Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
L’Inventaire général étudie tous les objets d’un territoire « de la petite cuillère à la cathédrale ».

Ce portail met progressivement en ligne la plus importante documentation historique, graphique et photographique sur le patrimoine issue de 50 ans d'inventaire dans la région Provence Alpes-Côtes d'Azur. Elle constitue un exceptionnel outil de connaissance du territoire. Plus de 12000 dossiers sont consultables sur ce portail, reflétant la diversité des études menées.

Nous vous souhaitons de belles découvertes.

Focus sur

Le patrimoine industriel de Grasse

Le patrimoine portuaire en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (Alpes-de-Hautes-Provence)

Beaulieu et la villa Kérylos (Alpes-Maritimes)

L'Estaque et Port-Saint-Louis-du-Rhône (Bouches-du-Rhône)

Les ponts du Rhône (Bouches-du-Rhône et Vaucluse)

La villégiature à Hyères et Sainte-Maxime (Var)

Le patrimoine militaire des Hautes-Alpes 

La ligne des Chemins de Fer de Provence (Le Train des Pignes)

 

 

Lumière sur

Ilot 12 de la rue de la République

L'îlot 12 présente une grande homogénéité tant sur le plan du traitement des façades que de l'organisation des appartements. Les élévations sont unifiées par des bandeaux entre les étages et des balcons filants, sans rupture de niveau alors que la rue est pourtant en pente (la différence est compensée en jouant sur la hauteur du premier niveau). L'ordonnance est composée à partir de l'axe de symétrie donné par le N°45, ordonnance à l'échelle de l'îlot et non de chaque immeuble qui s'efface devant l'ensemble. C'est un urbanisme qui inscrit dans une tradition marseillaise de la ville baroque, initiée par Pierre Puget vers 1670 au Grand Cours (cours Belsunce) où les immeubles présentent également une fonction commerciale au rez-de-chaussée.

L'organisation des appartements est de type mixte, c'est-à-dire qu'un vestibule ou un couloir distribue les pièces et les rend autonomes, mais que certaines pièces secondaires (petites chambres, alcôves, pièces noires...) peuvent être dépendantes. La distribution correspond à celle qui est préconisée en 1864 par le docteur Maurin, dans son ouvrage sur les conditions de l'hygiène à Marseille :

1- Une chambre à deux fenêtres recevant un lit dans une alcôve stuquée,

2- un cabinet à une fenêtre recevant un autre lit,

3- un salon à une ou deux fenêtres,

4- entre la chambre et le salon un cabinet prenant jour sur le palier, à l'aide d'un châssis fixe, ou sur le salon à l'aide d'un châssis à battant que l'on ouvre le soir venu. Dans les deux cas on conçoit que cette pièce est très imparfaitement aérée ; néanmoins on l'utilise soit en guise de chambre à coucher, soit comme chambre de débarras...,

5- enfin une cuisine avec soupente, charbonnière, pierre d'évier. (1)

On remarque deux caractéristiques, aussi bien dans cette description que dans les immeubles de la rue de la République. D'une part, la présence des alcôves. L'alcôve est la partie de la chambre qui reçoit le lit. La chambre est alors la pièce à vivre où la maîtresse de maison reçoit. Elle est de taille égale ou plus grande que la salle à manger, la pièce "où l'on mange". De même, la salle à manger et la cuisine sont en général en intérieur d’ilot alors que les chambres sont sur la rue. C'est cette disposition qui est préconisée par l'architecte Victor Leroy, en 1847 (2). On la rencontre par exemple au troisième étage de la parcelle 103. C'est ce qui explique que lors de la visite des appartements vides, il est difficile de différencier la salle à manger de la grande chambre, les deux pièces étant également traitées (cheminées, décors de gypserie).

Nous sommes ici à la fin des années 1860 et cet usage de la chambre commence à être obsolète. Les alcôves sont abandonnées dans l'habitat bourgeois vers 1870, la chambre devient intime, remplacée comme espace de réception par la salle de séjour. Dans les dossiers d'assainissement réalisés à Marseille dans les années 1890, des demandes de modifications de distribution sont exprimées en vue de passer les chambres à l'arrière, au calme, et de mettre la salle de séjour du côté ensoleillé ou/et sur la rue, même si elle s'en trouve éloignée de la cuisine. Cela s'est vraisemblablement passé à l'îlot 12 accentuant la difficulté de lisibilité.

Autre élément archaïque, plusieurs pièces d'un même appartement ouvrent directement sur le palier tout en étant aussi accessible en traversant une autre pièce (par exemple parcelles 103 ou 111), ce qui permet d'économiser la place d'un couloir à l'intérieur, mais oblige à sortir dans l'espace collectif. Ce trait est obsolète depuis les années 1840, où une porte unique donne accès à l'appartement, ainsi refermé sur l'espace privé.

NOTES

(1) Marseille du point de vue de l’hygiène et de la statistique médicale par le Docteur S.E. MAURIN - S.S.M. Tome XXVII (chapitres Maisons) 1864.

(2) Notice sur les constructions de maisons à Marseille. V. LEROY, S.S.M. Volume X - 1847.

En savoir plus…