Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

bastide, blanchisserie et séchoir à figue, puis moulins à huile et à ressence, actuellement logement

Dossier IA06002445 réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination moulin à ressence
séchoir à figues
Appellations moulin Charrier
Destinations logement
Dénominations bastide, séchoir, moulin à huile, blanchisserie
Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Grasse
Hydrographies Ribes les Cascade la
Adresse Commune : Grasse
Lieu-dit : Basses-Ribes
Adresse : route de la Vallée Verte
Cadastre : 1809 D2 133 à 174 ; 2006 HN 85 à 99, 242, 325

Un moulin à huile et une ressence hydrauliques furent implantés sur ce site vers 1780. Il s'agissait alors d'un domaine rural polyvalent comprenant aussi une blanchisserie. Cette activité de blanchissage est signalée sur la propriété en 1714 et côtoie des cultures traditionnelles (vigne, oliviers, figues). Elle avait déjà suscité l'installation d'un batoir (utilisé pour battre les toiles), mentionné sur place à partir 1739. Au 19e siècle, le propriétaire historique de cet établissement, la famille Charrier, le cède par étapes à Jean Joseph Lions et à son fils. Cette mutation de propriété augmente la polyvalence du site avec le développement de cultures florales pour la parfumerie. La blanchisserie semble cesser au milieu du 19e siècle et la propriété n'est plus désignée que comme le siège d'un moulin à huile et à farine. En 1901, les Lions vendent cette propriété rurale à la famille Ollivier. Le moulin est alors hors d'usage. En 1923 il est en ruine. Le reste du site est converti en lieu d'habitation.

Période(s) Principale : Temps modernes
Principale : 4e quart 18e siècle

Cette propriété de plus d'un hectare et demi se répartit de part et d'autre du vallon des Ribes. Trois prés longent le vallon et occupent la plus grande partie du terrain. La rive est comprend les deux plus grands prés et les quatre constructions historiques du site (auxquelles s'ajoute une dépendance récente associée à une piscine).

Il s'agit d'une maison rurale ou bastide, le bâtiment de la blanchisserie et le bâtiment de la ressence. Une route intérieure, doublée d'un canal d'amenée, donne accès à ces diverses installations. Ces dernières sont disposées autour d'une cour qui intègre aussi un jardin ordonnancé.

La bastide est un édifice hétérogène rectangulaire de trois étages avec toits à longs pans couverts de tuiles creuses. En contrebas se trouve l'ancienne blanchisserie constituée de deux corps de bâtiments attenants, l'un de deux étages et l'autre de trois. Ensemble, ils forment un rectangle avec toit à longs pans et tuiles creuses en couverture et abritent l'ancien moulin à huile dont subsistent dans l'étage de soubassement la chambre hydraulique d'une roue horizontale et une seconde chambre hydraulique pour roue verticale. Au rez-de-chaussée surélevé se trouve un broyeur à meule.

Le moulin à ressence se situe dans un bâtiment homogène architecturalement et indépendant des autres constructions. Le toit est à pan unique couvert de tuiles creuses et soutenu par une charpente en bois apparente. L'ancienne roue hydraulique verticale dont ne demeure plus que le logement était placée à l'extérieur, contre le mur latéral est. Intérieurement, l'installation comprend encore, dans l'angle sud-est, un broyeur à meule surélevé. Lui sont accolés des bassins de décantation et un chaudron. Deux presses en chapelle sont encore visibles dans le mur nord.

Enfin, à la limite sud-ouest de la propriété subsiste la ruine d'un moulin à farine. Cette construction assez similaire à la ressence disposait de son propre canal d'alimentation en eau, aujourd'hui hors d'usage. Le site dispose également d'un ensemble de canaux d'irrigation servant à l'arrosage des terrasses de culture et des trois prés.

Murs enduit
moellon
Toit tuile creuse
Couvertures toit à longs pans
États conservations établissement industriel désaffecté

étages non visités dans l'enquête

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cadastre de la commune de Grasse 1720. Archives communales, Grasse : cc59.

    Folio 470 : Compte de Jean-Baptiste Charrier, blanchisseur de toiles à feu Pierre : Baptiste, jardin, pré, terre, vigne, oliviers et arbres fruitiers et blanchisserie aux Basses Ribes. Archives communales, Grasse : cc59
  • Cadastre de l’année 1739 [ 2 - commune de Grasse]. Archives communales, Grasse : CC66.

    Folio 1491 : compte des hoirs de Jean-Baptiste charrier, blanchisseur : batoire, bastide, écurie, réservoir, pré, terre arrosable et non arrosable, vigne, oliviers, figuiers, arbres fruitiers et noyers aux basses ribes.
  • Cadastre de l’année 1750, commune de Grasse [2]. Archives communales, Grasse : CC74.

    Folio 458 : compte des hoirs de Jean-Baptiste Charrier, blanchisseur : batoire, bastide, écurie, réservoir, pré, terre arrosable et non arrosable, vigne, oliviers, figuiers, arbres fruitiers et noyers aux Basses-Ribes. Folio 1965 : Comte de Jean-Baptiste Charrier : bastide, graissier, terre, vigne, oliviers et arbres fruitiers aux basse ribes.
  • Cadastre de la commune de Grasse 1757 [5]. Archives communales, Grasse : CC84.

