Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
L’Inventaire général étudie tous les objets d’un territoire « de la petite cuillère à la cathédrale ».

Ce portail met progressivement en ligne la plus importante documentation historique, graphique et photographique sur le patrimoine issue de 50 ans d'inventaire dans la région Provence Alpes-Côtes d'Azur. Elle constitue un exceptionnel outil de connaissance du territoire. Plus de 18 000 dossiers sont consultables sur ce portail, reflétant la diversité des études menées.

Nous vous souhaitons de belles découvertes.

Focus sur

Le patrimoine industriel de Grasse

Le patrimoine portuaire en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var (Alpes-de-Haute-Provence)

Beaulieu et la villa Kérylos (Alpes-Maritimes)

L'Estaque et Port-Saint-Louis-du-Rhône (Bouches-du-Rhône)

Les ponts du Rhône (Bouches-du-Rhône et Vaucluse)

La villégiature à Hyères et Sainte-Maxime (Var)

Le patrimoine militaire des Hautes-Alpes 

La ligne des Chemins de Fer de Provence (Le Train des Pignes)

 

 

Lumière sur

Maison Consulaire dite Maison du Saint-Esprit

HISTORIQUE

Le conseil de la communauté d'Ansouis tenait ses séances dans la maison de la confrérie du Saint-Esprit dès 1540 1. Le 5 avril 1542, le même conseil ordonna aux prieurs de la confrérie de faire construire ou aménager un grenier au-dessus du passage voûté sur "la crote que est au-dessus de la grant porte de la meson du Sainct Sperit" 2. Au cadastre de 1578, la confrérie est déclarée propriétaire d'une maison dite "la maizon de la vilo", d'une valeur très élevée (500 florins) 3. Après la dissolution de la confrérie, la maison devint propriété communale et n'est pas enregistrée au cadastre de 1649 4.

On ignore la date de construction du beffroi qui abrite l'horloge, probablement réalisé vers la fin du XVIe ou au début du XVIIe siècle. Les délibérations communales signalent quelques travaux d'entretien dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : réparation des ouvertures du passage voûté et réfection des enduits intérieur et extérieur du beffroi en 1773 5, réfection du carrelage de l'hôtel de ville en 1774 6, reprise d'un mur, d'une cloison intérieure et de la cheminée en 1788 7, pose de vitres à la croisée en 1793 8. Cet hôtel de ville a été remplacé par l'actuelle mairie à une date inconnue, entre 1793 et 1836.

DESCRIPTION

Ancienne maison de ville et beffroi. Parcelles 156, 157et 158

Plan en L associant trois corps de bâtiments A, B, C et ouvrant à l'ouest sur la rue, à l'est et au nord sur une cour D à laquelle on accède par un passage couvert.

- Corps de bâtiment A : unique pièce rectangulaire, couverte d'un berceau en plein-cintre au rez-de-chaussée ; étage couvert d'une toiture à deux pentes avec pignon sur la rue ; dans l'angle nord-ouest, volume demi-cylindrique du beffroi, qui fut probablement à l'origine une cage d'escalier en vis ; élévation occidentale : sur tout le premier niveau, mur double en épaisseur avec talus à la base ; au deuxième niveau, croisée chanfreinée avec appui à pans coupés et coussièges.

- Corps de bâtiment B : vestige d'une maison plus vaste, en contrebas d'un niveau par rapport à A et ayant jadis son accès dans la rue à l'est annexé au corps de bâtiment A à une date récente comme l'indique la porte de communication percée au rez-de-chaussée de A dans une ancienne cheminée.

- Corps de bâtiment C : au rez-de-chaussée, passage couvert en partie d'une voûte d'arêtes et en partie d'un berceau en plein-cintre appareillés donnant accès à la cour D ; dans le passage, deux portes donnent accès à des maisons en ruine situées au nord ; à l'étage, pièce unique communiquant avec l'étage de A.

- Cour D : contient l'escalier d'accès à l'étage de A et de C ; volée droite appuyée contre l'élévation nord de B et soutenue par un arc rampant et un pilier ; sur le palier, porte en anse de panier chanfreinée donnant accès à A et porte à linteau monolithe et piédroits chanfreinés donnant accès à C.

- Beffroi : demi-cylindre outrepassé, présentant sa face plate, étayé de deux encoules, sur la rue à l'ouest ; volume inaccessible (comblé) jusqu'au niveau du premier étage ; vide au-dessus et divisé en deux niveaux desservis par des échelles ; couverture en terrasse surmontée d'un campanile en fer forgé ; cadrans d'horloge à l'est et à l'ouest, aménagés à l'emplacement d'anciennes baies en plein-cintre.

L'élément le plus ancien de l'ensemble est sans doute le corps de bâtiment A, dont l'étage était probablement desservi à l'origine par un escalier en vis : la croisée conservée à l'étage peut dater de la première moitié du XVIe siècle.

La construction du beffroi se serait faite au détriment de l'escalier en vis, dont la cage aurait été comblée. Pour soutenir cette tour haute et mince, il a fallu doubler la façade de A et construire le passage C, probablement à la place d'une ancienne impasse. D'autre part, pour accéder aux étages de A et C, il a fallu construire l'escalier de la cour D. L'emploi de la pierre de taille pour les voûtes et des chanfreins pour les baies peut faire dater ces trois éléments de la seconde moitié du XVIe ou du début du XVIIe siècle : le remaniement serait contemporain ou légèrement postérieur à la mention de l'hostal appelat maizon de la vilo ou de Sant Sperit contenu dans le cadastre de 1578 9. Quant au couronnement du beffroi (terrasse, campanile,cadrans), il a apparemment été refait au XIXe siècle.

1A.C. Ansouis, BB 1, f° 11.2Ibidem, f° 32.3A.C. Ansouis, CC 1, f° 46.4A.C. Ansouis, CC 3.5A.C. Ansouis, BB 20, f° 50.6Ibidem, f° 58.7Ibidem, f° 143.8Ibidem, f° 159.9A.C. Ansouis,CC 1 f° 46.
En savoir plus…