Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

canal d'irrigation dit Source de La Barre

Dossier IA04001041 réalisé en 2007

Fiche

Appellations Source de La Barre
Parties constituantes non étudiées réservoir, aqueduc
Dénominations canal d'irrigation
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
Adresse Commune : Castellane
Lieu-dit : la Palud
Cadastre : 1983 E4 non cadastré

Ce canal n'est pas porté sur le plan cadastral de 1834, ni sur celui de 1983. Cependant, son tracé est repérable grâce aux limites parcellaires, qui sont identiques en 1834 et en 1983. Il est donc possible de supposer que ce canal est antérieur à 1834, et date probablement du 18e siècle. En 1919, un projet des Ponts et Chaussées et de l'Association Syndicale prévoit de capter l'eau de la source du hameau de La Palud et de l'amener par une canalisation en fonte jusqu'à une fontaine-lavoir. Le décompte des travaux, exécutés par Maurice Prud'Homme, entrepreneur à Toulouse, se fait le 16 novembre 1923. Le réservoir, l'aqueduc et les aménagements du ravin datent certainement de cette époque. La dernière campagne d'entretien conséquente date des années 1950, avec l'installation d'une buse en ciment amiante au franchissement de l'aqueduc. En 2007, le canal est en grande partie comblé et il est remplacé par une conduite d'eau en plastique souple. La porte du réservoir est fermée par un cadenas et le curage de l'intérieur est réalisé régulièrement.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Dates 1923, daté par source
Auteur(s) Auteur : Prud'Homme Maurice, entrepreneur, attribution par source

Ce canal d'irrigation est aussi appelé Source de la Barre. Le départ se situe en rive gauche du Ravin de Rouret. Le tracé du canal suit cette rive pendant quelques centaines de mètres, avant de s'orienter au sud-est pour assurer l'arrosage de parcelles situées entre le quartier haut de La Palud et le Ravin du Rouret. Il alimente ensuite la fontaine-lavoir du quartier haut, puis distribue l'eau aux parcelles situées entre les deux quartiers de La Palud. Le départ de ce canal d'irrigation est constitué d'un réservoir de forme allongée, construit en maçonnerie de moellons calcaires, couvert en berceau segmentaire et fermé par une porte métallique. Ce réservoir collecte les eaux de ruissellement qui suintent le long d'une petite falaise de tuf, d'où l'origine probable du nom de la source. A l'intérieur de ce réservoir, juste derrière la porte d'accès, se trouve un petit bassin cimenté dans lequel est installé un ancien départ de canalisation, avec tuyaux en plomb. Environ cinq mètres en aval du réservoir, une dérivation de surverse est aménagée sur le canal. A environ cinq mètres en aval de cette surverse, le canal franchit un ravin tributaire du Ravin de Rouret grâce à un aqueduc en maçonnerie de moellons calcaires. Cet aqueduc est protégé des crues par un série d'aménagements effectués sur le cours du ravin : surcreusement afin de réaliser une chute d'eau au niveau de l'aqueduc, arcs couchés (seuils incurvés en pierre sèche ou en maçonnerie) visant à freiner la vitesse du courant en cas de crue et à piéger les dépôts alluvionnaires. A environ vingt mètres en aval de cet aqueduc, une source est aménagée dans le mur de soutènement du canal. Cette source, dite de La Tuile, servait de lieu de puisage pour les habitants de la partie la plus haute du quartier haut de la Palud, qui ne pouvaient avoir l'eau du canal par gravité.

Murs calcaire
moellon sans chaîne en pierre de taille
Statut de la propriété propriété privée, []
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï