Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

canal d'irrigation de Blieux

Dossier IA04001273 réalisé en 2008

Fiche

Dénominations canal d'irrigation
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Barrême
Adresse Commune : Blieux
Lieu-dit : Cadastre : 1811 A3, B1 ; 1982 A3, AB

Le canal d'irrigation de Blieux est intimement lié au moulin à farine du village (voir notice IA04001147) dont on peut de façon certaine faire remonter le "terminus ante quem" à 1770, mais qui peut être médiéval, en l'absence de toute mention d'un autre moulin de ce type pour le village. Le canal peut ainsi être lui aussi largement antérieur au 18e siècle, sans certitude toutefois. Son tracé est nettement identifiable sur le cadastre napoléonien levé en 1811, et n'a pas changé depuis lors. Quelques aménagements et réparations, certains récents, sont néanmoins observables sur les trois kilomètres de son circuit.

Période(s) Principale : Temps modernes , (?)
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

L'origine du canal correspond à celle du canal d'amenée du moulin à farine du village au niveau du Bas Chaudoul. Il est ininterrompu sur trois kilomètres jusqu'au quartier de Clot Rouvier. Le canal d'irrigation borde la route départementale 21 sur quelques centaines de mètres avant de s'enfoncer dans la pente sous la Barre de l'Echelette et de s'éloigner de cette dernière. Il se dissocie du canal d'amenée pour poursuivre son cours en contournant la pointe de la Barre de l'Echelette où prend place le village ancien et rejoint le Thouron. Il épouse en contrebas le tracé de la route départementale, s'éloigne après le quartier des Ferrajas pour se rapprocher de l'Asse dans celui de Plan d'Asse et jusqu'au Clot Rouvier où il plonge dans le cours de l'Asse. Sur la majeure partie de son itinéraire, l'eau circule grâce à un canal creusé dans la terre, parfois dans la pierre. Certains aménagements artisanaux sont observables tels que des aqueducs en bois et métal pour assurer l'alimentation en eau dans les portions qui ne peuvent être excavées ou en surplomb (par exemple au quartier des Ferrajas après la cascade sur le Thouron). Ces aménagements nécessitent un entretien régulier assuré par les agriculteurs locaux. Des systèmes de martelières permettent d'orienter le cours de l'eau et d'assécher certaines portions du canal. Des canaux secondaires assurent la distribution de l'eau dans les jardins et les prés traversés, notamment sous la Barre de l'Echelette où l'on observe un système élaboré de ramifications mettant à contribution le terrain pentu pour innerver les terres.

Traditionnellement, il existait des heures d'utilisation du canal pour arroser terres et plantations selon un roulement autrefois préétabli au niveau communal. La vie locale était émaillée de plaintes, contentieux et donc de procès entre riverains agriculteurs signalant des abus et exigeant réparation (dépassement horaire et utilisation en dehors des crénaux attribués). Le canal d'irrigation de Blieux constitue un marqueur identitaire de la vie traditionnelle paysanne. Sa pérennité témoigne d'une nécessité constamment réaffirmée.

Statut de la propriété propriété de la commune
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mosseron Maxence