Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

atelier de teinture des filets de pêche, dit Prud'homie de pêche Teinturerie ou Le Chaudron, actuellement cercle de sociabilité

Dossier IA13000883 inclus dans quartier de l'Estaque-Eglise ou de l'Estaque-Plage réalisé en 1999

Fiche

Edifice exceptionnel par la conservation des installations et par sa rareté même : habituellement dans les petits ports, chaque pêcheur avait son propre chaudron et teignait lui-même ses filets. Il convient de souligner que l'institution des prud'homies de pêche est une particularité méditerranéenne.

Précision dénomination atelier de teinture des filets de pêche
Appellations Prud'homie de pêche - Teinturerie, Le Chaudron
Destinations cercle de sociabilité
Parties constituantes non étudiées logement
Dénominations atelier
Aire d'étude et canton Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
Adresse Commune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : quartier de l' Estaque-Eglise ou de l'Estaque-Plage
Adresse : 110 boulevard Roger-Chieusse
Cadastre : 1978 Estaque K 248

En 1899, Joseph Olive, marchand de planches et entrepreneur, construit un magasin, augmenté en 1900 d'un logis. En 1910, le bâtiment est vendu à la Compagnie des prud'hommes des patrons-pêcheurs de Marseille qui procède à un agrandissement et à l'aménagement au rez-de-chaussée de l'atelier de teinture des filets de pêche. L'étage conserve sa fonction de logement, pour le gardien. La façade actuelle date de cette campagne. Le bâtiment était traditionnellement appelé Le Chaudron, en référence aux cuves servant à la teinture des filets. Il est aussi parfois dénommé prud'homie, terme impropre puisque son usage n'était pas dévolu à l'activité de gestion des affaires professionnelles, le siège social de la prud'homie de Marseille se trouvant en centre-ville. Il semble que cet édifice a remplacé un chaudron plus ancien, dont l'emplacement devait se situer à proximité de l'impasse du Chaudron, étroite venelle proche de l'ancien rivage, bordée de maisons de pêcheurs. Avec la généralisation des filets de pêche en nylon, la teinture des filets est devenue inutile. En 1981, lors d'une première enquête d'urgence réalisée par le service, une source orale a situé la fin de cette activité dans les années 1960. Après 1981, la prud'homie a loué le bâtiment à une association, tout en conservant l'ensemble des installations de la teinturerie. En 1998, l'édifice a été inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Période(s) Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Auteur(s) Auteur :
Personnalité : Olive Joseph, commanditaire, attribution par source

La façade ordonnancée présente trois travées, avec une grande porte centrale, surmontée d'un vaste cartouche rectangulaire portant l'inscription Prud'homie de pêche/Teinturerie. Au rez-de-chaussée et à l'étage, contre le mur du fond s'alignent les installations pour la teinture, toutes en briques, structurées par des poutrelles de fer. Le sol est constitué d'une dalle de ciment. Les installations comprennent plusieurs cuves en cuivre, de tailles plus ou moins importantes suivant leur usage, un canal et des pompes pour la circulation de l'eau, des fosses de trempage et des box de protection pour les pêcheurs chargés d'extraire les filets des fosses de trempage. Au rez-de-chaussée à droite, des petites pièces appelées cabanons servaient de bureau pour le garde et d'entrepôts pour les filets et le tanin. A gauche se trouvait à l'origine un espace libre divisé en deux par un plancher intermédiaire pour le séchage des filets après teinture.

Murs brique
enduit
Toit tuile creuse
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Statut de la propriété propriété d'un organisme professionnel
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1998/05/19
Précisions sur la protection

La teinturerie, en totalité, y compris l'ensemble des installations intérieures (cad. 1978 K 248) : inscription par arrêté du 19 mai 1998.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cadastre napoléonien de la ville de Marseille. 6e section F Séon (Saint Henri). Matrice des propriétés bâties. 1882-1912. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : P 1849 à 1852

    cases 986, 2453 et 2492
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Brunet Marceline - Fuzibet Agnès