    Folio 446 : Compte de Jean Honoré Charrier : Fabrique de blanchissage, bastide, four, patec, réservoir, jardin, terre arrosable et non arrosable, vigne, oliviers, arbres fruitiers, mûriers et chênes aux Ribes. Folio 448 : Compte d'Honoré Jean Cauvin, ménager : Moulin à huile au quartier des Ribes construit dans la propriété du dit Charrier et moulin à ressence construit par Charrier dans sa propriété au quartier des Ribes. Folio 449 : Compte de Jean Honoré Charrier : Fabrique de blanchissage, bastide, four, patec, réservoir, jardin, pré, terre arrosable et non arrosable, vigne, oliviers, arbres fruitiers, mûriers et chênes aux Ribes.
  • Cadastre de l’année 1714 (1). [Commune de Grasse]. Archives communales, Grasse : CC57.

    Folio 243 : compte de Jean-Baptiste Charrier, blanchisseur de toiles à feu Pierre : Bastide, jardin, pré, terre, vigne, oliviers, arbres fruitiers et blanchisserie aux Basses Ribes.
  • Acte de vente entre Gabriel Arnoux et Pierre Charrier, fils de Pierre. Dans minutes de Me Bondet, notaire à Grasse, 01/01/1731-31/12/1732. Acte du 15/09/1731, folio 345. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice.

    Folio 345, le 15/09/1731 : vente d'un bâtiment avec vigne.
  • Acte de vente entre Honoré Joseph Charrier et Henry Cresp. Dans minutes de Me Fabre, notaire à Grasse, vendémiaire An XIII au floréal An XIII, folio 401, acte 201. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03 E 078/088.

    Acte 201, folio 401 : 1/2 intégralement du moulin à huile et ses dépendances, de la fabrique à ressence et de ses dépendances avec leur relarguier, attrait, engins, ustensiles, canaux distributifs des eaux, canaux de fuite, écluses, réservoirs et marres et généralement de tous les accessoires comprenant les écuries, grenier à foin, magasins ou jarreries.
  • Acte de partage de la succession de Jean Honoré Charrier. Dans minutes de Me Fabre, notaire à Grasse, vendémiaire an X à ventôse an X. Acte n° 296 du 21 ventôse an X, folio 506. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03 E 078/085.

    Les enfants de Jean Honoré Charrier se partagent les biens de Jean Honoré Charrier dont : immeuble rural partie arrosable, partie non arrosable complanté en oliviers quelques vignes, arbres fruitiers, coupé par un passage voisinal y ayant une fabrique à blanchir les toiles, un moulin à huile et à ressence, le tout contigu aux Basses Ribes.
  • Acte de partage de la succession de Joséphine Charrier. Dans minutes de Me Bertou, notaire à Grasse, 01/01/1839-30/09/1839. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03 E 001/451.

    Acte n°298 du 11/09/1839 : partage entre François Cécile Autran, veuve Pierre Joseph Charrier et Louis Paul Martelly (parfumeur) de la succession de la demoiselle Josephine Charrier épouse du dit Charrier, une propriété rurale au quartier des Basses-Ribes ou soit du blanchissage consistant en une prairie, oliviers, vignes et arbres fruitiers, un bâtiment servant de blanchisserie de toiles, avec le logement du blanchisseur, lequel bâtiment est attenant à celui où se trouve un moulin qui appartient à M. Jean Joseph Lions.
  • Testament-partage de jean Joseph Lions. Dans minutes de Me Sauvaire, notaire à Grasse, 01/01/1851-30/04/1851. 12/03/1851. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03 E 078/180.

    Acte du 12/03/1851 : lègue d'un moulin à huile, à ressence et à farine quartier du Blanchissage, connu sous la dénomination Chauvin, ses prés, terre agrégées d’oliviers, maison, jardin, le tout formant un seul immeuble.
  • Acte de vente entre Honoré Bruno Peillon, Honoré François Charrier et Jean-François Lion. Acte de vente n°159. Dans minute de Me Chauvin, notaire à Grasse, 01/03/1864-30/04/1864. 17/03/1864. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03 E 078/234.

    Acte n°159 du 17/03/1864 : une propriété en oliviers, partie de maison, graissier et toutes dépendances, quartier des Basses-Ribes, lieu dit le blanchissage.
  • Acte de vente entre Honoré Joseph et Pierre Joseph Charrier et Joseph Lions. Dans minutes de Me Fabre, 01/01/1811-14/07/1811. Acte 202 du 24/04/1811, folio 488. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03 E 078/100.

    Achat par Joseph Lions et Henry Cresp à Honoré joseph et Pierre Joseph Charrier : la 1/2 compétente d'une usine que le dit Charrier possède. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03 E 078/100
Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Grasse, 1810/ Plan à l'encre sur papier par Bonafoux, 1810. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 25 Fi 069/1.

    Section D2, parcelles 133 à 174. Echelle d'origine 1/2500e.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Ville d'art et d'histoire, Grasse - Benalloul Gabriel