Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

arène dite Arènes de Méjanes

Dossier IA13001218 réalisé en 1994

Fiche

HISTORIQUE

L'industriel Paul Ricard a acheté le domaine de Méjanes peu de temps avant la seconde guerre mondiale. Amateur de corridas, il s'intéresse très vite à l'élevage et dès 1945, installe de petites arènes dans la propriété. En 1952, il achète un troupeau de taureaux portugais et élabore à Méjanes un complexe touristique où le public peut assister à des ferrades, et diverses animations. Les alliances contractées par l'une des filles de Paul Ricard avec le matador vénézuélien Cesar Giron, l'autre avec le réjoneador andalou Firmin Diaz, concourent à la création d'une ganaderia qui ne dure que quelques années. Après quoi l'élevage est en grande partie dispersé. Le domaine Ricard conserve une manade de taureaux de race camargue qui paraissent dans les ferrades, festivals taurins ou courses de taureaux ou vaches emboulés. A partir de 1965, le Rejon, corrida à cheval, s'implante à Méjanes qui organise chaque année le Rejon d'Or, interrompu de 1984 à 1991 à cause de la peste équine. Autrefois la temporada commençait le dimanche des Rameaux par une corrida et durait jusqu'au 11 novembre, date traditionnelle de la clôture. Actuellement le calendrier fixe propose une manifestation chaque dimanche d'avril à juillet et la finale du Rejon d'Or à la mi-juillet. Le reste de l'année, ferrades et courses sont organisées à la demande.

Les arènes de Méjanes ont été peu à peu transformées. Les installations modestes des années 1960 ont été aménagées pour répondre aux nécessités des spectacles qui s'y déroulent.

État actuel : très bon.

DESCRIPTION

Elévation vue du nord.Elévation vue du nord.

Situation : le domaine de Méjanes s'étend sur environ 600 hectares au nord-ouest du Vaccarès. Il est accessible par un chemin qui débouche sur la D 37. Les arènes sont proches de la route sur un terrain clos de barrières. Elles sont voisines d'un ensemble d'installations destinées aux touristes, comme restaurant, buvette, abri pour les chevaux de promenade. L'entrée principale ouvre au nord.

Matériaux : socle et gradins anciens en béton. Gradins récents en bois sur structures métalliques.

Structure : l'ensemble est organisé autour d'une piste presque ronde, d'à peu près 30m de diamètre, légèrement bombée pour en permettre le drainage. La piste est entourée de tribunes qui s'interrompent au niveau du toril, à l'est, et du grand portail d'entrée qui sert au passage des chevaux, au nord. Le mur de contre piste est en plaques de béton. Les gradins sont de deux sortes correspondant à des campagnes de construction différentes. Les trois premiers rangs de gradins sont en béton, les dix autres sont des bancs de bois soutenus par une structure de tubes métalliques. Le sommet est limité par un garde fou de tubes métalliques et de grillage. La capacité d'accueil est évaluée à 4500 places.

Le toril, à l'est, est un bâtiment ancien englobé dans la structure et qui comprend 8 boxes. Il communique par un couloir de tri avec le chemin par où avancent les camions qui amènent les taureaux de combat. Le véhicule s'adosse à l'entrée du couloir en béton qui peut être divisé en compartiments par des panneaux qu'un système de contrepoids fait coulisser verticalement. Chaque taureau progresse ainsi, isolé entre les panneaux manœuvrés de l'extérieur, sur tout le parcours, depuis le box du camion jusqu'à celui du toril. On retrouve ce dispositif dans certaines arènes de mas. Il semble qu'il facilite surtout le cheminement des taureaux de race brave particulièrement belliqueux. Un autre couloir, plus petit et en planches, sert à la vaccination des bêtes de la manade. La tribune de présidence est installée au-dessus du toril. Au nord, une cellule en béton abrite les installations de sonorisation*. Elle surmonte la portion de gradins située au-dessus du passage par lequel le paseo et l'attelage qui enlève les taureaux morts, la rastre, pénètrent sur la piste.

