dessin à la plume de Claude Furet, contresigné par Jérôme, évêque de Cavaillon et Étienne Martellange). [1609]. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : 4 G 38.

    f°100, [1609]
Documents figurés
  • Vue géométrale du chevet [de la cathédrale Saint-Véran de Cavaillon] / Dessin au crayon non signé, [1ère moitié 19e siècle]. Bibliothèque municipale Inguimbertine, Carpentras : fonds Laurens, album 1855 "Architecture" (n°86).

    f°55, [1ère moitié 19e siècle]
  • Cavaillon. [Chevet, absidiole d'axe.]. Dessin, sd.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Sauze Elisabeth - Fray François - Guild Rollie - Reynier Françoise - Poulin Yvan