Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

caisse d'épargne actuellement mairie

Dossier IA04000713 réalisé en 2006
Destinations mairie
Dénominations caisse d'épargne
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
Adresse Commune : Castellane
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : place Marcel-Sauvaire
Cadastre : 2008 AB 243

La caisse d'épargne de Castellane fut autorisée par ordonnance du 5 décembre 1843. Son existence fut brève, et elle cessa rapidement toute activité. L'ordonnance de concession fut donc retirée en 1860. Mais une nouvelle Caisse d'épargne vit le jour à Castellane au début du 20e siècle. Le 12 février 1911, le conseil communal de Castellane vota la vente de la chapelle Saint-Joseph et de l'immeuble attenant servant d'atelier de charron, place de la Grave, au profit de la nouvelle Caisse d’épargne, pour le prix de 5000 francs. Le nouveau bâtiment, construit en 1912, a abrité l'organisation financière jusqu'aux grands changements de statut des Caisses d'épargne des années 1980. Celle de Castellane a alors quitté ses locaux. La mairie s'y est installée en 1989.

Depuis sa construction, le bâtiment a connu peu de modifications extérieures. Une comparaison avec les cartes postales anciennes montre que pendant la plus grande part du 20e siècle, l'édifice était clôturé d'une grille métallique. De son côté, le fronton a perdu le pinacle qui le couronnait initialement.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1912, daté par source

L'ancienne Caisse d'épargne de Castellane est un édifice de plan rectangulaire, à un niveau de soubassement à moitié enterré, un rez-de-chaussée surélevé donnant sur perron du côté de la façade principale et un étage carré. Un escalier droit, dans l'axe de la porte d'entrée, permet d'accéder au perron, devant la travée centrale. Cette dernière comprend au rez-de-chaussée surélevé la porte d'entrée, couverte en plein cintre, dont l'unique voussure est ornée d'une guirlande de fleurs ; un balcon à l'étage, auquel on accède par la baie éclairant le palier du grand escalier ; un fronton dont la base à ressauts est également interrompue. Au centre du tympan se trouve un cartouche sans inscription dont la forme se rapproche de celle d'un écu, sans blason. Il déborde sur la frise de l'entablement. Un rang de denticules souligne la corniche au-dessus des pleins des murs, sauf sur l'élévation postérieure. La frise est ornée d'un flot d'acanthes. De part et d'autre de la travée centrale, aux deux étages, deux baies jumelées sont soulignées par un étroit balcon à balustres et un couronnement continu assez sobre au niveau de la frise de l'entablement. Certains décors se prolongent sur les deux élévations latérales. Ainsi du large bandeau formant entablement intermédiaire entre les deux niveaux, avec une petite corniche, ainsi que des sept filets de chaque niveau, courant sur tous les pleins des murs. L'élévation antérieure, elle, est totalement dépourvue de décor. Même la corniche s'interrompt à son sommet. A l'intérieur, les distributions ont été remaniées depuis la construction au début du 20e siècle. Seule la cage d'escalier, ouverte sur le vestibule dont le sol est couvert de carreaux de ciment, a conservé son décor d'origine. L'escalier est tournant, à jour. Il mêle quart tournant et repos tournant.

Toit tuile plate mécanique
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvertures croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie

Statut de la propriété propriété de la commune, []

Annexes

  • Documents concernant la destruction de la chapelle Saint-Jospeh à Castellane.

    Lettre du sous-préfet au préfet concernant la destruction de la chapelle Saint-Joseph. / 1873/01/26. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 88.

    Démolition de la chapelle Saint-Joseph. Ce projet a été contesté par une partie de la population et par la confrérie des pénitents bleus. La confrérie est attachée à la chapelle, bien que non propriétaire. "Son organisation remonte à 1667 ; sa règle, celle qu'elle s'imposa aux premiers jours, est de se venir au soulagement des pauvres et à l'assistance des agonisants ...". Quant à la chapelle, "... Bâtie en 1590 par le corps des maçons et des charpentiers pouvue d'un bénitier par la création d'un prieuré dû à un legs pieux, cet édifice religieux, saccagé, brûlé même aux différentes époques troublées de notre histoire, puis, toujours relevé, embelli, grâce aux quêtes, aux aumônes d'une population fervente, n'a jamais été, sous l'ancien régime une propriété pénitentière. Ainsi le témoigne l'histoire de Castellane par le prieur Laurensi."

    Tourniaire. Rapport de l'ingénieur ordinaire. Chapelle de St Joseph et église des Augustins à Castellane. / 1872/07/06. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bain : 1 O 88.