Couloir de tri et entrée du toril vus de l'est.Couloir de tri et entrée du toril vus de l'est.

Élévations extérieures :

Élévation nord : Le portail d'entrée est surmonté du revers de la tribune de la rastre et de la cellule de sonorisation. Cette paroi est utilisée comme un monumental panneau sur lequel est peint le nom des arènes et une publicité Ricard. De part et d'autre on voit les structures métalliques des gradins.

Couverture : plaques de fibrociment sur le toril. Toit plat de béton sur la cellule de la sono.

Distribution intérieure : trois entrées dans la section nord et une dans la partie sud permettent l'accès aux gradins. Six escaliers passent sous la structure métallique et débouchent à l'intérieur, au niveau de la partie béton,c'est-à-dire au troisième gradin. Les sections délimitées par ces couloirs d'accès sont divisées en deux par une série de marches qui facilitent la circulation. Le toril, situé à l'est, a deux entrées et abrite 8 boxes,dont deux grands. Occupant un bâtiment annexe, il se prolonge sous la tribune de la présidence jusqu'à l'entrée de la piste. Une tribune en béton, surmontée d'une cellule vitrée où se situe la sono, enjambe le passage réservé au paseo et aux chevaux. Quatre grands mâts supportent chacun 4 projecteurs (3 tournés vers la piste et 1 seul vers l'extérieur), et un haut-parleur. Les burladeiros mobiles, rangés dans la contre piste, sont installés à l'intérieur des barrières au moment des corridas. L'organisation intérieure des arènes est bien soulignée. Des barrières métalliques encadrent les accès et délimitent des paliers. Les places sont numérotées.

CONCLUSION

Les arènes de Méjanes occupent une place particulière. Elles sont situées dans un domaine privé et on y organise à la demande des ferrades ou autres jeux taurins comme dans de nombreuses manades.

Appellations Arènes de Méjanes
Parties constituantes non étudiées tribune du public, portail
Dénominations arène
Aire d'étude et canton Bouches-du-Rhône - Saintes-Maries-de-la-Mer
Adresse Commune : Saintes-Maries-de-la-Mer
Lieu-dit : Mas de Méjanes, Domaine de Méjanes
Cadastre : 1994 B 1043

L'industriel Paul Ricard a acheté le Mas de Méjanes juste avant la Seconde Guerre mondiale ; il y a installé de petites arènes en 1945. Ces arènes ont été réaménagées dans les années 1960. Elles ont été transformées par la suite pour répondre aux nécessités des spectacles publics qui s'y déroulent.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu
Personnalité : Ricard Paul
Paul Ricard (1909 - 1997)

Paul Ricard est un chef d’entreprise et entrepreneur français. Il a créé sur l’Île des Embiez — qu'il a achetée en 1958 — l’institut océanographique Paul Ricard, associée à des programmes de recherche sur la biodiversité et la protection de l’environnement.Outre l'île des Embiez, au large de Six-Fours-les-Plages, il a acquis l’île de Bendor au large de Bandol. La tombe de Paul Ricard est située sur une pointe des Embiez.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

L'ensemble des arènes est organisé autour d'une piste presque ronde, entourée de tribunes. Les trois premiers rangs de gradins sont en béton et correspondent à la première campagne de construction. Ils ont ensuite été prolongés par dix autres rangs en bois sur montants métalliques. A l'est se trouve le toril, divisé en 8 boxes et couvert de plaques de fibro-ciment. Au nord, une cellule en béton avec toit en terrasse abrite les installations de sonorisation.

Murs béton
bois
métal
Toit ciment amiante en couverture, béton en couverture
Plans plan centré
Couvertures terrasse
toit à un pan
États conservations remanié
Statut de la propriété propriété d'une société privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Tuccelli Nicole - Pauvarel Carole