Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

canal d'irrigation de Châteauneuf-de-Chabre

Dossier IA05001354 réalisé en 2016

Fiche

Historique

La partie amont du canal d'arrosage est figurée sur le plan cadastral de 1824. La prise d'eau sur le Buëch se situe alors un peu en aval de l'actuel pont de Laragne, et il se termine au niveau de l'actuel Quartier de l'Ecole. Ce canal alimente également un moulin, néanmoins mentionné comme « ruiné ».

Les délibérations communales de la première moitié du 18e siècle montrent que l'entretien de ce canal, notamment après les pluies d'orage, est réalisé par les habitants, soit par des journées de prestation, soit en travaux d'utilité communale réservés « à la classe pauvre ».

En 1856, un projet d'extension de ce canal est discuté, devant s'étendre originellement sur Antonaves et jusqu'à Ribiers. « Le canal, une fois bien organisé, fera la richesse de la commune et de chaque intéressé en particulier, ainsi que l'espèrent tous les propriétaires qui le désirent depuis longtemps ». Il est prévu « que la chute du canal soit fixée entre les propriétés en culture de vigne […] touchant la rive gauche de Méouge », et que « une partie de la chute d'eau du canal pendant la saison des irrigations soit dirigée sur le quartier appelé le Pied du Plan qui est très éloigné du canal et fait perdre beaucoup de temps aux propriétaires de ce quartier ».

L'abbé Allard précise qu'un décret impérial de mai 1858 donne l'autorisation pour la construction du prolongement du canal, sur 3,2 kilomètres, permettant ainsi l'irrigation de 120 hectares. En 1862, le prolongement du canal est terminé.

Localisation sur la carte IGN.Localisation sur la carte IGN.

En 1873, la « Commission syndicale du canal d'arrosage » tente d'améliorer la gestion de l'ouvrage, car « le canal fonctionne tout à fait mal par suite de l'inobservation du règlement d'eau dans la partie en amont et par le manque d'un garde canal qui puisse dresser des procès verbaux contre les délinquants, comme aussi par l'usage démesuré que font de l'eau les propriétaires des Iles ». Il est donc décidé que « l'entretien du canal, le repurgement et la prise d'eau sera donnée à l'avenir par adjudication à un entrepreneur qui sera sur le prix de l'adjudication d'avoir un garde canal assermenté après l'autorisation préfectorale ».

Par ailleurs, il n'est plus possible de « supporter à l'avenir que les Iles prennent l'eau du canal autorisé de la Plaine » et « une deuxième prise d'eau [sera] faite au Buëch pour leur usage [des Iles] sans aucune communication avec le canal autorisé par décret destiné à la Plaine ».

Modernisé dans le milieu des années 1950, le canal d'arrosage, appelé « Grand Canal », est resté en activité jusqu'aux début des années 1990, date à partir de laquelle il a été remplacé par un système de canalisations enterrées permettant l'aspersion.

Passage du canal d'arrosage au quartier de Touissane. Vue prise du sud.Passage du canal d'arrosage au quartier de Touissane. Vue prise du sud.

Description

Ce canal d'irrigation est aménagé sur une longueur d'environ 5 kilomètres, du Pont de Laragne jusqu'à la Méouge.

Installé au pied de la rupture de pente entre le versant et la plaine du Buëch, son tracé est encore bien visible aujourd'hui. Il est constitué d'une large rigole creusée, soutenue côté plaine par une forte levée de terre. Les dérivations nécessaires à l'arrosage des parcelles riveraine sont aménagées en béton, avec des martelières manuelles métalliques.

Passage du canal d'arrosage au quartier de la Vignasse. Vue prise du nord.Passage du canal d'arrosage au quartier de la Vignasse. Vue prise du nord. Petite vanne, au quartier de la Vignasse.Petite vanne, au quartier de la Vignasse.

Le franchissement des ravins se fait en souterrain. Ainsi, au quartier de la ferme Abel, le franchissement du torrent du Dévez se fait par une longue galerie courbe, couverte par une voûte en berceau plein-cintre, en béton coffré. Les extrémités de cette galerie sont encadrées en arc plein-cintre, en pierre de taille calcaire à claveaux extradossés.

Encadrement de l'ouverture de la galerie, quartier d'Abel.Encadrement de l'ouverture de la galerie, quartier d'Abel. Passage du canal dans la galerie, quartier d'Abel.Passage du canal dans la galerie, quartier d'Abel.

Les chemins agricoles franchissent ce canal sur des petits ponceaux en béton.

Passage du canal d'arrosage sous un ponceau agricole, au quartier de l'Ecole.Passage du canal d'arrosage sous un ponceau agricole, au quartier de l'Ecole.

Appellations canal d'irrigation de Châteauneuf-de-Chabre
Dénominations canal d'irrigation
Aire d'étude et canton Parc naturel régional des Baronnies Provençales - Laragne-Montéglin
Adresse Commune : Val Buëch-Méouge
Lieu-dit : quartier d' Abel quartier de la Vignasse quartier de l' Ecole
Précisions anciennement commune de Châteauneuf-de-Chabre

La partie amont du canal d'irrigation dérivé du Buëch date sans doute du 18e siècle ; il existe déjà en 1787.

Son prolongement vers le sud date des années 1850-1860.

Son exploitation cesse dans les années 1990, lors de son remplacement par des canalisations enterrées permettant l'arrosage par aspersion.

Les possibilités d'arrosage des terres plates des bords du Buëch, protégées par la construction des digues au cours du 19e siècle, ont conduit à un glissement des activités agricoles de la commune, depuis les versants de la Montagne de Chabre vers la plaine du Buëch. Cette dynamique explique en grande partie l'abandon du village et des hameaux perchés, au profit des écarts de la Grange Neuve et du Plan de Châteauneuf, ce dernier devenant progressivement le nouveau pôle communal.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : milieu 19e siècle

Ce canal d'irrigation est aménagé sur une longueur d'environ 5 kilomètres, du Pont de Laragne jusqu'à la Méouge.

Installé au pied de la rupture de pente entre le versant et la plaine du Buëch, son tracé est encore bien visible aujourd'hui. Il est constitué d'une large rigole creusée, soutenue côté plaine par une forte levée de terre. Les dérivations nécessaires à l'arrosage des parcelles riveraines sont aménagées en béton, avec des martelières manuelles métalliques.

Le franchissement des ravins se fait en souterrain. Ainsi, au quartier de la ferme Abel, le franchissement du torrent du Dévez se fait par une longue galerie courbe, couverte par une voûte en berceau plein-cintre, en béton coffré. Les extrémités de cette galerie sont encadrées en arc plein-cintre, en pierre de taille calcaire à claveaux extradossés.

Les chemins agricoles franchissent ce canal sur des petits ponceaux en béton.

Murs béton
calcaire pierre de taille
Couvrements voûte en berceau plein-cintre

Références documentaires

Documents d'archives
  • État de section du cadastre de la commune de Châteauneuf-de-Chabre, 1825. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap, 3 P 279.

  • Délibérations du Conseil municipal de la commune de Châteauneuf-de-Chabre, 1827-1888. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : E DEPOT 2 D 1.

  • Délibérations du Conseil municipal de la commune de Châteauneuf-de-Chabre, 1888-1898. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : E DEPOT 2 D 2.

  • Rapports et délibérations du conseil général des Hautes-Alpes, 1843-1913. Bibliothèque nationale de France, Paris : 4-LK16-21.

  • Canaux d'arrosage dérivés du Buëch, 1849-1939. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : 7 S 845.

  • Canaux d'arrosage dérivés du Buëch, 1859-1953. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : E DEPOT 2 O 7.

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Châteauneuf-de-Chabre. / Dessin à l'encre sur papier par Allec ainé, géomètre du cadastre, 1824. Archives départementales des Hautes-Alpes, Gap : 3 P 378.

(c) Parc naturel régional des Baronnies Provençales - Laurent Alexeï