    Rapport sur l'état de deux bâtiments religieux. La chapelle Saint-Joseph constitue un danger pour la sécurité publique. Ainsi : "La chapelle de St Joseph est un vieil édifice ayant extérieurement une longueur de 24m20, une largeur de 8,75 et une hauteur sous faîte de 8m50. La construction, ainsi que celle de ses dépendances est vicieuse ; les murs, d'une épaisseur, à la vérité, considérable (elle atteint 0m90 et 0m95) sont en matériaux bruts, de petites dimensions, hourdés imparfaitement au plâtre et faisant entre eux de nombreux vides, ou chambres intérieures. Les mauvaises conditions de solidité de cette église avaient déjà eu de fâcheuses conséquences du temps du prieur Laurensy qui, dans son histoire de Castellane, rapporte la chute de sa voûte et l'ébranlement des murs qui la supportaient." En ce qui concerne l'église des Augustins, il rapporte qu'elle est dans un état de vétusté et de délabrement, et considérant qu'elle n'est plus utile, préconise sa vente ou sa démolition. Les murs sud et nord ont souffert de la poussée des doubleaux, ce qui provoque un bombement et des lézardes ; les contreforts sont détériorés, les pierres de taille étant gélives ; la charpente souffre de l'humidité, notamment les planches soutenant les tuiles."

    Rapport fait et dressé par messieurs Meyfred, Feraud et Guirand. / 1872/07/21. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 88.

    "Le 21 juillet 1872, les maçons Meyfred, Feraud et Guirand font une visite d'expertise commanditée par les recteurs et la commission des pénitents bleus à la chapelle Saint-Joseph sise... sur sa place et à côté des prisons". Le rapport précise : "Cet édifice à une longueur de 24m26 sur une largeur de 8m80 pour une hauteur de 7m85... Nous avons examiné le mur nord qui s'est écroulé dans le bas sur une longueur de 4m pour une hauteur de 3m40 occasionné par la chutte [sic] de la voute de la remise ou écurie qui se trouve adossée à ce dit mur ; ... Le mur levant à une épaisseur de 0,80 à 0m90 construit en platre et pierres ; ... Nous trouvons ce mur encore solide et nous disons même que ce mur pour être retenu moyennant 4 clefs ou thyrrans [sic] en fer qui seraient placés dans chaque thrumot [sic] des croisées c'est-à-dire dans chaque partie de mur existante entre les ouvertures des croisées. ... Le plafon [sic] étant supporté par des poutres placées horizontalement et portant sur les murs levant et couchant ; ce plafon construit en planche et platre est cloué à ses dites poutres ; nous avons trouvé que ce plafon s'est décloué d'une de ces poutres d'environ 0m12 ou 15 centimètres."

    Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Castellane. 13 juin 1873. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 88.

    Le 13 juin 1873, le conseil, après avoir consulté le rapport de l'ingénieur Tourniaire du 6 juillet 1872 et celui des sieurs Meifret, Feraud et Guirand, maçons, autorise des pétitionnaires à faire restaurer la chapelle Saint-Joseph à leurs frais.

    Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Castellane. 1832- 1911./ Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 94.

    1911/02/12 Objet : Vote de gré à gré au prix de 5000 francs de la chapelle de Saint-Joseph et dépendances de la caisse d'épargne. Approbation du cahier des charges, plan des lieux et procès verbal d'estimation. Le conseil vote la vente de la chapelle Saint-Joseph et de l'immeuble attenant servant d'atelier de charron, place de la Grave, au profit de la caisse d'épargne de Castellane, pour le prix de 5000 francs.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Lettre du sous-préfet au préfet concernant la destruction de la chapelle Saint-Joseph. / 1873/01/26. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 88.

  • Tourniaire. Rapport de l'ingénieur ordinaire. Chapelle de St Joseph et église des Augustins à Castellane. / 1872/07/06. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 88.

  • Rapport fait et dressé par messieurs Meyfred, Feraud et Guirand. / 1872/07/21. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 88.

  • Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Castellane. 13 juin 1873. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 88.

  • Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Castellane. 1832- 1911. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 94.

  • Document mentionnant de la construction de la caisse d'épargne en 1912. / Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 4 N 11.

Documents figurés
  • Les Beaux Sites de Provence - CASTELLANE - La Caisse d'Epargne. / Carte postale, 1er quart 20e siècle.

Bibliographie
  • FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses-Alpes. Digne : Vial, 1861, 744 p.

    p. 182 : l'ordonnance de concession de la caisse d'épargne de Castellane date du 3 décembre 1843. Retrait de l'ordonnance en 1860
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud