Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

bassin de port dit bassin Mirabeau

Dossier IA13005879 réalisé en 2015

Fiche

Précision dénomination port de commerce
Appellations bassin Mirabeau
Parties constituantes non étudiées quai, hangar industriel, digue
Dénominations bassin de port
Aire d'étude et canton Bouches-du-Rhône
Adresse Commune : Marseille 16e arrondissement
Adresse : Mirabeau
Cadastre : 2015 OK

La logique développée par les ingénieurs d'une succession de bassins accompagnant la croissance du port rencontre sa limite physique au pied de l'Estaque. Dès le plan-directeur de l'ingénieur Guérard en 1890, le développement du port se tourne vers des ressources externes : le chantier du canal de Marseille au Rhône est décidé en 1903, et la loi du 24 octobre 1919 sur les annexes du port de Marseille projette le développement d'une zone industrialo-portuaire sur le littoral de Port-de-Bouc et le long de l'étang de Caronte. La réalisation du bassin Mirabeau s'échelonne sur une longue durée et donne lieu à de nombreuses remises en question du tracé des ouvrages jusqu'aux années soixante.

Un avant-projet du bassin Mirabeau est tracé en 1911 par l'ingénieur en chef Batard-Razelière qui reprend la disposition oblique des môles, les dimensions sont accrues et la digue extérieure est à nouveau déviée vers le large. Le terre-plein de Mourepiane est construit entre 1901 et 1915 puis aménagés vers 1920. Le bassin Mirabeau est conçu pour recevoir des navires mesurant jusqu'à 300 mètres de long, cet étalon servant à déterminer les linéaires du quai de rive construit en 1916. La construction du bassin Mirabeau est déclarée d'utilité publique par la loi du 24 octobre 1919, sans cependant que son tracé définitif soit décidé.

Dès 1916, le prolongement de la digue est entrepris selon le tracé établi par Batard-Razelière sur une longueur de 275 mètres.

En 1920, un projet de l'ingénieur en chef Renard révise le tracé général des ouvrages intérieurs et propose une disposition des môles parallèles à la rive, qui autorise des quais rectilignes de grande longueur. Ce dispositif, adopté par l'ingénieur ordinaire Léon Gourret pour son projet de môle central du bassin Mirabeau en 1935, ne sera réalisé qu'à la fin des années soixante.

En 1925, une nouvelle section de 300 mètres de digue est construite. Les travaux du bassin Mirabeau reprennent en 1927 en application du décret présidentiel d'autorisation du projet de 1926. Les ingénieurs Bézault et Sainflou font encore évoluer le tracé entre 1930 et 1940. Les ingénieurs Gourret et Barrillon reformulent aussi le projet. La Seconde Guerre Mondiale interrompt les travaux de 1943 à 1946. La forme de radoub n°8 est construite entre 1956 et 1959 et le forme n° 9 est construite vers 1960, elles seront équipées entre 1962 et 1966. La reconstruction du bassin s'achève en 1960. En 1964, un môle baptisé Léon Gourret est construit par Barrillon en hommage à l'ingénieur en chef. Le terminal à conteneurs de Mourepiane est aménagé en 1979.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1919, daté par source
1927, daté par source
1964, daté par source
Auteur(s) Auteur : Barrillon Charles,
Charles Barrillon

Barillon (Charles), Ingénieur général des Ponts et Chaussées. Nommé directeur du Port Autonome de Marseille en 1966.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source
Auteur : Batard-Razelière A.,
A. Batard-Razelière

Ingénieur en chef au service du port de Marseille (1900 à 1918).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source
Auteur : Gourret Léon, ingénieur, attribution par source
Auteur : Bezault
Auteur : Renard L.

Le bassin Mirabeau est le dernier et le plus grand des bassins est du Grand Port Maritime de Marseille, avec une surface d'environ 45 ha. Il se situe entre le bassin Léon Gourret (référence IA13005878) et l'Avant-Port nord (référence IA13005880), a hauteur des quartiers Saint-André et Mirabeau. Il est bordé par le môle Léon Gourret au sud, par le terre-plein de Mourepiane au nord et par la digue transversale est. Les murs de quai sont construits selon le procédé des blocs artificiels à l'est et des cuves alvéolaires à l'ouest. Ce bassin est un terminal croisière. Il abrite trois gares maritimes, une zone de réparation navale industrielle dotée de deux grandes formes de radoub (forme 8 de 320 m de long et forme 9 de 250 m de long) et un terminal à conteneurs équipé de quatre portiques. Des ateliers et hangars de réparation navale sont également présents sur le site. Le bassin dispose de onze postes à quai.

Typologies port de commerce ou industrie
Statut de la propriété propriété d'un établissement public de l'Etat, propriété du Grand Port Maritime de Marseille
Précisions sur la protection

Atlas des paysages : bassin de Marseille ; Secteur Euroméditerranée

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Carteron Sophie
Sophie Carteron

Prestataire extérieur du service mer pour l'opération de repérage du patrimoine des ports en 2015.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.