Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

bourg castral de Verraillon

Dossier IA04000198 réalisé en 2004

Fiche

Appellations bourg castral de Verraillon
Parties constituantes non étudiées château fort
Dénominations bourg castral
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
Adresse Commune : Soleilhas
Lieu-dit : les Coulettes
Cadastre : 1987 B 1188, 1189 ; 1834 B 2309

Le nom de Verraillon apparaît dans une charte du 11e siècle qui relate la donation aux moines de Lérins de deux églises à Puget-Théniers et d'un manse in Verraione. Le village est ensuite cité régulièrement dans les documents administratifs des 13e et 14e siècles. Ses seigneurs, qui portaient le nom de Verraillon, tenaient le château mais habitaient ordinairement en Basse Provence. La population comptait 16 feux en 1278, 19 en 1303-1304, 15 en 1315. La désertion fut officiellement constatée en 1471. Le nom et le fief ont perduré jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, mais le territoire est resté peu exploité, à partir de deux hameaux, les Colettes et Verraillon, créés au 17e siècle.

Période(s) Principale : Milieu du Moyen Age
Auteur(s) Auteur : ,

Le massif montagneux qui forme le quart nord-est du territoire de Soleilhas est formé de deux longues crêtes parallèles à travers lesquelles le torrent de Verraillon, affluent de l'Estéron, se fraye un passage par deux clues très étroites, entièrement aménagées en retenues et cascades successives. Le bourg castral a été implanté sur la paroi est de la clue méridionale et domine à la fois le versant sud du massif, en pente douce jusqu'à l'Estéron, et la combe boisée qui sépare les deux crêtes. Entre deux falaises infranchissables, le site occupe un piton rocheux et la faille voisine, où passe, profondément creusé dans le substrat, le seul chemin de desserte. A l'est du chemin, face au piton où l'érosion n'a rien laissé subsister, apparaissent les ruines d'un édifice (probablement le château), formé d'au moins deux pièces contiguës aux murs parementés en moellons équarris et assisés. La végétation arbustive très dense empêche d'observer le fond de la faille, où devaient se trouver les maisons du village, et le coteau immédiatement sous-jacent, où se dresse l'église paroissiale Saint-Pierre.

Murs calcaire
moellon
Typologies bourg castral de type roque
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée, []

Références documentaires

Bibliographie
  • BARATIER, Edouard. Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d'Anjou en Provence (1252 et 1278). Paris, Bibliothèque Nationale, 1969, 562 p., ill.

    § 201, 211, 825, 827, 828
  • BARATIER, Edouard. La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle. Paris : S.E.V.P.E.N. , 1961, 255 p.

    p. 156-157
  • Cartulaire de l'abbaye de Lérins, éd. Henri Moris et Edmond Blanc. - Paris, H. Champion, 1883, 2 vol

    § 186
  • CLOUZOT, Etienne. Pouillés des provinces d'Aix, d'Arles et d'Embrun. Diocèse de Gap. Paris, Imprimerie Nationale, 1923, CLIII-315 p.

    p. 290, 292, 294
  • ISNARD, Marie Zéphirin. Etat documentaire et féodal de la Haute-Provence. Digne : imprimerie Vial, 1913, 496 p.

    p. 447-449
  • VENTURINI, Alain. Episcopatus et bajulia. Note sur l'évolution des circonscriptions administratives comtales au XIIIe siècle : le cas de la Provence orientale. Dans : Territoires, seigneuries, communes. Les limites des territoires en Provence. Actes des 3èmes journées d’histoire de l’espace provençal, Mouans-Sartoux, 19, 20 avril 1986. Mouans-Sartoux : Publication du Centre Régional de Documentation Occitane, 1987, p 61-140.

    p. 131
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï - Sauze Elisabeth